Famille Tesson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Raoul Taisson)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le Moyen Âge image illustrant les mondes normands image illustrant la Normandie
Cet article est une ébauche concernant le Moyen Âge, les mondes normands et la Normandie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La famille Tesson ou Taisson ( en latin : Taxo, Taxoni) ou encore Le blaireau[1] est une famille normande, probablement originaire d'Anjou[2] que l'on trouve du XIe siècle au milieu du XIIIe siècle au duché de Normandie.

Son premier membre connu est Raoul Tesson "l'Angevin" ou Radulfus Taxo "Andegavensis" (également désigné "Taxo senex" pour le différencier de son fils), membre du baronnage normand du duc Richard II de Normandie[3] au XIe siècle. Elle s'est éteinte au milieu du XIIIe siècle, Robert Tesson VI, ne laissant qu'une fille qui épousa Jean du Bec-Crespin, à qui elle porta la baronnie de Crespin et les autres biens de sa maison[4].

Membres notables[modifier | modifier le code]

  • Raoul l'Angevin ou d'Anjou (Andegavensis) est le premier personnage connu de cette famille normande. Peut-être de la famille des comtes d'Anjou, il est sans doute installé en Normandie par Richard II (grand-père du futur duc Guillaume) vers 1020 pour constituer, avec d'autres familles étrangères, les cadres d'une nouvelle noblesse en Normandie moyenne, autrement dit ses barons[5]. Il épouse une certaine Alpaïde dont il a deux fils : Raoul Ier Tesson et Erneis[6]. Leur descendance forme dès lors deux branches : les Tesson ou Taisson proprement dits d'une part, et les Fils-Erneis d'autre part.
  • Raoul Ier Tesson [7], seigneur de Boulon, Cingal, Esson, Thury, Fontenay et Clécy[8]. Il est connu pour faire partie, dès 1046, de la conjuration de seigneurs normands qui veut destituer le jeune duc Guillaume le Bâtard. Au matin de la bataille de Val-ès-Dunes, le , comme le raconte le poète jersiais Wace dans le Roman de Rou, Raoul Tesson change de camp. Voyant la force armée du jeune duc, soutenu par le roi de France, il exécute la promesse faite à ses conjurés de frapper Guillaume le premier : arrivé près de lui à cheval, il s'acquitte de son serment en donnant un coup de gant... puis se met avec ses hommes du côté des vainqueurs. Il échappe ainsi au bannissement qu'ont connu les conjurés défaits[9]. Il épouse une certaine Aubrée (Albereda)[10],[11] et eut d'elle Raoul II Tesson. Sans doute peu après la bataille du Val-ès-Dunes en 1047, Raoul Ier Tesson fonde l'importante abbaye Saint-Étienne de Fontenay[12] en bord d'Orne à deux lieues au sud de Caen, où il sera enterré, ainsi que plus tard son frère Erneis, puis son neveu Robert Fils-Erneis tué à la bataille d'Hastings[13] en 1066 et dont le corps est rapatrié en Normandie par le Duc Guillaume[14] pour être inhumé à l'Abbaye "jussu Willelmi regis" par les soins de son frère Raoul Fils-Erneis[15].
  • Raoul II Tesson : à la mort de Raoul Ier Tesson, son fils Raoul II Tesson est encore mineur et le duc Guillaume (qui n'est pas encore roi d'Angleterre) prend en main tous les patrimoines du défunt jusqu'à la majorité de l'héritier[16]. Raoul épouser Mathilde, cousine germaine du Duc (fille de son oncle maternel Gaultier de Falaise[17]) et il se distingue comme son cousin Robert Fils-Erneis — mais sans y laisser la vie — à la bataille d'Hastings[18]: le duc (désormais roi) Guillaume lui concède en récompense de vastes domaines en Angleterre[19] (qui sont confisqués à ses descendants 140 ans plus tard par le roi d'Angleterre Jean sans Terre[20] quand les Tesson prennent parti pour le roi de France Philippe Auguste).

Généalogie[modifier | modifier le code]

Raoul d'Anjou ("Andegavensis") et son épouse Alpaïde ("Alpadis") ont deux fils, Raoul et Erneis : 
├─>Raoul Ier Tesson épouse Aubrée (Albereda), fille de Guimond de Moulins
│    └─>Raoul II Tesson
│        épouse Mathilde (fille de Gaultier de Falaise frère d'Arlette, la mère du duc Guillaume)
│        └─>leur fils Raoul III Tesson épouse Aeliz          
└─>Erneis Tesson épouse Hacinsa d'Aunou (sœur de Foulques d'Aunou compagnon de Guillaume) 3 fils:
    ├─>Robert Ier Fils-Erneis 
    │   épouse Hadvise (qui épousera en 2èmes noces Osbern fils de Gautier Giffard[21] après la mort
    |                                                            de Robert Fils-Erneis à Hastings)
    │    └─>leur fils Robert II Fils-Erneis épouse Gersende Marmion
    │
    ├─>Raoul Fils-Erneis (émigre en Calabre Normande, Italie du sud, vers 1080)
    │
    └─>Pons Fils-Erneis, moine à Saint-Wandrille de Fontenelle

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Contamine, La Noblesse au Moyen âge, Paris : P.u.F., 1976, p.  81.
  2. Joseph Decaens, « Les origines du village et du château de Saint-Vaast-sur-Seulles (Calvados) », Anglo-Norman Studies, X, Procedings of the Battle Conference 1987, 1988 [p. 83-100, fig.], p. 90.
  3. Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Caen, Société des antiquaires de Normandie (M.S.A.N., t. XXXVI), p. 124 (acte 33, v. 1025).
  4. Revue anglo-française, Volumes 1 à 2, 1834, page 120.
  5. Vicomte du Motey, Origines de la Normandie et du duché d'Alençon, Paris, 1920. Cité par Lucien Musset, op. cit. p.22
  6. Michel Fixot, Les fortifications de terres et les origines féodales dans le Cinglais, Caen : Centre de recherches archéologiques médiévales, 1968, p. 51.
  7. L'historien Lucien Musset conserve aux Tesson leur numérotation traditionnelle, qui commence avec la fondation de l'Abbaye de Fontenay : le père de Raoul "Ier", qui s'appelle pourtant également Radulfus Taxo, n'a pas eu droit à un numéro et est désigné par l'adjectif "senis" ou l'épithète "Adegavensis"
  8. Lucien Musset op. cit. pp 20-21
  9. Joseph Decaens, « Les origines du village et du château de Saint-Vaast-sur-Seulles (Calvados) », Anglo-Norman Studies, X, Procedings of the Battle Conference 1987, p. 91.
  10. Léopold Delisle (éd.), Rouleaux des morts du IXe au XVe siècle, Paris : Société de l'histoire de France, 1866, p. 186 : « Radulfus Taxo, Albereda ejus uxor » (Abbaye de Fontenay).
  11. David Bates, Regesta regum Anglo-Normannorum: the Acta of William I, 1066-1087, 1998, p. 488.
  12. David C. Douglas, William the Conqueror, University of California Press, réédition 1992, p. 112, 115. (ISBN 9780520003507).
  13. Le fait est connu par Wace, Roman de Rou
  14. Pierre Carel, Etude sur l'ancienne abbaye de Fontenay près Caen. Le Blanc-Hardel, Caen, 1884
  15. Lucien Musset op. cit. page19
  16. Lucien Musset op. cit. page 16
  17. Mathilde est désignée dans un cartulaire de l'Abbaye "filia Gauteri avunculi Willelmi regis" Lucien Musset op.cit.p.23
  18. Pierre Carel, op. cit. page 36
  19. De La Rue, Essais, t. II, p. 393 cité par Pierre Carel
  20. Pierre Carel, op. cit. page 37
  21. mentionné par Lucien Musset op.cit.p.18 (est-ce le Gautier Giffard compagnon de Guillaume?)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Decaens, « Les origines du village et du château de Saint-Vaast-sur-Seulles (Calvados) », Anglo-Norman Studies X: Procedings of the Battle Conference 1987, 1988, p. 83-100.
  • Lucien Musset, Autour des origines de Saint-Étienne de Fontenay, Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, tome LVI, 1961-1962, pp. 11-41.
  • Pierre Carel, avocat à la Cour d'Appel de Caen, membre de la Société des antiquaires de Normandie. Étude sur l'ancienne Abbaye de Fontenay près Caen. F.Le Blanc-Hardel, Caen, 1884
  • Dr Louis Gosselin, « L'abbaye de Saint-Étienne de Fontenay au début de sa fondation », dans La Normandie bénédictine au temps de Guillaume le Conquérant (XIe siècle), Lille : Facultés catholiques de Lille, 1967, p. 277-285.