Le Labyrinthe du silence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Labyrinthe du silence

Titre original Im Labyrinth des Schweigens
Réalisation Giulio Ricciarelli
Scénario Elisabeth Bartel
Giulio Ricciarelli
Acteurs principaux
Sociétés de production Claussen + Wöbke + Putz Filmproduktion
Naked Eye Filmproduction
Pays de production Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre Drame historique
Durée 120 minutes
Sortie 2014

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Labyrinthe du silence (Im Labyrinth des Schweigens) est un film dramatique historique allemand coécrit et réalisé par Giulio Ricciarelli, sorti en 2014.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Francfort-sur-le-Main 1958. Le jeune procureur Johann Radmann recherche des pièces décisives sur les camps de la mort d'Auschwitz. Le film s'inspire de ce que l'on a appelé le « Second procès d'Auschwitz ». Ce procès visait 22 membres de la direction du camp et s'est déroulé entre et .

Le personnage de Johann Radmann s'inspire de trois procureurs réels : Joachim Kügler, Georg Friedrich Vogel et Gerhard Wiese (de). Des protagonistes ayant réellement existé, dont le procureur général Fritz Bauer, le journaliste Thomas Gnielka (en) et Hermann Langbein ancien déporté et lien avec des témoins, y sont également incarnés[1].

Radmann réussit à inculper plusieurs criminels nazis, dont Robert Mulka (l'adjoint du commandant du camp) et le dernier commandant, Richard Baer, mais il échoue à faire arrêter Josef Mengele. Dans le même temps, Fritz Bauer s'adresse au Mossad pour organiser la capture d'Adolf Eichmann.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Le film est dédié à Gert Voss, décédé à la fin du tournage.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fritz Bauer, le chasseur de nazis », Le Vif,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. R.M., « "The Fool" de Yuriy Bykov remporte la Flèche de Cristal », sur ledauphine.com, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]