Yacht rock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Yacht rock
Description de cette image, également commentée ci-après
Les Doobie Brothers groupe emblématique du yacht rock, en 1977
Origines stylistiques folk rock, smooth jazz, soul, jazz rock, quiet storm, musique latine, musique pop
Origines culturelles Milieu des années 1970 ; Californie
Instruments typiques Chant, saxophone, piano électrique, guitare électrique,
Scènes régionales Los Angeles, Miami

Genres dérivés

city pop, vaporwave

Genres associés

soft rock

Le Yacht rock (aussi nommé son West Coast, adult-oriented rock (AOR)) est un genre de soft rock spécifique à la Californie, l'une des musiques les plus populaires du milieu des années 1970 jusqu'au début des années 1980. Il s'inspire de genres musicaux telles que la smooth soul (en), le smooth jazz, le R&B, le funk le disco, la pop britannique et les musiques latino-américaines (bossa nova, rumba, salsa). Les caractéristiques stylistiques communes à cette musique comprennent une production très sophistiquée, un style de chant clair et l'accent mis sur des mélodies légères et accrocheuses. Le nom Yacht Rock, inventé en 2005 par les créateurs de la websérie éponyme, fait référence à l'association de cette musique avec le nautisme, et la navigation de plaisance, qui font partie des loisirs populaires de la Californie du Sud.

Définition et délimitation[modifier | modifier le code]

L'expression « yacht rock » a été créé a posteriori et n'existait pas à l'époque de la musique qu'elle décrit[1], qui se situe entre 1975 et 1984 environ[2],[3]. Synonyme d'adult-oriented rock (et son acronyme AOR)[1] et de « West Coast sound »[4],[5] (litt. « son de la côte Ouest »), le terme est identifié au style en 2005, quand il est inventé par J. D. Ryznar et al. pour le titre de la websérie Yacht Rock[6],[7]. Considérée comme péjoratif[1], le « yacht rock » se réfère, en partie, au stéréotype du yuppie propriétaire de yacht écoutant de la musique douce pendant qu'il navigue. De nombreux yacht rockers font références à la voile et à la mer par les paroles de leurs chansons, dans leurs vidéo-clips et pochettes d'album, comme le montre le titre emblématique de Christopher Cross, Sailing (1979)[8]. Longtemps moquée pour son caractère sirupeux et sa mode criarde, les préjugés originellement rattachés à cette musique se sont atténué vers les années 2010[1],[5].

Selon Matt Colier d' AllMusic les « règles clés du genre » sont :

  • la musique doit toujours rester douce, même lorsque ça bouge, en mettant davantage l'accent sur la mélodie que sur le rythme.
  • elle doit toujours exprimer des émotions légères, même lorsque le sentiment devient triste (comme c'est si souvent le cas dans le monde du yacht-rocker émotif).
  • le morceau doit etre accrocheur, même quand il est modeste ou profondément enfoui dans la liste des singles[2].

Selon la journaliste et auteure de documentaires Katie Puckrik, l'« exaltation de la fuite » est « essentielle au yacht », faisant référence aux paroles de la chanson de Christopher Cross Ride Like the Wind (1979), « to make it to the border of Mexico », comme exemple des aspirations qui démontre le pouvoir du genre. Le désir contrarié est un autre élément clé qui s'oppose au « désir de bien-être » du yacht dans la même chanson. Puckrik identifie un sous-genre, le dark yacht, illustré par la chanson de Joni Mitchell The Hissing of the Summer Lawns (1975), qui décrit l'amour fané d'une femme piégée par un mariage sans amour dans une grande maison[9].

Pour Mara Schwartz Kuge, qui a travaillé dans l'industrie musicale de Los Angeles durant deux décennies, « le soft rock était un genre de musique pop très populaire des années 70 et du début des années 80, caractérisé par des guitares douces, principalement acoustiques et des rythmes lents à moyens ... la plupart des gens ont généralisé le terme pour désigner n'importe quoi de doux, des années 70, y compris des artistes comme Rupert Holmes. Tout le yacht rock n'est pas forcément soft rock : Hold the Line de Toto et Footloose de Kenny Loggins sont toutes deux très yacht rock mais pas soft rock[10]. »

Il est difficile de définir de manière exhaustive le yacht rock, même si l'on s'accorde à dire que ses éléments centraux sont « ambitieux mais pas luxueux, décontracté mais solitaire, affecté mais raffiné ». Le journaliste Jack Seale indique que, comme dans d'autres « micro-genres », certains albums d'artistes qui sont reconnus comme promoteurs du genre peuvent être « arbitrairement exclus ». Par exemple, Thriller de Michael Jackson (1982) est accepté comme yacht rock, mais Rumours de Fleetwood Mac (1977) ne l'est pas[11].

Le guitariste, arrangeur et producteur Jay Graydon (en) (à droite, photographié en 2019), l'un des musiciens de studio les plus actifs du yacht rock.

Les quatre co-créateurs de la websérie Yacht Rock, Ryznar, Steve Huey, Hunter Stair et David Lyons, ont tenté d'appliquer avec précision ce qu'ils définissent comme étant yacht rock et ont critiqué les définitions trop larges du terme. En 2016, ils ont inventé le terme « nyacht rock » pour désigner des chansons qui ont parfois été classées comme yacht rock mais qui, selon eux, ne correspondaient pas à la définition[12]. Sur leurs podcasts Beyond Yacht Rock and Yacht ou Nyacht?, ils ont classé diverses chansons comme étant à l'intérieur ou à l'extérieur du genre[13].

Les facteurs qu'ils énumèrent comme pertinents pour le yacht rock comprennent:

  • une production musicale sophistiquée[13].
  • l'emploi de l'élite[14], des musiciens et producteurs de studio basés à Los Angeles associés au yacht rock[15].
  • des influences Jazz et R&B[15],[3].
  • l'utilisation du piano électrique[15].
  • des paroles complexes et ironiques[15].
  • des textes sur des hommes aux cœurs brisés, ou rendu fous[13], impliquant en particulier le mot « fool »[15].
  • un rythme entrainant appelé "Doobie Bounce" (référence au groupe The Doobie Brothers)[15].

Ryznar et al. ont affirmé que de nombreux artistes parfois associés au yacht rock, en particulier le soft rock de style folk de Gordon Lightfoot et des Eagles, sortent du champ d'application du terme tel qu'il a été pensé à l'origine[15]. Ils ont également contesté l'emploi du terme pour désigner toute chanson dont les paroles contiennent des références nautiques[15].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les changements sociopolitiques et économiques qui ont contribué à l'émergence du genre ont récemment été décrits par le journaliste Steven Orlofsky, et par Katie Puckrik auteure d'un documentaire sur le yacht rock. Orlofsky indique que certains musiciens d'adult contemporary tels que Fleetwood Mac, Steely Dan ou Supertramp étaient très respectés par les critiques et les auditeurs[16]. Le yacht rock était un art « isolé du monde extérieur ». Contrairement à ce qui a suivi, « c'était probablement la dernière grande ère de la musique pop, complètement séparée de la politique de son temps »[5]. Le Yacht rock représentait un « individualisme introspectif » qui a émergé après la mort de l'idéalisme de masse des années 1960. Son caractère d'exutoire rassurant a été amplifié par l'essor de la radio FM qui a réuni deux conséquences de l'émancipation des sexes : les femmes qui contrôlaient les dépenses du ménage et les hommes qui « se sentaient plus libres de transmettre leurs émotions en chanson »[11].

Origines[modifier | modifier le code]

Les racines du yacht rock peuvent être rattachées à la pop californienne des Beach Boys, dont l' esthétique fut la première à être récupérée par des artistes comme Rupert Holmes. Le couple Captain and Tennille, qui avaient été musiciens des Beach Boys lors des tournées du groupe, ont remporté le premier Grammy Awards en 1975, pour un titre yacht rock avec Love Will Keep Us Together. Selon Dan O'Sullivan, la reprise de Sloop John B par les Beach Boys (1966), est à l'origine de la prédilection du son West coast pour l'esthétique « du nautisme et des amateurs de plage », qu'ont relevé tous les musiciens du genre, de Christopher Cross à Eric Carmen, en passant par des artistes folk comme Jim Messina jusqu'aux rockers Philly Sound comme Hall and Oates[17].

La Sunshine pop qui émerge en 1967 est un autre courant précurseur. Succédant aux Beach Boys et influencé par le groupe et ses options harmoniques, ce style introduit par le groupe the Mamas and the Papas, mélange la pop, le folk et le psychédélisme, pour donner une musique résolument optimiste qui évoluera vers la variété californienne représenté par Barry Manilow, Neil Diamond, ou The Carpenters[18].

Résurgence[modifier | modifier le code]

Depuis les années 2000 le genre a été réévalué plus positivement dans The Guardian[19], The Week[5], ou dans le documentaire en deux parties de Katie Puckrik I Can Go for That: The Smooth World of Yacht Rock (le titre est un jeu de mot sur la chanson de Hall & Oates I Can't Go for That (No Can Do).) diffusé sur BBC Four, en [11]. Orlofsky considère que la résurgence du genre aux États-Unis est due en partie à sa fonction d'antidote à la négativité de l'ère Trump, tout comme dans les années 1970 le yacht rock avait créé « la bande-son parfaite pour les auditeurs essayant d'oublier le Watergate et le Vietnam »[11], il représente à nouveau « une défiance qui s'insère fermement dans les oreilles de tous au mépris de toute agitation politique. »[5].

Héritage[modifier | modifier le code]

Le Yacht rock est répertorié en tant que genre sur les sites de streaming Spotify et Pandora . Depuis 2015, la chaîne « Yacht Rock » est diffusée sur la radio satellite Sirius XM Radio[20]. Des cover bands se sont formés pour se consacrer au yacht rock, comme le groupe Yacht Rock Revue, qui fait des tournées aux États-Unis[21],[22]. Le groupe organise des concerts annuels Yacht Rock Revival où il invite et convie des artistes yacht rock originaux à le rejoindre sur scène pour quelques titres, notamment Walter Egan, Robbie Dupree, Peter Beckett, Bobby Kimball (ancien chanteur de Toto), Jeff Carlisi de .38 Special, Bill Champlin du groupe Chicago ou Denny Laine[22].

Musique inspirée du yacht rock[modifier | modifier le code]

Le yacht rock présente de fortes similitudes avec le genre japonais de la city pop en ce sens qu'ils ont tous deux atteint leur apogée au début des années 1980 et ont présenté des influences jazz et R&B arrangées et produites par des élites dans leurs domaines[23],[24].

Des éléments du yacht rock ont été adoptés par de nouveaux artistes tels que Vampire Weekend, Foxygen et Carly Rae Jepsen tandis que le genre vaporwave de la musique électronique, qui a débuté dans les années 2010, s'est approprié « l'iconographie nautique » du yacht rock[5]. La chanson Show You the Way de l'album du groupe Thundercat fait appel comme artistes invités aux chanteurs Kenny Loggins et Michael McDonald[25]. L'album Little Yachty du groupe Sugar Ray sorti en 2019 est un hommage conscient au yacht rock, il comprend une reprise de la chanson de Rupert Holmes de 1979 Escape (The Piña Colada Song), que le chanteur du groupe Mark McGrath considère comme le « porteur de torche de tout ce qui touche au yacht rock »[26].

