Henry Cros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Henri Cros)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cros.
Henry Cros
Selbstporträt Henri Cros.jpg

Henry Cros, Autoportrait (1889), localisation inconnue.

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
SèvresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Lieu de travail
Fratrie
Distinction

César Isidore Henry Cros, né le à Narbonne[1] et mort le à Sèvres[2], est un sculpteur, peintre, céramiste et maître verrier français.

Il est le frère du poète et inventeur Charles Cros (1842-1888) et d'Antoine-Hippolyte Cros (1833-1903), troisième souverain de l'éphémère Royaume d'Araucanie et de Patagonie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille d'intellectuels, Henry Cros apprend à peindre dès 1854[3]. Il suit l’enseignement des sculpteurs François Jouffroy et Antoine Étex et du peintre Jules Valadon à l'École des beaux-arts de Paris[4]. Il débute au Salon de 1861 en présentant un buste de son frère Charles Cros[3]. En 1863, il participe au Salon des refusés. Par la suite, il se tourne vers le portrait sculpté.

L'évolution de sa technique[modifier | modifier le code]

Henry Cros commence par s'intéresser à la cire et à reproduire plusieurs de ses sculptures dans ce matériau et invente même un procédé de peinture à l'encaustique[3], puis il s'intéresse à la céramique et produit des grès[4],[5]. Il finit par pratiquer la verrerie et participe à la mise au point de la technique de la pâte de verre moderne, technique qui était selon lui utilisée par les Grecs[4].

Son œuvre singulier, libre de toute forme d'académisme et relevant de l'Art nouveau, s'inspire notamment de thèmes de l'Antiquité européenne[6]. Il a notamment travaillé à la Manufacture nationale de Sèvres.

Il a créé le portrait en médaillon de sa nièce, Laure-Thérèse Cros, reine d'Araucanie et de Patagonie[7].

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En Belgique
En France


Publication[modifier | modifier le code]

  • L'encaustique et les autres procédés de peinture chez les anciens, Paris, J. Rouam, 1884 (lire en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales de l'Aude, commune de Narbonne, acte de naissance no 229, année 1840.
  2. Archives départementales des Hauts-de-Seine, commune de Sèvres, acte de décès no 23, année 1907.
  3. a, b et c Yves Delaborde, Le verre : art & design, XIXe-XXIe siècles, Hauts-de-Seine, ACR. Courbevoie, .
  4. a, b et c Stanislas (1858-1944) Auteur du texte Lami, Dictionnaire des sculpteurs de l'École française au XIXe siècle. T. I. A-C, É. Champion, 1914-1921 (lire en ligne).
  5. Luc Benoist, La sculpture française, Paris, Larousse, , p. 246.
  6. a et b D'après Jean-Luc Olivié, conservateur du musée des arts décoratifs de Paris, [1], consulté le 3 octobre 2007.
  7. [PDF] araucanie.com.
  8. « Apothéose de Victor Hugo », notice sur parismuseescollections.paris.fr.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :