Hôtel Hannon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Hannon
Saint-Gilles Brunfaut 050810 (15).JPG
Présentation
Type
Hôtel de maître
Destination initiale
Style
Architecte
Construction
Commanditaire
Statut patrimonial
1976
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Verbindingslaan 1 , Brugmannlaan, Sint-Gillis et Avenue de la Jonction 1, Avenue BrugmannVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de Bruxelles
voir sur la carte de Bruxelles
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Belgique
voir sur la carte de Belgique
Red pog.svg

L'Hôtel Hannon est un hôtel de maître de style Art nouveau situé à Saint-Gilles, commune de la Région de Bruxelles-Capitale, en Belgique.

L'édifice a été construit de 1903 à 1904 pour Édouard Hannon, et constitue la seule réalisation de style Art nouveau de l'architecte Jules Brunfaut[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

L'Hôtel Hannon se dresse à l'angle de l'avenue Brugmann et de l'avenue de la Jonction, à Saint-Gilles, « dans un quartier qui, aujourd'hui encore, recèle une sacrée poignée de perles architecturales »[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Édouard Hannon, ingénieur de la firme Solvay[1], artiste-peintre, critique d'art et photographe[3], confie la conception et la réalisation de sa future maison à son ami Jules Brunfaut, lui demandant d'utiliser le style Art nouveau dont il est un grand amateur.

L'hôtel est occupé par la famille Hannon jusqu’en 1965 : à la mort de la fille du propriétaire, le bâtiment est abandonné au vandalisme[1] et menacé de démolition.

En 1973, la fille de Jules Brunfaut interpelle la Commission royale des Monuments et Sites et fait part de ses inquiétudes quant à la réalisation de son père, inoccupée depuis plusieurs années[2] : l'extérieur du bâtiment est alors classé en 1976[1].

L'édifice est acquis par la commune en 1979[3], l'intérieur est classé en 1983[1] et l'immeuble fait l'objet d'une importante rénovation de 1984 à 1989[1].

En 1988[2], l'Hôtel Hannon est mis à la disposition de l'Espace photographique Contretype[3] qui, en plus de conserver l'œuvre photographique d'Édouard Hannon (qui était passionné de photographie[2]), assure la promotion de la photographie créative au travers d'expositions, de rétrospectives d'artistes et de conférences et de ses publications. Après avoir occupé l'Hôtel jusqu'en 2014, Contretype déménage à la Cité Fontainas, un autre édifice Saint-Gillois[4].

Architecture[modifier | modifier le code]

Les façades de l'Hôtel Hannon combinent la brique blanche, la pierre d'Euville et la pierre bleue[1].

L'Hôtel présente deux façades fortement asymétriques : une courte façade d'une seule travée avenue Brugmann et une façade plus importante de deux travées avenue de la Jonction, les deux façades étant réunies par une triple travée d'angle[1].

La façade de l'avenue de la Jonction présente un jeu de volumes en retrait et en saillie. Sa travée centrale comporte un grand oriel (ou bow-window) composé d'une base en pierre, d'un châssis à petits-bois orné de vitraux de Raphaël Évaldre et d'un toit couvert de zinc, surmonté d'un fort retrait aux étages percé d'un triplet de fenêtres au premier étage et de baies jumelées au dernier étage[1].

L'angle, formé de trois travées, est orné d'un remarquable balcon dont les fers forgés sont soutenus par les cordons de pierre qui montent du sol jusqu'au premier étage, où ils « s'épanouissent en volutes »[1]. Le dernier niveau de la travée d'angle centrale est orné d'un grand bas-relief de Victor Rousseau intitulé La fileuse, qui constitue une allégorie du Temps[1].

Décoration[modifier | modifier le code]

L'architecte fait appel à de nombreux artistes pour l'aménagement et la décoration intérieure et extérieure du bâtiment.

La conception du mobilier, aujourd'hui disparu, et de la décoration intérieure est l'œuvre d'Émile Gallé et de Louis Majorelle[3].

Certaines fresques dans le fumoir et la cage d'escalier sont du peintre Paul Albert Baudouin[3].

La ferronnerie de l'escalier est due à Desmedt, les vitraux à Raphaël Évaldre[3].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]