Hermann Langbein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hermann Langbein
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
VienneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de
Arme
Conflit
Lieux de détention
Distinction

Hermann Langbein (né le à Vienne, mort le à Vienne) est un communiste, résistant contre le nazisme et historien autrichien, cofondateur du Comité international d'Auschwitz.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après sa maturité, Hermann Langbein devient acteur au Volkstheater à Vienne. En 1933, il rejoint le KPÖ, quitte son pays après l'Anschluss pour se battre durant la Guerre d'Espagne dans les Brigades internationales. Après la défaite des Républicains, il fuit en France début 1939 et est interné puis, sous l'Occupation, livré aux Allemands en 1941.

Il est alors immédiatement envoyé au camp de concentration de Dachau, où il est employé aux écritures à l'infirmerie. En août 1942, il est transféré au camp d'Auschwitz I et porte le numéro de prisonnier 60 355. Il est aussi employé aux écritures auprès du docteur Eduard Wirths. Il participe à la résistance dans le camp au sein du Kampfgruppe Auschwitz (Groupe de combat d’Auschwitz) et fait partie de la direction internationale du Groupe, aux côtés de son compatriote Ernst Burger et des Polonais Józef Cyrankiewicz et Tadeusz Hołuj. En août 1944, Langbein est transféré au camp de Neuengamme puis à Lerberck, près de Minden. Lors du transport d'évacuation à Fallersleben mi-avril 1945, il saute du train et parvient à s'enfuir à vélo en Autriche, où il arrive à Vienne en mai 1945.

Il devient permanent du KPÖ, membre du comité central et s'implique dans la mise en place d'écoles du Parti. Par ailleurs, dès 1947, il raconte son expérience des camps de concentration dans Die Stärkeren. Ein Bericht aus Auschwitz und anderen Konzentrationslagern (Les plus forts. Un rapport sur Auschwitz et les autres camps de concentration) publié en 1949. Au début des années 1950, il n'est pas réélu au Comité central. En conflit avec le parti, il est envoyé à Budapest, où il prépare des émissions de radio pour les Hongrois germanophones. Il revient en Autriche avec sa femme et sa fille en 1954.

Il est cofondateur du Comité international d'Auschwitz et en devient le premier secrétaire général. De 1955 au début des années 1960, Langbein est le secrétaire autrichien de l'association réunissant les anciens prisonniers d'Auschwitz. Il fait connaître au public les crimes des camps et se bat pour l'indemnisation des victimes. Il est exclu du Parti communiste en 1958 lorsqu'il questionne et critique le stalinisme après l'insurrection de Budapest. Par la suite, il est relevé de son poste de secrétaire au CIA. En 1963, il est secrétaire du Comité International des Camps.

Au milieu des années 1960, il contribue au procès de Francfort, le second procès concernant les crimes d'Auschwitz, mené par le juge Fritz Bauer, et est témoin. Il devient ensuite journaliste et écrivain. Langbein est honoré comme Juste parmi les nations par le mémorial de Yad Vashem en 1967[1].

De 1989 à 1995, il organise avec Johannes Schwantner le séminaire « Idéologie et la réalité du national-socialisme » destiné aux enseignants. Ce séminaire annuel organisé à Linz prend le nom de « Hermann Langbein Symposium » après sa mort. En outre, Langbein a participé à la rénovation du Musée national Auschwitz-Birkenau.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Auschwitz. Zeugnisse und Berichte zus. mit Hans Günther Adler und Ella Lingens-Reiner (de)
    • darin von ihm selbst: Kampfgruppe Auschwitz. Europäische Verlagsanstalt 1962, rééd. 1995 (ISBN 3-434-46223-6)
  • „Nicht wie die Schafe zur Schlachtbank!“ Widerstand in NS-Konzentrationslagern, Fischer TB, (ISBN 3-596-23486-7)
  • Menschen in Auschwitz, Ullstein, Frankfurt 1980 u. ö. (ISBN 3-548-33014-2); Europa, München 1999, (ISBN 3-203-51243-2)
  • Der Auschwitz-Prozess, 2 Bde., Verlag Neue Kritik, 1995 (ISBN 3-8015-0283-X)
  • Die Stärkeren. Ein Bericht aus Auschwitz und anderen Konzentrationslagern. Zuerst 1949. Wieder: Hg. Franz Richard Reiter, Ephelant, Wien 2008, (ISBN 978-3-900766-22-1)
  • „... wir haben es getan“, Europa, Wien 1964
  • Pasaremos. Briefe aus dem spanischen Bürgerkrieg, Bund, Köln 1982
  • Eugen Kogon, Hermann Langbein, Adalbert Rückerl (de) u. a. (Hrsg.): Nationalsozialistische Massentötungen durch Giftgas. Fischer-Verlag, Frankfurt am Main 1986, (ISBN 3-596-24353-X).

Édition en français[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source, notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [(en) Hermann Langbein sur le site Yad Vashem