Hôtel d'Estrées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’architecture ou l’urbanisme
Cet article est une ébauche concernant l’architecture ou l’urbanisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Hôtel d'Estrées
Hôtel d'Estrées (Paris) 01.JPG

L'hôtel d'Estrées vu depuis la cour d'honneur.

Présentation
Type
Architecte
Construction
Destination initiale
Habitation
Destination actuelle
Résidence
Propriétaire
Fédération de Russie
Géographie
Pays
Région
Commune
Arrondissement
Adresse
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

L’hôtel d'Estrées est un hôtel particulier situé à Paris dans le 7e arrondissement, au 79 rue de Grenelle. Il est actuellement la résidence de l'ambassadeur de Russie en France.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'hôtel a été construit entre 1711 et 1713 par Robert de Cotte[1], premier architecte du roi, pour Madeleine-Diane de Bautru de Vaubrun (1668?-1753)[2], veuve du duc d'Estrées[3].

Après la mort de la duchesse, son neveu et héritier Louis Antoine de Gontaut-Biron le vendit à Charlotte-Aglaé d'Orléans, épouse de François III de Modène, duc de Modène, fille du Régent. Le duc de Modène, après la mort de son épouse survenue en 1761, le revendit au Duc d'Harcourt. A la Révolution Française il devint propriété du général Henri Jacques Guillaume Clarke, duc de Feltre (1765-1818) et ministre de la Guerre sous l'Empire, entre 1807 et 1814.

En 1863, le gouvernement russe en fit l'acquisition auprès des héritiers de la marquise, puis duchesse Louise-Élisabeth de Croÿ de Tourzel (1749-1832), pour y installer l'ambassade impériale de Russie, pour 1 300 000 francs[1].

Après cette acquisition, le nouveau propriétaire remania considérablement l’aménagement intérieur de l’hôtel, pour les besoins de l’administration de l'ambassade. Il installa son bureau et ses appartements privés au rez-de-chaussée, et les salons de réception au premier étage. Au même étage, dans l’aile droite, se trouvaient les appartements réservés aux hôtes d’honneur, ils étaient à la disposition des membres de la famille impériale de passage à Paris.

Le tsar Alexandre y reçut pour un bal Napoléon III et l'impératrice Eugénie, lors de l'exposition universelle de 1867[1].

Nicolas II et la tsarine y séjournèrent pendant leur voyage officiel à Paris en octobre 1896. Le couple donne une réception pour le président de la République Félix Faure et l'impératrice y présente ses condoléances à la veuve de Sadi Carnot, assassiné par des anarchistes deux ans auparavant. À cette occasion également, le tsar posa la première pierre du pont Alexandre-III[1].

De 1924 à 1978, il s'agit de l'ambassade de l'URSS en France. En 1977 y a lieu une rencontre entre Leonid Brejnev et le secrétaire général du PCF, Georges Marchais[1]. Depuis 1978, le siège de l'ambassade de Russie en France est situé aux 40-50 boulevard Lannes, dans le 16e arrondissement ; l'hôtel d'Estrées est quant à lui depuis la résidence officielle de l'ambassadeur.

Dégagé de toutes contingences l’hôtel d’Estrées subit en 1981-1982 une restauration complète effectuée par une équipe de plus de 200 restaurateurs. À partir du moment où le décor d’origine du début du XVIIIe siècle eut totalement disparu après plusieurs remaniements successifs les restaurateurs ont remis en l’état l’intérieur en style Second Empire.

Architecture[modifier | modifier le code]

Sur le plan architectural, l’hôtel d’Estrées est conçu de la même manière que d’autres bâtiments de la même époque. Derrière le portail massif en demi-cercle se trouve la cour d’honneur pavée. Les combles au troisième étage furent rajoutés par la suite et surplombent l’ensemble. La façade est décorée par un fronton classique avec pilastres corinthiens. Derrière le bâtiment se trouve un jardin rectangulaire à la française, au centre - la sculpture de Marianne offerte à l'ambassade de Russie par le peintre et le sculpteur français Paul Flickinger à l’occasion des Années croisées 2010.

Pièces remarquables[modifier | modifier le code]

  • Le Salon bleu, qui était le cabinet de travail du tsar Nicolas II lors de sa visite en France en 1896. Malgré la période soviétique, la pièce a conservé en décor sur les murs le monogramme d'Alexandre III et les armes impériales (l'aigle à deux têtes avec le médaillon de saint Georges, terrassant un dragon)[1].
  • Le Salon doré, qui comporte quatre colonnes cannelées à chapiteau corinthien, des sculptures en bronze de style néoclassique (fin du XVIIIe siècle) et des représentations des Fables de Jean de la Fontaine[1].
  • Le grand escalier, où figure la tapisserie Le Triomphe d'Alexandre de Macédoine, tissée au XVIIe siècle à Bruxelles et inspirée de Charles Le Brun[1].
  • La salle à manger, où est accroché Le Mirage, un tableau d'Ivan Aïvazovski présentant une vue de Constantinople dans la brume. Des tableaux de l'école flamande figurent dans la même pièce[1].
  • Une antichambre au premier étage, où est accroché un portrait de la Grande Catherine et un d'Alexandre III. Il donne sur la gauche sur le Salon rouge (de style Louis XV et qui compte une cheminée baroque en granit rouge, une imposante pendule et des candélabres en bronze du début du XIXe siècle), où ont lieu les réceptions officielles[1].
  • Le Salon vert, dans l'aile droite du premier étage : il s'agissait de la salle à manger à l’époque de l'Empire russe[1].

Iconographie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Pierre de Boishue, « À Paris, un hôtel très particulier », Le Figaro Magazine, semaine du 31 janvier 2014, pages 72-76.
  2. Madeleine-Diane de Bautru de Vaubrun (1668 ?-1753) épousa le 23 août 1688 François-Annibal III (1648/49-1698), duc d'Estrées, veuf avec cinq jeunes enfants de son premier mariage avec Madeleine de Lionne († 1684), fille du marquis de Berny à éduquer. Elle donna trois autres enfants au duc. Le couple demeura alors à Paris, à l’hôtel de Lionne, rue Neuve des Petits-Champs, propriété du duc d’Estrées en 1682. Il l’occupait encore en 1698, année de la mort de François-Annibal. La duchesse d'Estrées survécut à ses enfants et à son frère Nicolas-Guillaume de Bautru de Vaubrun († 1746), abbé commendataire de l'abbaye de Cormery - dont elle recueillit l'héritage (Archives nationales, cotes MC/ET/XCII/566). Elle mourut le 6 février 1753, âgé de quatre-vingt-cinq ans et fut enterrée à Saint-Sulpice, sa paroisse (François Alexandre Aubert de la Chenaye Desbois : Dictionnaire de la noblesse …, 1773, p. 198)
  3. François Annibal III (1648/49-1698), 3e duc d'Estrées (1687) était le fils de François-Annibal II d'Estrées. Il mourut à Paris le 11 septembre 1698 dans sa 50e année. Son corps fut porté à l’église du couvent des Feuillants de Soissons, sépulture de la famille d’Estrées.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :