Ernst Burger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Burger.
Ernst Burger
Naissance
Vienne, Autriche-Hongrie
Décès (à 29 ans)
Auschwitz, Troisième Reich
Origine Autriche
Allégeance KJÖ
Type de militance ''Rote Falken'' (de)
Jeunesse communiste d'Autriche
Groupe de combat d'Auschwitz
Cause défendue Résistance contre le nazisme
Hommages • Plaque commémorative Matznergasse 18, à Vienne
• Une rue porte son nom dans le 14e arrondissement de Vienne

Ernst Burger, né le à Vienne et mort le au camp de concentration d’Auschwitz, est un communiste autrichien, activement engagé dans la résistance contre le nazisme et membre dirigeant du mouvement de résistance dans le camp d’Auschwitz.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ernst Burger grandit dans une famille ouvrière du quartier de Hietzing à Vienne. Il apprend le métier d’employé de bureau dans le secteur commercial, profession qu’il exerce de 1929 à 1934[1].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

En 1926, il adhère aux ''Rote Falken'' (de), organisation socialiste de loisirs pour la jeunesse, dont il devient chef de groupe de 1931 à 1933, puis chef d’arrondissement de 1933 à , date de son interdiction. Après la guerre civile autrichienne de 1934, il rejoint la Jeunesse communiste d'Autriche illégale et est élu à sa direction en 1935. Pendant la période de l'austrofascisme, en , et , il est arrêté et emprisonné par la police pendant plusieurs semaines, parfois plusieurs mois et, en , il est condamné à deux mois de cachot par décision du tribunal de Korneubourg. D’ à , il est envoyé au camp d’internement de Wöllersdorf[2],[3].

De à , il séjourne à Moscou pour suivre des cours à l’École internationale Lénine.

Après l’Anschluss, Ernst Burger se réfugie en Suisse en puis à Paris. Afin d’organiser le travail du KPÖ illégal, il revient clandestinement en Autriche en , mais il est arrêté deux jours plus tard par la Gestapo. En , il est condamné par le tribunal de Vienne à deux ans et neuf mois de prison pour tentative de haute trahison et incarcéré à la prison de Stein.

Résistance au camp d’Auschwitz[modifier | modifier le code]

Une fois sa peine de prison purgée, Ernst Burger n’est pas libéré mais transféré par la Gestapo au camp principal d'Auschwitz où il entre le et porte le n° 23 850. Il exerce la fonction de secrétaire du Block 4[4]. Un groupe de résistance autrichien se constitue en 1942, dont il est la figure centrale[5],[6]. À ce groupe se joignent Alfred Klahr, Hermann Langbein, Rudolf Friemel, Ludwig Vesely, puis également Heinrich Dürmayer et Ludwig Soswinski. Début , le groupe de résistance autrichien et le groupe de résistants polonais de gauche fusionnent pour former le Kampfgruppe Auschwitz (Groupe de combat d’Auschwitz)[6]. Ernst Burger en assume la direction politique et se charge de former des groupes politiques dans les kommandos de travail les plus importants[7].

L’objectif final de la résistance est d’organiser un soulèvement armé dans le camp. Cependant, il apparaît plus efficace d’agir en coordination avec les partisans polonais basés à proximité du camp. Pour les rejoindre, Ernst Burger et quatre autres de ses camarades du Groupe de combat d’Auschwitz tentent une évasion le . Mais c’est l’échec, suivi d’une mise au cachot au Block 11, de semaines de tortures sans qu’aucun d’entre eux ne livre la moindre information. Le , les détenus sont conduits sur la place d’appel pour y être pendus devant les 15 000 déportés rassemblés. Juste avant l’exécution, ils crient des mots d’ordre antifascistes malgré les coups qui s’abattent sur eux pour tenter de les faire taire[8].

Hommages[modifier | modifier le code]

En , une plaque commémorative a été apposée sur l’immeuble au 18 de la Matznergasse à Vienne (14e arrondissement) où a vécu Ernst Burger.
Par ailleurs, la ville de Vienne a donné en le nom d’Ernst Burger à une rue du 14e arrondissement[9].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Hermann Langbein, Menschen in Auschwitz, Frankfurt am Main, Berlin, Wien, Ullstein-Verlag, (ISBN 3-548-33014-2)
  • (fr) Hermann Langbein : Hommes et femmes à Auschwitz, traduit par Denise Meunier, Tallandier, 2011 (ISBN 978-2847348156)
  • (de) Manfred Mugrauer, Ernst Burger (1915–1944) : Funktionär des Kommunistischen Jugendverbandes und führendes Mitglied der „Kampfgruppe Auschwitz“, Vienne, Dokumentationsarchiv des österreichischen Widerstandes : Feindbilder, (ISBN 978-3-901142-65-9, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mugrauer Ernst Burger, p. 192.
  2. Camp de Wöllersdorf-Steinabrückl : à l’époque de l’austrofascisme (1933-1938), un camp d’internement pour prisonniers politiques fut installé sur le terrain d’une usine de fabrication de munitions
  3. Ernst Burger (1915–1944) (site Web de l'Alfred Klahr Gesellschaft, consulté le 20 décembre 2014)
  4. Henryk Świebocki: Die „Kampfgruppe Auschwitz“. In: Wacław Długoborski, Franciszek Piper (Hrsg.): Auschwitz 1940–1945. Studien zur Geschichte des Konzentrations- und Vernichtungslagers Auschwitz. Oswiecim 1999, III. Band Widerstand. p. 154
  5. Henryk Świebocki: Die „Kampfgruppe Auschwitz“. In: Wacław Długoborski, Franciszek Piper (Hrsg.): Auschwitz 1940–1945. Studien zur Geschichte des Konzentrations- und Vernichtungslagers Auschwitz. Oswiecim 1999, III. Band Widerstand. p. 155
  6. a et b Langbein Menschen in Auschwitz, p. 290 et s.
  7. Mugrauer Ernst Burger, p. 217.
  8. Langbein Menschen in Auschwitz, p. 304 et ss.
  9. Zum Andenken an einen österreichischen Freiheitskämpfer In: Rathauskorrespondenz du 30 novembre 1963 (consulté le 18 juillet 2012)