Hesperornis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hesperornis
Description de cette image, également commentée ci-après
Dessin montrant Hesperornis regalis en train de plonger.
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Sauropsida
Super-ordre Dinosauria
Clade Pennaraptora
Clade Paraves
Clade Eumaniraptora
Clade Avialae
Clade Euavialae
Clade Avebrevicauda
Clade Pygostylia
Clade Ornithothoraces
Clade Euornithes
Clade Ornithuromorpha
Clade Ornithurae
Clade  Hesperornithes
Famille  Hesperornithidae

Genre

 Hesperornis
Marsh[1], 1872

Espèces de rang inférieur

Hesperornis est un genre éteint d'« oiseaux » primitifs, aquatiques, dentés et non-volants, un avialien Ornithurae, rattaché au clade des Hesperornithes et à la famille des Hesperornithidae. Il a vécu au Crétacé supérieur, du Coniacien au Campanien inférieur[3], il y a environ entre 89 et 78 Ma (millions d'années). Ses fossiles ont été découverts en Amérique du nord aux abords de l'ancienne mer intérieure de l'Ouest nord-américain[4] ; mais il a aussi été décrit en Russie et en Suède[3].

Le genre Hesperornis est connu par de très nombreux fossiles à la différence de la quasi totalité des autres membres du clade des Hesperornithes. C'est un genre important dans le modèle de l'évolution des oiseaux.

Description[modifier | modifier le code]

Squelette reconstitué d'Hesperornis regalis.
Diagramme du crâne d'Hesperornis regalis (1915).

Taille[modifier | modifier le code]

Une longueur de 1,80 mètre a été envisagée par C. Perrins en 1987[5]. Sa taille est estimée à 1,40 mètre par Thomas Holtz en 2011[6], ce qui en fait tout de même l'un des plus grands Hesperornithes juste après le genre Canadaga.

Corps[modifier | modifier le code]

Dessin original d'Hesperornis regalis de Marsh en 1880[7].
Reconstitution obsolète, l'animal n'étant pas capable d'adopter cette posture sans se disjoindre les pattes.

Les jambes sont placées en arrière du corps, comme pour les fous, grèbes ou pingouins modernes. Les pieds d'Hesperornis n'étaient vraisemblablement pas palmés, mais leurs orteils étaient lobés, ce qui est connu chez les grèbes actuels avec une efficacité équivalente à celle des palmures des canards.

Les hanches et genoux sont tels qu'ils ne pouvaient pas lui permettre de marcher facilement. Les os sont denses, ce qui devait handicaper sa flottabilité mais augmenter sa capacité à plonger[8]. C'était un excellent et puissant nageur et plongeur, par contre, il devait être très mal à l'aise sur la terre ferme où il passait peu de temps sauf pour pondre et couver[9].

Ses ailes sont très atrophiées ne lui permettant pas de voler comme la plupart des membres du clade des Hesperornithes. Contrairement aux oiseaux plongeurs actuels, le fémur et les métatarses de ces oiseaux sont courts, alors que le tibia est long.

Crâne et dents[modifier | modifier le code]

Son bec est long, équipé de petites dents tranchantes rangées dans une rainure longitudinale[7], et certainement terminé par une pointe comme le bec des grèbes actuels. Contrairement aux dents reptiliennes d'autres oiseaux dentés, ses dents sont simples[10]. Ces dents pointues sont plantées dans un sillon longitudinal plutôt que dans des loges individuelles contrairement à un genre proche d'Ornithurae : Ichthyornis.

Paléoécologie[modifier | modifier le code]

Tylosaurus proriger, squelette présenté au Musée d'Histoire naturelle de l'Université du Kansas, avec le squelette d'une de ses proies l'oiseau aquatique Hesperornis.

C'était un prédateur marin connu principalement pour avoir vécu sur les marges de la mer intérieure de l'Ouest qui couvrait une grande partie de l'ouest de l'Amérique du nord au Crétacé supérieur. Il se nourrissait de poissons, d'ammonites et de bélemnites.

Hesperornis était chassé par de grands carnivores marins comme le prouve la présence de ses os dans le contenu stomacal d'un grand mosasaure trouvé dans le Dakota du Sud en 1987, Tylosaurus proriger[11].

