À la poursuite de demain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tomorrowland (homonymie).
À la poursuite de demain
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo anglophone du film.
Titre québécois Le Monde de demain
Titre original Tomorrowland
Réalisation Brad Bird
Scénario Brad Bird
Jeff Jensen
Damon Lindelof
Acteurs principaux
Sociétés de production Walt Disney Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre science-fiction
Durée 130 minutes
Sortie 2015

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

À la poursuite de demain ou Le Monde de Demain au Québec, ou Disney Project T en Belgique néerlandophone[1],[2] (Tomorrowland en anglais), est un film de science-fiction américain réalisé par Brad Bird, sorti en 2015. Le titre et l'univers du film s'inspirent de Tomorrowland, une section commune aux divers parcs de loisirs Disney.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À Cap Canaveral. La brillante adolescente Casey Newton (Brittany Robertson) est optimiste et douée d'une grande curiosité scientifique. Attrapée en plein sabotage nocturne du démontage d'une aire de lancement désaffectée où travaille son ingénieur de père Eddie pour la NASA, Casey termine sa nuit au commissariat. Le lendemain, elle trouve parmi ses affaires un pin's orné d'un T. Lorsqu'elle le touche, elle se retrouve projetée temporairement dans un lieu fantastique, à la technologie très avancée. Pour en apprendre davantage, Casey tente de se procurer un autre pin's. Aidée de son frère Nathan (Pierce Gagnon), elle découvre qu'une boutique de souvenirs de Houston en vend. Les vendeurs Hugo et Ursula deviennent agressifs pour savoir où elle a obtenu le pin's. Casey est sauvée par la jeune Athena (Raffey Cassidy), un robot venu de Tomorrowland. Cet endroit, situé quelque part dans le temps et l'espace, est en danger, et Casey pourrait le sauver. L'inventeur de génie Frank Walker (George Clooney) est le seul capable d'emmener Casey à Tomorrowland pour vivre une périlleuse mission susceptible de changer à jamais la face du monde et leur propre destin…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[7]; version québécoise (VQ) sur Doublage Québec [8]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

En 2011, Sean Bailey, président de la production chez Walt Disney Studios Entertainment, valide le projet. Damon Lindelof est ensuite engagé comme scénariste[9]. Le film est d'abord développé sous le titre 1952[4], année de la création de WED Entreprises société chargée de la création de Disneyland. Brad Bird est engagé comme réalisateur en mai 2012[10].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

En 2008, alors que le projet est encore au stade de développement, Dwayne Johnson est envisagé pour le rôle principal[11]. En novembre 2012, George Clooney est annoncé sur le projet, à l'époque encore très mystérieux[5]. En février 2013, Hugh Laurie entre en négociations pour le rôle de l'antagoniste principal[12].

Shailene Woodley devait initialement tenir le rôle de Casey, mais elle préfère finalement décliner. Elle est remplacée par Brittany Robertson[11].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage principal débute le à Enderby en Colombie-Britannique au Canada, puis se poursuit à Vancouver et à Surrey jusqu'au [13],[14],[15]. Il est ensuite révélé que certaines scènes seront tournées dans la Cité des arts et des sciences à Valence en Espagne[16]. En novembre 2013, des scènes sont tournées en Floride à New Smyrna Beach et dans l'attraction Carousel of Progress du parc Walt Disney World Resort[17].

En février 2014, des scènes sont tournées dans l'attraction It's a Small World dans le parc Disneyland de Californie[18].

Au début du film, une scène est tournée dans le parc de Flushing Meadows, à proximité de l'Unisphere (visible à 2 min 53 s).

Bande originale[modifier | modifier le code]

Tomorrowland

Bande originale de Michael Giacchino
Sortie
Durée 73:08
Genre Musique de film
Format CD
Téléchargement numérique
Compositeur Michael Giacchino
Label Walt Disney Records

Albums de Michael Giacchino

La bande originale du film est composée par Michael Giacchino, qui a précédemment signé les musiques de trois longs métrages de Brad Bird : Les Indestructibles, Ratatouille et Mission impossible : Protocole Fantôme. Elle est sortie le en CD et téléchargement digital[19].

No Titre Durée
1. A Story About the Future 0:54
2. A Prologue 1:29
3. You've Piqued My Pin-Trist 3:27
4. Boat Wait, There's More! 1:08
5. Edge of Tomorrowland 5:17
6. Casey V Zeitgeist 1:23
7. Home Wheat Home 0:42
8. Pin-Ultimate Experience 4:53
9. A Touching Tale 1:36
10. World's Worst Shop Keepers 3:34
11. Just Get in the Car 1:42
12. Texting While Driving 0:47
13. Frank Frank 1:18
14. All House Assault 4:04
15. People Mover and Shaker 5:26
16. What an Eiffel! 6:56
17. Welcome Back, Walker! 2:31
18. Sphere and Loathing 2:21
19. As the World Burns 4:24
20. The Battle of Bridgeway 2:52
21. The Hail Athena Pass 0:59
22. Electric Dreams 4:40
23. Pins of a Feather 5:19
24. End Credits 5:26
73:08

Sortie[modifier | modifier le code]

Promotion[modifier | modifier le code]

Une bande-annonce du film est diffusée lors du Super Bowl aux États-Unis le dimanche [20].

Titre en différentes langues[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
93 436 322 $[6] 17
Drapeau de la France France 925 754 entrées[21] 6
Alt=Image de la Terre Mondial 209 154 322 $[21] 17

Le film rapporte 209 millions de dollars, dont plus de 93 aux États-Unis, pour un budget de 190 millions[22]. Il s'agit d'une déception pour Disney, dont les pertes — en tenant compte des frais de promotion — sont estimées par la presse, en juin 2015, à une fourchette comprise entre 120 et 140 millions d'USD. Les raisons de cet échec commercial sont attribuées par les analystes à un lancement raté, qui ne permettait pas au public de se faire une idée claire du film, ainsi qu'à un scénario jugé à la fois trop ambitieux et délibérément atypique, susceptible de perdre le spectateur. Les pertes du film sont cependant compensées pour Disney, sur l'année 2015, par les résultats de ses autres franchises, ainsi que par les succès de films comme Vice-versa, Ant-Man et Avengers : L'Ère d'Ultron[23],[24],[25],[26],[27].

Clins d’œil et références[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

On peut voir plusieurs allusions à des attractions des parcs Disney, comme le Carousel of Progress de Walt Disney World Resort ou It's a Small World de Disneyland de Californie.

Le graphisme du générique final d'inspiration art-déco semble être une référence à la dystopie Metropolis de 1927 revue de manière positive (de par sa remise en couleur) de manière à faire écho au message optimiste de Tomorrowland.

Par ailleurs, on peut reconnaître dans le décor de Tomorrowland un bâtiment reprenant l'esthétique des versions californienne, floridienne, japonaise et chinoise de l'attraction Space Mountain[28].

Dans la tour Eiffel, une scène du musée de cire montre Gustave Eiffel, Jules Verne, Nikola Tesla et Thomas Edison ensemble dans le bureau du troisième étage. Le musée ne montre en réalité que Gustave Eiffel et sa fille Claire recevant Edison[29], mais les quatre hommes ont en commun, en plus de leur époque, une imagination qui les a poussés à élaborer des inventions (réelles ou imaginaires) et ont beaucoup influencé les inventeurs suivants.

Le compositeur de la musique du film, Michael Giacchino, fait une courte apparition au début du film, lors de la présentation de la foire internationale de New York.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lecho.be/culture/musique/Disney_cree_la_confusion_a_Tomorrowland.9584734-3055.art
  2. Pour éviter la confusion avec le festival Tomorrowland.
  3. http://www.cinoche.com/films/le-monde-de-demain/index.html
  4. a b et c (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  5. a et b « George Clooney dans le film de SF de Brad Bird ? », sur AlloCiné.fr, (consulté le 31 octobre 2013)
  6. a b et c (en) « Tomorrowland », sur Box Office Mojo (consulté le 30 mai 2015)
  7. http://www.rsdoublage.com/film-17278-A-la-poursuite-de-demain.html
  8. « Le monde de demain », sur Doublage.qc.ca
  9. (en) Mike Fleming Jr., « Lost’s Damon Lindelof Makes 7-Figure Disney Deal To Write Secret Sci-Fi Feature », sur Deadline.com, (consulté le 31 octobre 2013)
  10. (en) Mike Fleming Jr., « Brad Bird To Helm Damon Lindelof’s Secrecy-Shrouded Script 1952 For Disney », sur Deadline.com, (consulté le 31 octobre 2013)
  11. a et b « Secrets de tournage », sur Allociné (consulté le 30 mai 2015)
  12. (en) Adam Chitwood, « Hugh Laurie in Talks for Villain Role Opposite George Clooney in Brad Bird’s Tomorrowland », sur Collider.com (consulté le 31 octobre 2013)
  13. Anthony Breznican, « 'Tomorrowland': Disney teases plot points as George Clooney film gets underway », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne)
  14. (en) Bob Glassford, « Tomorrowland Prepping at UBC », (consulté le 4 août 2013)
  15. (en) yvrshoots, « TOMORROWLAND’s 1964 New York World’s Fair Set at UBC (University of British Columbia) »
  16. (en) « Tomorrowland Shooting Location Chosen », sur Prensa latina (consulté le 31 octobre 2013)
  17. (en) Hal Boedeker, « George Clooney movie hopping Carousel of Progress », sur Orlando Sentinel, (consulté le 13 mars 2014)
  18. (en) « Tomorrowland filming at Disneyland, but Clooney won't be there », sur OCRegister.com, (consulté le 13 mars 2014)
  19. https://itunes.apple.com/album/tomorrowland-original-motion/id993013163
  20. « A la Poursuite de Demain : le teaser du trailer du Super Bowl »
  21. a et b « À la poursuite de demain », sur JP box-office.com
  22. Tomorrowland, Box Office mojo, 13 novembre 2015
  23. (en) « Disney Could Lose $140 Million on 'Tomorrowland' Flop », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 30 novembre 2015)
  24. (en) « Disney set to lose up to $140m on Tomorrowland », sur The Guardian, (consulté le 30 novembre 2015)
  25. (en) « ‘Tomorrowland’ is Disney’s worst-performing movie ever », sur New York Post, (consulté le 30 novembre 2015)
  26. (en) « Disney's 'Tomorrowland' could lose $140 million, but investors couldn't care less », sur Business Insider, (consulté le 30 novembre 2015)
  27. ‘Tomorrowland’ Is a Box-Office Disappointment, The New York Times, 24 mai 2015
  28. « Tomorrowland: l'habile autopromotion de Disney » (consulté le 15 juin 2015)
  29. Administrator, « A découvrir sur les étages de la Tour : lieux historiques, restaurants… – A voir sur le monument – Toureiffel.paris », sur www.toureiffel.paris (consulté le 23 août 2016)