Hennaya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hennaya
Noms
Nom arabe الحناية
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Oranie
Wilaya Tlemcen
Daïra Hennaya
Code postal 13009
Code ONS 1326
Démographie
Population 33 356 hab. (2008[1])
Densité 308 hab./km2
Géographie
Coordonnées 34° 57′ 00″ nord, 1° 22′ 00″ ouest
Superficie 108,23 km2
Localisation
Localisation de Hennaya
Localisation de la commune dans la wilaya de Tlemcen
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Hennaya
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Hennaya

Hennaya (anciennement Eugène Étienne pendant la colonisation française), est une commune de la wilaya de Tlemcen en Algérie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Hennaya est situé au nord de la wilaya de Tlemcen, à environ 10 km au nord-ouest de Tlemcen.

Localités de la commune[modifier | modifier le code]

En 1984, la commune de Hennaya est constituée à partir des localités suivantes[2] :

  • Hennaya
  • Khemisti
  • Village socialiste agricole Ouled Kada
  • Abouda
  • Melilia
  • Aïn Lahdjar
  • Merazga
  • Taaouniya
  • Mekacem
  • Zones éparses

Histoire[modifier | modifier le code]

Certains font remonter la fondation de Hennaya au XIIIe siècle. Cependant il est rapporté par la tradition orale et admis que trois tribus arabes sont à l’origine de sa fondation : Les Guendouz les Lablack et les kherroubi. Le nom el hennaya peut signifier voute ou arcade, peut-être par référence aux vestiges romains existants sur les lieux. D’ailleurs Le minaret, seul vestige de la vieille mosquée de Sidi Yahia construite sous les Zianides (1236-1554) contient des pierres romaines. Lucas de Toro, renégat espagnol originaire d’Ibiza, devient lieutenant de l’alcaide de Tlemcen, puis chef de la compagnie qui percevait la guarama et enfin en 1580 alcaide de Uenarax (Hennaya), ville proche de Tlemcen. (extrait de : Bennassar : les chrétiens d’allah)

La bataille de la Sikkak le eut lieu entre Bugeaud et l’Emir Abdelkader renforcé des troupes de Hennaya. Leur soutien à l’Émir et leur résistance acharnée vont couter cher à la population d’Hennaya. Après la prise du village en 1846 et la destruction de l’ancienne enceinte les Français ont érigé une nouvelle enceinte et une nouvelle forteresse. Il existe une fontaine de la porte (de l’enceinte) en plus de la fontaine Bensbaà. D’après Jean Yves Thorignac (petit fils de colon) : … L’administration supérieure décida ainsi la création de ce nouveau centre en 1850, après de durs combats livrés par les colonnes françaises de 1842 à 1846, sous les murs d’Hennaya, situé à deux lieues de Tlemcen, dans une position où il y a des eaux assez abondantes, mille pieds d’oliviers appartenant à l’état ( ?). « Je (Mac Mahon) demande donc avec insistance à ce que les terres qui avoisinent ce futur centre (de colonisation) leur soit réservé (aux 150 familles de soldats qui attendent à Tlemcen ) ». …se détache le minaret élancé de Sidi Yahia, au pied duquel sont quelques-unes des habitations qui forment le village, habitations toutes arabes…qui peut être de 150 à 200 individus. D’après ce que rapporte ce chroniqueur, de ce village prospère, il ne reste que 150 à 200 individus, probablement en grande majorité des femmes et des enfants, sur une population qui devait compter 5000 individus au minimum. Que sont-ils devenus ??? Les chroniqueurs français le taisent pudiquement. Après la colonisation, les Français, ou plutôt des indigents de toute la méditerranée (comme indiqué par la ferme Jacomo), ont bâti leur village plus haut et l’ensemble a été rebaptisé Eugène Etienne – Hennaya. Le village arabe était connu par son Derb Ennouayel. Certains, parmi ceux qui ont accaparé les terres des autochtones n’étaient pas agriculteurs. Ils ont donc sous loué ces terres à leurs propriétaires d’origine. C’est finalement la viticulture qui a fait la prospérité des colons et la majorité des demeures et des fermes comportait une cave vinicole. Bien avant le déclenchement de la guerre de libération, une grande partie de la population d’Hennaya était fortement politisée et impliquée dans le mouvement nationaliste. Pendant la guerre (1954-1962) l’armée coloniale avait pour pratique courante d’exposer les corps des combattants, abattus la veille, sur la place qui faisait face au marché couvert et la populace était forcée à défiler devant ce spectacle. Parmi ceux tombés au champ d’honneur, il y a le commandant Faradj, originaire de Bni Hdyel et adopté et élevé à Hennaya.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le recensement général de la population et de l'habitat de 2008, la population de la commune de Hennaya est évaluée à 33 356 habitants contre 12 780 en 1977:

Évolution démographique
1977 1987 1998 2008
12 78021 90830 49733 356
(Source : recensement [3])

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]