Albums représentatifs[modifier | modifier le code]

Les sites et auteurs spécialisés s'accordent sur six albums représentatifs du style yacht rock, à savoir[27],[28],[29] (ordre chronologique):

  1. Silk Degrees (en) de Boz Scaggs (1975)
  2. Aja de Steely Dan (1977)
  3. Minute by Minute (en) des Doobie Brothers (1978)
  4. Christopher Cross de Christopher Cross (1980)
  5. High Adventure (en) de Kenny Loggins (1982)
  6. Toto IV de Toto (1982)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « From Haim to Chromeo: The new wave of Yacht-rockers », The Independent, 6 juin 2014
  2. a et b (en) « AllMusic Loves Yacht Rock », AllMusic, 25 juin 2014
  3. a et b (en) Berlind, « Yacht Rock Docks in New York », The New York Observer, 27 août 2006
  4. (en) « Hall & Oates Are Genuine Rock Stars in My Book », The Huffington Post, 22 février 2014
  5. a b c d e et f (en) Orlofsky, « In defense of yacht rock », theweek.com, 15 juin 2019
  6. (en)« Finally, a name for that music: "Yacht Rock" », The Seattle Times, 9 janvier 2006
  7. (en) Toal, « Sail Away: The Oral History of 'Yacht Rock' », Rolling Stone, 26 juin 2015
  8. (en) Kamp, Jon, « Can You Sail to It? Then It Must Be 'Yacht Rock' », The Wall Street Journal, 11 octobre 2015.
  9. (en) Katie Puckrik, « I can go for that: five essential yacht rock classics », The Guardian, 11 juin 2019
  10. (en) Lecaro, Lina (November 19, 2016). « This Monthly Club Is a Non-Ironic Celebration of Rock's Softer Side », LA Weekly
  11. a b c et d (en) Jack Seale, « I Can Go for That: The Smooth World of Yacht Rock review – lushly comforting », The Guardian, 14 juin 2019
  12. Nyacht Rock. Beyond Yacht Rock, March 18, 2016.
  13. a b et c NeahkahnieGold, « What Even Is Yacht Rock Anyway? », Discogs blog, 11 septembre 2018
  14. (en) Matos, « Talk Talk: J.D. Ryznar », Seattle Weekly, 7 décembre 2005
  15. a b c d e f g et h (en) That '70s Week: Yacht Rock, NPR World Cafe, March 15, 2017
  16. (en) « In defense of yacht rock », theweek.com, 15 juin 2019
  17. (en) O'Sullivan, « California Über Alles: The Empire Yachts Back », Jacobin, 4 septembre 2012
  18. Choutet 2020, p. 10.
  19. (en) Bickerdike, Jennifer Otter (April 20, 2016).Cruise control: how yacht rock sailed back into fashion. The Guardian. ISSN 0261-3077
  20. (en) « How Yacht Rock Ended Up on Sirius XM », Wall Street Journal Speakeasy blog, 12 octobre 2015
  21. (en) Deroy Murdock, « Yacht Rock Revue Sails Into Gramercy Park », Townhall
  22. a et b (en) « The accidental success of Yacht Rock Revue », Atlanta Magazine, 20 août 2015.
  23. (en) Arcand et Goldner, The Guide to Getting Into City Pop, Tokyo's Lush 80s Nightlife Soundtrack », Vice
  24. (en) Kim, « Pacific Breeze 2: Japanese City Pop, AOR & Boogie 1972-1986 », Pitchfork, 2 juin 2020
  25. Thundercat Performs "Show You the Way" sur 'Fallon' – okayplayer
  26. (en) Baltin, « Sugar Ray Frontman Mark McGrath's Guide To Yacht Rock », Forbes, 23 juillet 2019
  27. The 10 best yacht rock albums to own on vinyl Vinyl Me Please
  28. Highest Rated Yacht Rock Albums of All Time albumoftheyear.org
  29. I CAN Go for That: Top 5 Albums Ever in the Yacht Rock Genre smudailycampus.com

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]