McKeeva Bush

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

McKeeva Bush
Illustration.
Fonctions
Président de l'Assemblée législative des îles Caïmans
En fonction depuis le
(4 ans, 3 mois et 27 jours)
Prédécesseur Juliana O'Connor-Connolly
Premier ministre des îles Caïmans

(3 ans, 6 mois et 21 jours)
Monarque Élisabeth II
Gouverneur Stuart Jack
Duncan Taylor
Prédécesseur Kurt Tibbetts
Successeur Juliana O'Connor-Connolly
Chef du gouvernement des îles Caïmans

(3 ans, 6 mois et 10 jours)
Monarque Élisabeth II
Gouverneur Peter Smith
Bruce Dinwiddy
Prédécesseur Kurt Tibbetts
Successeur Kurt Tibbetts
Biographie
Nom de naissance William McKeeva Bush
Date de naissance (66 ans)
Lieu de naissance West Bay, Grand Cayman
Nationalité Caïmanienne
Parti politique CDP
Indépendant

McKeeva Bush
Premiers ministres des îles Caïmans

William McKeeva Bush, né le à West Bay, est un homme politique des îles Caïmans, chef du gouvernement de à et de à .

Biographie[modifier | modifier le code]

William McKeeva Bush est né à West Bay de père inconnu dans un foyer pauvre[1]. Il fréquente plusieurs écoles de son île avant d'abandonner les études, il fréquente aussi un groupe de jeunes chrétiens qui lui permette d'acquérir la confiance pour parler en public. C'est durant cette période qu'il rencontre sa femme Kerry Parsons. Après avoir exercé plusieurs activités, il crée sa propre société de gestion immobilière dans le milieu des années 70. Il développe sa société pour en faire aussi une agence immobilière et s'enrichit ainsi.

En , Bush est élu représentant du district de West Bay à l'Assemblée législative des îles Caïmans et a toujours été réélu depuis. Il participe à plusieurs gouvernement comme ministre de la Santé et des Services sociaux dans le gouvernement de Thomas Jefferson de à , ministre du Développement communautaire, des Sports, des Droits des femmes et de la jeunesse, et de la Culture dans le gouvernement de Truman Bodden de à .

En 1997, il est accusé d'avoir participé aux activités illégales de la Gulf Union Bank en tant que membre de son conseil d'administration. bien que ces allégations n'aient jamais été prouvées,il doit démissionner de son poste au gouvernement. Il devient alors un opposant résolu à la politique de Truman Bodden et parvient à imposer sa présence dans le premier gouvernement de Kurt Tibbetts, successeur de Bodden, en étant réélu lors des législatives de 2000. Il s’occupe alors des portefeuilles du Tourisme, de l'Environnement et des Transports.

En , il est l'un des membres fondateurs du Parti démocratique uni (UDP) et après avoir fait passer une motion de défiance contre Kurt Tibbetts devient le Chef du gouvernement du territoire, poste qu'il conserve jusqu'en mai 2005, en cumulant avec ses portefeuilles antérieurs. En 2004, il se fait remarquer en accordant à environ trois mille résidents venant d'autres États du Commonwealth le statut de citoyen des Îles Caïmans, mais son gouvernement se montre aussi incapable de résoudre les difficultés causées par le passage de l'Ouragan Ivan.

Aux élections de , l'UDP ne remporte que 5 sièges et Kurt Tibbetts remplace Bush à la tête du gouvernement. Bush devient alors chef de l'opposition. Le , l'UDP remporte les élections et Bush remplace Tibbetts. Le suivant, une nouvelle constitution est adoptée et McKeeva Bush prend le titre de Premier qui remplace celui de chef du gouvernement. Il obtient aussi un prêt du Gouvernement Brown pour améliorer la solidité de son budget. De nombreux soupçons de malversations cernent cependant l'entourage de Bush, provocant le lancement d'enquêtes de la part du gouverneur des îles Caïmans, Duncan Taylor. En 2012, le Gouvernement Cameron demande des réformes dans le système fiscal caïmanien en échange du versement d'une aide indispensable pour achever le payement d'infrastructure. Le , l'Assemblée adopte une motion de censure contre son gouvernement. Le lendemain, le gouverneur Duncan Taylor nomme Juliana O'Connor-Connolly comme nouveau Premier.

En 2014, Bush est lavé des accusations de corruption le concernant[2]. En 2015, il est de nouveau élu comme chef de l'opposition face au gouvernement d'Alden McLaughlin.

Suites aux élections législatives de mai 2017, il devient président de l'assemblée sous la gouvernement du dirigeant du Mouvement progressiste du peuple (PPM), Alden McLaughlin. Courant janvier 2021, McLaughlin avance d'un mois les élections Initialement prévues pour le en réponse aux appels de l'opposition à démettre McKeeva Bush de son poste de président de l'assemblée[3]. Chef de file du CDP, ce dernier vient alors d'être condamné en décembre pour trois charges d'agressions à un total de six mois de prison avec sursis et près de 5 000 dollars d'amendes et d'indemnisation pour sa victime, une barwoman qu'il avait saisit par les cheveux avant de la frapper à plusieurs reprises au visage lors d'une altercation dans son bar. La violence de l'agression provoque un tollé et conduit l'opposition à annoncer son intention de déposer une motion de censure à l'encontre de Bush[4],[5].

Voyant la cohésion de sa coalition mise à mal par cette affaire, McLaughlin procède à une dissolution anticipée, qu'il justifie par la nécessité de maintenir la stabilité du gouvernement, déclarant laisser aux électeurs le soin de renouveler ou non leur confiance envers le président de la chambre dans sa circonscription lors des élections législatives de 2021[3].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) David Simonelli, « Bush, William McKeeva », dans Franklin W. Knight, Henry Louis Gates Jr. (éd.), Dictionary of Caribbean ans Afro-Latin American Biography, vol. 1, New York, Oxford University Press, (ISBN 9780190614393), p. 443-445
  2. Peter Polack, « Ex-Premier of Cayman Islands acquitted of corruption charges », sur https://www.reuters.com, (consulté le )
  3. a et b Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées janvier
  4. (en) « Miller urges government to remove Speaker Bush », sur www.caymancompass.com, caycompass (consulté le ).
  5. (en) « Calls grow in Cayman to sack House Speaker McKeeva Bush », sur buzz-caribbean.com, werbuzz (consulté le ).