Guillaume Grou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guillaume Grou
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
NantesVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Père
Conjoint

Guillaume Grou, né le à Nantes[1] et mort le dans la même ville[2], est un important négociant et armateur nantais du XVIIIe siècle, à la suite de son père Jean-Baptiste Grou.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guillaume fait un apprentissage à Amsterdam. Il rentre à Nantes en 1719.

La fortune familiale dépasse alors un million de livres, permettant à Guillaume d'acheter, pour 60 000 livres, une charge anoblissante de conseiller secrétaire du roi.

Il est associé aux activités de son père, qu'il poursuit après la mort de celui-ci[3], avec son frère Jean-Baptiste, né en 1708. Au total, de 1714 à 1765 la famille Grou finance 114 expéditions, plus de la moitié pour la traite négrière.

En 1741[4], il épouse Anne O'Shiell, fille de Luc O'Shiell et belle-sœur d'Antoine Walsh, un des fondateurs de la Société d'Angola. Il entre donc dans le milieu des Irlandais de Nantes, très actifs dans le grand commerce.

À la mort de son beau-père en 1745, Anne, ses sœurs Agnès et Mary, ainsi que leur frère Luc Nicolas héritent du domaine de la Placelière à Château-Thébaud. Deux ans plus tard Guillaume Grou et Anne rachètent ce dernier. Le couple fera entièrement reconstruire le manoir en 1747-1748[5].

Il joue ensuite un rôle important dans la croissance de la société Grou et Michel, fondée en 1748, deuxième plus important opérateur de la traite négrière en France après la Société d'Angola.

Entre 1748 et 1751, la nouvelle société Grou et Michel, dotée de capitaux supplémentaires, représente 21 % des expéditions négrières au départ de Nantes. La guerre de Sept Ans donne cependant un coup de frein à son activité.

Il est élu consul des marchands en 1745, échevin en 1748 et juge-consul en 1755[6].

Il fait construire, entre 1747 et 1752, l'hôtel Grou sur l'île Feydeau. Ce bâtiment est en deux parties, et est un immeuble de rapport, ainsi qu'un hôtel particulier où Grou s'installe, ce qui occasionne un problème à son décès : il aurait souhaité être inhumé à Saint-Nicolas, comme toute sa famille, mais l'île Feydeau relève de Sainte-Croix ; s'appuyant sur un arrêt récent du Parlement imposant l'inhumation en fonction du lieu de résidence, le recteur de Sainte-Croix s'oppose au transfert. Guillaume Grou est de ce fait un des premiers inhumés du cimetière interparoissial de la Bouteillerie, ouvert seulement le 25 octobre 1774, situé dans la paroisse Saint-Donatien. Son enterrement eut lieu de nuit, son cercueil précédé de quatre-vingt serviteurs noirs portant des flambeaux[7].

Sa fortune s'élève à près de 4,5 millions de livres. Son testament comporte d'importants legs « en faveur de l'humanité » :

  • 200 000 livres à l'Hôtel-Dieu et au Sanitat, destinées à la création d'un orphelinat à Nantes, afin d'accueillir des enfants qui jusqu'alors sont placés à l'Hôtel-Dieu après avoir été en nourrice ;
  • 30 000 livres à l'Hôtel-Dieu, en contrepartie d'une messe hebdomadaire perpétuelle ;
  • 10 000 livres au Sanitat, en contrepartie d'une messe mensuelle perpétuelle.

Faute de descendants, ses affaires sont reprises par Anne O'Shiell. Elle meurt 19 ans plus tard, le 30 juin 1793. En novembre, le comité révolutionnaire de Nantes confisque la totalité des biens de la famille, dans des circonstances controversées[réf. nécessaire].

Hommages[modifier | modifier le code]

La rue Guillaume-Grou située près du Jardin des Plantes, lui rend hommage.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Actes des registres paroissiaux de Nantes : cf. AMN Registres paroissiaux

  1. Acte de baptême de Guillaume Grou (1° avril 1698) : St-Nicolas, vue 18. Parrain et marraine : Guillaume Guillermé, seigneur de Kerobert, conseiller échevin de Nantes, et Françoise Despinoze, veuve de Gabriel I Michel
  2. Acte de sépulture de Guillaume Grou (29 novembre 1774) : St-Nicolas, vue 81.
  3. Jean-Baptiste Grou meurt en 1740.
  4. Acte de mariage de Guillaume Grou avec Anne O'Shiell (17 janvier 1741) : St-Nicolas, vue 8.
  5. Site Infobretagne
  6. S. de la Nicollière, p. 12. La fonction de juge-consul correspond à : président de la Chambre de commerce.
  7. « histoire des établissements - La Placelière », sur chu-nantes.fr, (consulté le 12 août 2016)