Vieux-Rouen-sur-Bresle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bresle (homonymie).

Vieux-Rouen-sur-Bresle
Vieux-Rouen-sur-Bresle
Mairie-école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Gournay-en-Bray
Intercommunalité Communauté de communes interrégionale Aumale - Blangy-sur-Bresle
Maire
Mandat
Bruno Borgoo
2014-2020
Code postal 76390
Code commune 76739
Démographie
Gentilé Vieux Rouennais
Population
municipale
570 hab. (2016 en diminution de 10,66 % par rapport à 2011)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 49′ 59″ nord, 1° 42′ 52″ est
Altitude Min. 76 m
Max. 210 m
Superficie 14,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Vieux-Rouen-sur-Bresle

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Vieux-Rouen-sur-Bresle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vieux-Rouen-sur-Bresle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vieux-Rouen-sur-Bresle

Vieux-Rouen-sur-Bresle est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en Normandie (anc. Haute-Normandie).

Géographie[modifier | modifier le code]

Borne-limite entre les deux départements.

La commune, longée par la Bresle, fait partie de l'ancien Talou. Jusqu'en mars 2015, elle faisait partie du canton d'Aumale.

Quartiers, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Bouafles, ancienne commune absorbée en 1823, située au nord de l'actuel terroir (village beaucoup plus proche d'Hodeng-au-Bosc que de Vieux-Rouen-sur-Bresle), traversé par la route départementale D 49.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes latinisées Vetus Rodum en 1034; Veteri Rotomo au XIe siècle[1]; Vetus Rothomagus vers 1135; Ecclesia de Veteri Rothomago vers 1240; Vetus Rothomagus en 1337; Paroisse de Viex Roan en 1369 et 1373; Vieu Rouen en 1397, 1399 et 1405[2]; Vieux Rouen en 1412; Viel Rouen entre 1433 et 1460; Vieil Rouen en 1648, 1704, 1715 et 1738 et 1757 (Cassini), Vieux Rouen en 1788, Vieux-Rouen-sur-Bresle en 1953[3].

Comparable à un autre Vieux-Rouen à Saint-Pierre-du-Vauvray (Eure), les formes anciennes sont régulières et non contradictoires, il s'agit d'un « vieux Rouen »[4]. La prononciation vié Rouen autrefois rencontrée reflète l'évolution du mot vieux dans le dialecte local et qu'on retrouve dans les nombreux (la) Viéville de Normandie (cf. la Viéville à Saint-Martin-en-Campagne, près de Dieppe).

Ce village se trouve en effet sur la limite traditionnelle du diocèse de Rouen, encore valable aujourd'hui.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Vieux-Rouen-sur-Bresle a eu, sous le Bas-Empire romain, des villae qui ont perduré jusqu'au IVe siècle. En effet, une très importante villa gallo-romaine était située au lieu-dit de Moyenmont, comme révélé lors d'une prospection archéologique aérienne en 1973[5].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1892, une usine fabriquant du verre pour l'industrie du luxe a été installée en plein centre du bourg. La verrerie Brosse emploie aujourd'hui 300 salariés et produit des flacons de luxe pour la parfumerie, les cosmétiques et spiritueux haut de gamme. Elle est rattachée à la Glass Valley, localisée le long de la vallée de la Bresle qui produit près de 80 % de la production mondiale du flaconnage de luxe[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[7]
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1793 Charles Letellier   Marchand Laboureur
1793 1795 Alexandre Roger    
1800 avril 1815 François Semichon[Note 1]    
1815 1830 Charles Letellier   Cultivateur
1830 1832 Antoine Foulon    
1832 1848 Athanase Bourgois   Propriétaire
1848 1849 Paschal Vallery Sergeant    
1850 1852 Louis François Verlen    
1852 1863 François Alexandre Semichon    
1863 1871 Pierre Hyacinthe Quevauvillers   Cultivateur
1871 mai 1904 Antoine Borel de Brétizel   Propriétaire
mai 1904 1924 Théodule Gérin   Maître de verrerie
1924 1937 Victor Ledoux   Cultivateur
1937 1939 Louis Archambault    
1939 1941 Georges Boulenger    
1941 mai 1945 Camille Serait    
mai 1945 1955 Gaston Buignet    
1955 mars 1959 Roger Levillain    
mars 1959 mars 1983 Colbert Noël   Maréchal-ferrand
mars 1983 mars 1989 Georges Souverain   Agriculteur
mars 1989 mars 2008 Marcelle Lenois    
mars 2008 mars 2014 Michel Andrieux[8]    
mars 2014 En cours Bruno Borgoo   Agriculteur

