Heldon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Heldon
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Rock expérimental, rock progressif, rock électronique, zeuhl, musique industrielle
Années actives 19741979, 2000 (réunion)
Labels Disjuncta, Cobra, Egg, Captain Trip Records, bureau-b, Cuneiform Records, Urus Records, Bam Balam Records, SouffleContinu
Composition du groupe
Anciens membres Voir membres

Heldon est un groupe de rock électronique français, originaire de Paris. Heldon est actif dans les années 1970 et se reforme uniquement en 2000.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le guitariste Richard Pinhas forme Heldon en 1974[1]. Son nom est tirée d'une cité fictionnelle décrite dans le roman Rêve de fer de l'écrivain de science-fiction Norman Spinrad[2]. Comme on peut dire du groupe King Crimson qu'il est le véhicule des conceptions musicales de son leader Robert Fripp, indépendamment des fréquents remplacements de musiciens, Heldon est une entité changeante dont la cohérence et la continuité sonore est assurée par Pinhas, qui produit lui-même ses nombreux enregistrements et les distribue sur son propre label, Disjuncta. Leur premier album, Électronique guérilla, est édité à 1 000 exemplaires et destiné à « promouvoir de la musique non distribuée normalement[3]. »

Richard Pinhas fait appel à différents collaborateurs au fil du temps, dont des instrumentistes issus d'un autre groupe français à géométrie variable : Magma. La particularité de Pinhas est son fort tropisme pour la philosophie et la littérature de science-fiction[précision nécessaire]. Ainsi a-t-il enregistré avec le philosophe Gilles Deleuze (dont il a suivi les cours à l'Université de Vincennes) ou des écrivains tels Norman Spinrad et Maurice G. Dantec (ce dernier sur le projet Schizotrope).

Marquée par les travaux de Robert Fripp et Brian Eno ((No Pussyfooting), 1973) autant que par ceux de King Crimson (Larks' Tongues in Aspic, 1973 ; Red, 1974) et Philip Glass, la musique de Heldon n'en reste pas moins profondément originale et novatrice[réf. nécessaire] dans sa façon de relier l'électronique et la puissance du son de la guitare électrique. Elle exerce, à son tour, une influence dans le domaine du rock dit progressif et instrumental[réf. nécessaire]. Entre 1974 et 1979, le groupe sort sept albums sttudio (parfois doubles, comme It's Always Rock and Roll, peut-être leur opus le plus remarqué[3].

L'année 2000 voit paraître Only Chaos is Real, album avec lequel Heldon renaît de ses cendres. Participent à cette nouvelle mouture Dantec, Spinrad, Antoine Paganotti (chanteur chez Magma), Olivier Manchion (bassiste du groupe Ulan Bator), David Korn, mais aussi des anciens du groupe revenus pour célébrer sa réincarnation, comme Alain Bellaïche et Georges Grunblatt, ou des proches comme Bernard Paganotti et Benoît Widemann (tous deux anciens membres de Magma). Le fils de Pinhas, Duncan Nilsson, joue sur le titre Holy Dolly. En 2006, le label Captain Trip Records sort deux albums live ; Well and Alive in France: Live in Nancy 1979 et Live Electronik Guerilla: Paris 1975-1976.

Membres[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jonathyne Briggs, Sounds French: Globalization, Cultural Communities and Pop Music, 1958-1980, (ISBN 0190266643).
  2. Notice biographique sur neospheres.free.fr
  3. a et b « Encyclopédie du Rock - Heldon », sur rockmadeinfrance.com (consulté le 7 mai 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]