Guy Dardel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Guy Dardel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
MilitantVoir et modifier les données sur Wikidata

Guy Dardel (né à Puteaux le ) est un militant d'extrême gauche français. À partir de 1971, il milite à la Gauche prolétarienne dont son frère Dominique est membre fondateur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est présenté dans plusieurs rapports des Renseignements généraux comme le chef de la bande de Rueil-Malmaison[1]. De 1970 à 1973, il est actif au sein de La Cause du peuple et du Secours rouge de Puteaux avant de participer à partir de 1976 à l'émergence du Mouvement autonome en France avec la création en 1977 du collectif « Offensive et autonomie » proche du groupe réuni autour de la revue Camarades de Yann Moulier-Boutang. Il est alors politiquement et idéologiquement proche du courant dit de l'opéraïsme italien et de son dirigeant Oreste Scalzone. Au début des années 1980, il participe et organise le soutien en France de centaines de réfugiés italiens fuyant la répression.

À partir de 1985, Guy Dardel anime l'émission à destination des prisonniers Parloir libre sur Radio Montmartre, puis radio Tomate et Lucrece[2]. En 1986, il participe à la création de Prolétaires pour le communisme puis du Comité des mal-logés. L'année suivante, il participe à la fondation du « Comité national contre la double peine » et du collectif « résistance des banlieues », avant de fonder Fréquence Paris Plurielle (FPP) en 1992, puis le Mouvement de l'immigration et des banlieues (MIB) en 1995[3]. Il est encore, en 2020, administrateur de FPP 106.3FM.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Guy Dardel, Un Traître chez les totos (roman), Actes Sud, 1999. Semi fiction sur l’infiltration policière dans les groupes autonomes.
  • Guy Dardel, Hinterland (roman), Noesis, 2000
  • Guy Dardel, Noir de taule (nouvelle), les Belles lettres, 2002.
  • Guy Dardel, Le Martyr imaginaire, No Pasaran, 2005. Essais autour des pratiques de délation du romancier Didier Daeninckx.
  • Guy Dardel, Autoportrait, in Jean-Christophe Brochier et Hervé Delouche, Les nouveaux Sans-culottes : enquête sur l'extrême gauche, Grasset, 2000.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Schifres Sébastien, « Extraits de "La Mouvance autonome en France" », sur Multitudes, (consulté le )
  2. Pauline Picot, « Fréquence Paris Plurielle : un « outil pour le mouvement » ? Une radio militante à la croisée de l’autonomie et des luttes de l’immigration », RadioMorphoses. Revue d’études radiophoniques et sonores, no 8,‎ (ISSN 2649-9630, DOI 10.4000/radiomorphoses.2844, lire en ligne, consulté le )
  3. Marie-Elisabeth Jeannin, « Fréquence Paris Plurielle : l'écho du monde... et des banlieues », Hommes & Migrations, vol. 1206, no 1,‎ , p. 121–122 (DOI 10.3406/homig.1997.2936, lire en ligne, consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]