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2016, la commune comptait 570 habitants[Note 2], en diminution de 10,66 % par rapport à 2011 (Seine-Maritime : +0,48 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
300283366293585588591605612
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
576560553534506490481470690
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
741736725693758771787790784
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
823750768676713643670638570
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école primaire.

Équipements locaux[modifier | modifier le code]

  • Bureau de poste ;
  • boulangerie-pâtisserie ;
  • salle des fêtes ;
  • caserne des pompiers ;
  • bar-tabac ;
  • aire de jeux.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame, des XIIe, XIIIe, XVIe et XVIIe siècles.
  • Église Saint-Jean-Baptiste, à Bouafles.
  • Chapelle Notre-Dame-des-Champs, de 1858[13].
  • Verrerie de M.-A. Scobart et Cie. Vieux-Rouen-sur-Bresle[14]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Félix Julien Spitique (1843-1924), chef de bataillon territorial d'infanterie, officier de la Légion d'honneur, né à Vieux-Rouen-sur-Bresle[15].
  • Marie Durand Alexandre Pierre Borel de Bretizel (1872-1918), chef de bataillon commandant le 2e bataillon du 2e régiment d'infanterie, chevalier de la Légion d'honneur, né à Vieux-Rouen-sur-Bresle[16], décédé le 4 août 1918 (Ferme de la Grange 02220 Augy), tué à l'ennemi.
  • Marius Charles Ernest Berthe (1881-1958), lieutenant d'infanterie, officier de la Légion d'honneur, né à Vieux-Rouen-sur-Bresle[17].
  • Charles Hippolyte Paradis (1891-1970), vice-président de l'association "Le jardin du cheminot", chevalier de la Légion d'honneur, né à Vieux-Rouen-sur-Bresle[18].
  • Le linguiste Georges Mounin (1910-1993) est né à Vieux-Rouen-sur-Bresle[19].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Décédé le
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Seine-Maritime 1 H.
  2. Archives de Seine-Maritime Tab. Rouen, Reg. 3, f. 44 v., Reg. 8 f. 346 v., Reg. 11 f. 49.
  3. Dictionnaire topographique de la France comprenant les noms de lieux anciens et modernes, Dictionnaire du département : Seine-Maritime, page 1063.
  4. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150)
  5. Marikavel, « Le Vieux-Rouen sur Bresle », (consulté le 12 septembre 2016).
  6. « Verreries Brosse », sur Site officiel de la Glass Valley, pôle mondial du flaconnage de luxe (consulté le 12 septembre 2016).
  7. Archives départementales de la Seine-Maritime : État civil de Vieux Rouen sur Bresle de 1800 à 1904 et en mairie plaque où figurent tous les maires de 1792 à 2014
  8. Source : « Élection du maire et des adjoints : M. Andrieu succède à Mme Lenois », Le Réveil,‎
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. Page "Tourisme / Canton d'Aumale" du site municipal officiel d'Aumale
  14. « Verriers de la Vallée de la Bresle - un Lock-out - le 7/9/1908 », Le Figaro,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  15. « Cote LH/2546/36 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  16. « Cote LH/296/44 », base Léonore, ministère français de la Culture
  17. « Cote 19800035/163/20847 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  18. « Cote 19800035/1023/18082 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  19. http://www.cairn.info/revue-la-linguistique-2006-2-page-151.htm