Classification[modifier | modifier le code]

Les analyses phylogénétiques des années 2010 placent le clade des Hesperornithes, qui contient Hesperornis, au sein des Ornithurae comme, par exemple, le cladogramme simplifié ci-dessous de M. Wang et de ses collègues en 2015[12] :

Ornithurae

HesperornithesHesperornis BW.jpg




IchthyornisIchthyornis restoration.jpeg




Vegavis



Aves (oiseaux modernes)





En 2015, A. Bell et L. M. Chiappe conduisent une étude phylogénétique à un niveau spécifique pour déterminer les relations internes au sein du groupe des « Hesperornithiformes » (= Hesperornithes)[13]. Leur cladogramme ci-dessous montre que Hesperornis est le plus évolué des Hesperornithes :

« Hesperornithiformes »

Pasquiaornis




Enaliornis



Baptornithidae

AMNH 5101



FMNH 395



Baptornis advenus




Brodavidae

Brodavis varneri



Brodavis baileyi





Fumicollis hoffmani


Hesperornithidae

Parahesperornis alexi



Hesperornis








Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Référence Fossilworks Paleobiology Database : Hesperornis Marsh, 1872 (en)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) O. C. Marsh. 1872. Preliminary description of Hesperornis regalis, with notices of four other new species of Cretaceous birds. The American Journal of Science and Arts, series 3 3(13-18):360-365
  2. (en) Keiichi Aotsuka et Tamaki Sato, « Hesperornithiformes (Aves: Ornithurae) from the Upper Cretaceous Pierre Shale, Southern Manitoba, Canada », Cretaceous Research, vol. in press,‎ (DOI 10.1016/j.cretres.2016.03.003)
  3. a et b (en) Tomonori Tanaka; Yoshitsugu Kobayashi; Ken'ichi Kurihara; Anthony R. Fiorillo; Manabu Kano (2017). "The oldest Asian hesperornithiform from the Upper Cretaceous of Japan, and the phylogenetic reassessment of Hesperornithiformes". Journal of Systematic Palaeontology. Online edition. doi:10.1080/14772019.2017.1341960
  4. (en) Hills, L. V.; Nicholls, E. L.; Núñez-Betelu, L. "Koldo" M. & McIntyre, D. J., « Hesperornis (Aves) from Ellesmere Island and palynological correlation of known Canadian localities. », Canadian Journal of Earth Sciences, vol. 36, no 9,‎ , p. 1583-1588 (résumé)
  5. (en) Christopher Perrins, Birds: Their Lifes, Their Ways, Their World, Pleasantville, NY, US, Reader's Digest Association, Inc., (1re éd. 1979), 165–166 p. (ISBN 0895770652)
  6. (en) Holtz, Thomas R. Jr. (2011) Dinosaurs: The Most Complete, Up-to-Date Encyclopedia for Dinosaur Lovers of All Ages, Winter 2010 Appendix.
  7. a et b (en) Marsh O. C. (1880): Odontornithes, a Monograph on the Extinct Toothed Birds of North America. Government Printing Office, Washington DC
  8. (en) Chinsamy A, Martin, Larry D. & Dobson, P., Martin et Dobson, « Bone microstructure of the diving Hesperornis and the volant Ichthyornis from the Niobrara Chalk of western Kansas », Cretaceous Research, vol. 19, no 2,‎ , p. 225–235 (DOI 10.1006/cres.1997.0102)
  9. (en) Larry D. Martin, Evgeny N. Kurochkin et Tim T. Tokaryk, A new evolutionary lineage of diving birds from the Late Cretaceous of North America and Asia, vol. 21, , 59 p. (DOI 10.1016/j.palwor.2012.02.005)
  10. (en) Joseph T. Gregory, « The Jaws of the Cretaceous Toothed Birds, Ichthyornis and Hesperornis. », The Condor, vol. 54, no 2,‎ , p. 73-88 (lire en ligne)
  11. (en) Martin, J. E. and P. R. Bjork. 1987. Gastric residues associated with a mosasaur from the late Cretaceous (Campanian) Pierre Shale in South Dakota. Pages. 68–72. in Martin, J. E. and G. E. Ostrander, eds. Papers in Paleontology in Honor of Morton Green Dakoterra 3.
  12. (en) M. Wang, X. Zheng, J. K. O’Connor, G. T. Lloyd, X. Wang, Y. Wang, X. Zhang et Z. Zhou, « The oldest record of ornithuromorpha from the early cretaceous of China », Nature Communications, vol. 6,‎ , p. 6987 (PMID 25942493, DOI 10.1038/ncomms7987, lire en ligne)
  13. (en) A. Bell et L. M. Chiappe, « A species-level phylogeny of the Cretaceous Hesperornithiformes (Aves: Ornithuromorpha): Implications for body size evolution amongst the earliest diving birds », Journal of Systematic Palaeontology,‎ , p. 1 (DOI 10.1080/14772019.2015.1036141)