Georges Morel (théologien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Georges Morel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
Le VésinetVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Ordre religieux

Georges Morel (14 juin 1920-23 mai 1989[1]) est un philosophe et théologien français.

Il entre dans la Compagnie de Jésus en 1941 et est consacré prêtre en 1949. Il collabore à la revue Études et enseigne à Chantilly, puis à Vals-près-le-Puy. Ses supérieurs, critiquant sa théologie, l'écartent de ses fonctions en 1963. Il quitte la Compagnie en 1975.

Spécialiste de Jean de la Croix et de Nietzsche, son triptyque Questions d'homme (1976-1978) l'éloigne encore du dogme de l'Église.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le Sens de l'existence selon Saint Jean de la Croix, 1960-1961
  • Problèmes actuels de la religion, 1968
  • Nietzsche : I Genèse d'une œuvre, introduction à une première lecture, 1970
  • Nietzsche : II Analyse de la maladie, introduction à une première lecture, 1971
  • Nietzsche : III Création et métamorphoses, introduction à une première lecture, 1971
  • Questions d'homme : 1. Conflits de la modernité, 1976
  • Questions d'homme : 2. L'Autre, 1977
  • Questions d'homme : 3. Jésus dans la théorie chrétienne, 1978
  • Le Signe et le Singe, 1985
  • Éclats de sens : textes et fragments posthumes, 1998
  • Lignes sans retour : textes et fragments posthumes, 2003

Références[modifier | modifier le code]

  1. « matchID - moteur de recherche des personnes décédées », sur deces.matchid.io (consulté le 12 juillet 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Ardouin, « Georges Morel ou la Question de Dieu », Revue de l'Institut catholique de Paris, no 6,‎ , p. 83-98 (lire en ligne, consulté le 16 mars 2017).
  • Francis Guibal, « Georges Morel, Le Signe et le Singe », Revue philosophique de Louvain, 4e série, vol. 84, no 63,‎ , p. 415-418 (lire en ligne, consulté le 16 mars 2017).
  • Francis Guibal, L'Homme de désir : sur les traces de Georges Morel, Paris, Éditions du Cerf/CÉRIT, , 269 p. (ISBN 2-204-04035-5).
  • Pierre-Jean Labarrière, « Du concept de médiation : la philosophie de Georges Morel », Archives de philosophie, vol. 43, no 2,‎ , p. 243-262 (JSTOR 43034313).
  • (en) Gerald A. McCool, « Georges Morel's Metaphysics of Historicity », Proceedings of the American Catholic Philosophical Association, vol. 43 « Truth and the Historicity of man »,‎ , p. 101-108 (DOI 10.5840/acpaproc1969436).
  • (en) Gerald A. McCool, « The Christian Hegelianism of Georges Morel », The Modern Schoolman, vol. 47, no 3,‎ , p. 279-304 (DOI 10.5840/schoolman197047318).
  • Guy Petitdemange, « Les Obscurs Chemins du désir : sur la philosophie de Georges Morel », Archives de philosophie, vol. 63, no 2 « 1. Philosophie et Religion »,‎ , p. 263-271 (JSTOR 43037819).
  • André Thiry, « Le Sens de l'existence selon S. Jean de la Croix : à propos d'un ouvrage récent », Nouvelle Revue théologique, vol. 83, no 10,‎ , p. 1081-1087 (lire en ligne, consulté le 16 mars 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]