Giuseppe Campari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un pilote automobile image illustrant italien
image illustrant une personnalité image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un pilote automobile italien et une personnalité italienne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Giuseppe Campari
Description de cette image, également commentée ci-après

Giuseppe Campari en 1931 (GP d'Italie)

Naissance
Lodi, Italie
Décès (à 41 ans)
Monza, Italie
Nationalité Drapeau d'Italie Italien
Giuseppe Campari sur Alfa Romeo 6C 1750 Compressore ; entouré d'Enzo Ferrari et d'Achille Varzi.
Campari à la Targa Florio 1922, sur Alfa Romeo 40-60 hp.
Giuseppe Campari, vainqueur du Grand Prix de France 1924 sur Alfa Romeo P2.

Giuseppe Campari, né le à Lodi, en Italie, et mort le sur le circuit de Monza, est un chanteur d'opéra, mais aussi et surtout un pilote automobile italien de Grand Prix.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né au sud de Milan, il part travailler chez Alfa Romeo, ce qui le conduit à débuter en courses de côte. Dès 1914, il est quatrième de la Targa Florio à 21 ans. Puis la guerre arrive.

À la suite de l'armistice, il obtient son premier succès au circuit de Mugello en 1920 en Toscane, toujours pour Alfa Romeo.

En 1924, il fait partie -ainsi que Louis Wagner- des trois pilotes Alfa Romeo du Grand Prix de France, sur des voitures P2 équipées du fameux moteur de Vittorio Jano (avec notamment Antonio Ascari, qui décède la saison suivante lors de cette même épreuve).

Campari obtient la première de ses trois victoires à la Coppa Acerbo 1927 pour Alfa Corsa, avec en prime le meilleur temps au tour en course.

En trois saison, Campani effectue six courses estivales notables en terre irlandaise. Il dispute à Dublin à la mi juillet 1929 le premier Grand Prix d'Irlande, au Phoenix Park, devant plus de 100 000 spectateurs : il est alors touché à l'œil par un petit cailloux alors qu'il est en tête, puis traité avec succès à l'hôpital (course gagnée par Boris Ivanowski, sur Alfa Romeo 6C 1500 SS). Un mois plus tard au circuit d'Ards près de Belfast, il obtient toujours en Sport une deuxième place au RAC Tourist Trophy, derrière la Mercedes-Benz SS de Rudolf Caracciola. La saison suivante Caracciola s'impose à Phoenix Park en juillet devant Campari, ce dernier terminant cinq semaines plus tard encore deuxième du RAC Tourist Trophy, mais cette fois derrière son équipier Tazio Nuvolari et, toujours à Ards (triplé de la marque Alfa Romeo en Sport complété par Achille Varzi). En 1931, Campari est encore deuxième associé à Giulio Ramponi de l'Eireann Cup de Dublin en juillet (derrière Henry Birkin), mais il n'est que sixième à Ards.

En 1930, Nuvolari et Campari sont associés pour remporter leur premier Grand Prix d'Italie, une victoire qui les rend héros nationaux, après trois victoires françaises dans cette course. Campari gagne alors aussi sa troisième Coppa Acerbo.

En 1933, il quitte Alfa Corse après vingt ans de présence pour devenir membre de l'équipe Maserati, avec Baconin Borzacchini et Luigi Fagioli. Il remporte ainsi son deuxième GP de l'ACF, mais à l'âge de 41 ans il décide de prendre sa retraite sportive à la fin de la saison.

Le 10 septembre 1933, à l'Autodromo Nazionale Monza, le GP du même nom (faisant suite au GP d'Italie) doit être sa dernière course. Tout en menant les débats d'entrée lors de la deuxième manche éliminatoire, Campari est immédiatement tué quand sa voiture s'écrase après un dérapage dans un virage sur une flaque d'huile ayant fui bien plus tôt du moteur de Carlo Felice Trossi (22 litres d'huile répandus sur la piste). Son second immédiat et équipier, Borzacchini, tente en vain de l'éviter alors qu'il lui a coupé la route, et meurt tour des suites de ses blessures à l'hôpital de Monza. La finale est malgré tout disputée et le comte Stanisław Czaykowski s'écrase aussi au huitième tour, en mourant dans l'incendie de sa voiture. Ce jour funeste, où trois pilotes décèdent, est connu en Italie comme le « Domenica Nera » (le « dimanche noir de Monza »). Le GP dit de Monza est arrêté durant près de quinze ans. Les trois hommes ont perdu la vie dans le banking (virage relevé pour grande vitesse) sud du circuit, réaménagé par des chicanes pour continuer à disputer le GP d'Italie à Monza dès 1934. Le circuit originel de 10 kilomètres a alors vécu, ayant perdu sa Vedano Curve.

Caricature de Campari, datée de 1930.

En plus de son engagement en course automobile, Campari avait deux autres passions : l'art culinaire, et l'opéra. Doté naturellement d'une voix de baryton, il prit des leçons de chant et, bien que toujours engagé en compétition, il commença à chanter de façon professionnelle (comme soprano mineur à Milan, dans le rôle d'El Negher).

Palmarès[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

  • Champion d'Italie des conducteurs 1928 et 1931

Victoires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Giuseppe Campari » (voir la liste des auteurs).

  1. (en) Hans Etzrodt, « HILL CLIMB WINNERS 1897-1949, Part 2 (1915-1923) », sur The Golden Era of Grand Prix Racing
  2. (en) Hans Etzrodt, « HILL CLIMB WINNERS 1897-1949, Part 3 (1924-1926) », sur The Golden Era of Grand Prix Racing
  3. (en) Hans Etzrodt, « HILL CLIMB WINNERS 1897-1949, Part 4 (1927-1930) », sur The Golden Era of Grand Prix Racing
  4. « Palmarès de Giuseppe Campari », sur forum-Auto.com
  5. (en) « Giuseppe Campari », sur RacingSportsCars.com

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :