Eduard Wirths

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eduard Wirths
Eduard Wirths vers 1939
Eduard Wirths vers 1939

Naissance
Geroldshausen, Empire allemand
Décès (à 36 ans)
Staumühle
Allégeance Drapeau de l'Allemagne nazie Troisième Reich
Arme Flag of the Schutzstaffel.svg Schutzstaffel
Grade SS-Standortarzt

Eduard Wirths ( à Geroldshausen en Allemagne en Allemagne) fut le médecin chef SS du camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz de septembre 1942 à janvier 1945. Ainsi, Wirths avait la responsabilité formelle de tout ce qu'entreprenaient les médecins SS du camp (y compris Josef Mengele, Horst Schumann et Carl Clauberg) qui travaillaient dans les sections médicales du camp d'Auschwitz entre 1942-1945.

Famille[modifier | modifier le code]

Eduard Wirths est né à Geroldshausen près de Wurtzbourg en Bavière dans une famille catholique de tendance démocrate-socialiste.

Son père a servi comme brancardier pendant la Première Guerre mondiale et, selon le Dr Robert Lifton Jay, était sorti de la guerre « dans un état dépressif comportant des tendances pacifistes, qui se sont sans aucun doute exprimées dans son désir (comme le dit l'un de ses fils) de « faire des médecins de nous tous  »… »[1].

Le frère cadet de Wirths, Helmut, est devenu un éminent gynécologue (qui plus tard est allé à Auschwitz pour rendre visite à son frère afin de participer à des expériences sur le cancer, mais le quitta après seulement quelques jours en raison de l'horreur que lui avait inspiré ce qu'il avait vu là-bas). Selon le psychiatre américain Robert Jay Lifton « … Parmi les garçons, c'est Eduard qui fut le plus influencé par son père, en ce qu'il devint minutieux, obéissant, et particulièrement consciencieux et fiable - traits qui ont continué dans sa vie d'adulte. Il n'a jamais fumé ou bu et a été décrit comme compatissant et « doux » dans ses réponses aux autres… »[1].

La famille Wirths n'était pas connue pour être antisémite ou avoir des sympathies pour les politiques nationalistes radicales.

Sa carrière de médecin[modifier | modifier le code]

Eduard Wirths poursuit des études de médecine à partir de 1930 et les achève avec succès en 1935 à Wurtzbourg.

En 1933, il devient membre du NSDAP et de la SA et l’année suivante il passe dans la SS.

Il fait son stage de fin d'études en 1936 à l’office régional de Thuringe pour les questions raciales[2] et épouse la même année une étudiante en médecine avec laquelle il aura quatre enfants[3].

Pendant la guerre, il est mobilisé comme médecin militaire et, en tant que tel, membre de la Waffen-SS. Il prend part à la campagne de Russie mais, pour des raisons de santé, il est affecté à l'inspection des camps de concentration au printemps 1942.

Après Dachau et Neuengamme, Eduard Wirths est muté à Auschwitz en septembre 1942 et nommé Hauptsturmführer. Il est dès lors responsable des actes des vingt médecins SS (dont Josef Mengele, Horst Schumann et Carl Clauberg) qui travaillent dans les sections médicales du camp entre 1942 et 1945.

Détenu par l'armée britannique à la fin de la guerre, Wirths se suicide par pendaison après qu'un officier lui ait tendu la main en lui disant : « Maintenant, j'ai serré la main du médecin-chef d'Auschwitz qui est responsable de quatre millions de morts. »[4]. Wirths, qui avait le grade de Sturmbannführer (major) depuis septembre 1944, meurt le 20 septembre 1945.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lifton, p. 385.
  2. (de) Andreas Eder, Eine Biografie von Andreas Eder zum Gedenken an den "Engel von Auschwitz", Gedenkgruppe Bregenz (ISBN 3-902221-08-9, lire en ligne), p. 10/11
  3. Eduard Wirths (1909–1945) - SS-Sturmbannführer, Standortarzt von Auschwitz - Biographie, Timo Sauer, 5 juin 2005
  4. cité par Hermann Langbein, Menschen in Auschwitz, Frankfurt am Main/Berlin/Wien 1980, 432

Voir aussi[modifier | modifier le code]