Georg Heinrich von Langsdorff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georg Heinrich von Langsdorff.

Georg Heinrich von Langsdorff, baron de Langsdorff (né à Wöllstein en Allemagne le 8 avril 1774, mort à Fribourg en Allemagne le 9 juin 1852, était un médecin, naturaliste et explorateur (ethnographe) russo-allemand, aussi diplomate russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il vécut en Russie et est aussi connu sous son nom russe Grigori Ivanovitch.
Il était membre et correspondant de l'Académie impériale des sciences et un médecin reconnu, diplômé de l'Université de Göttingen en Allemagne.

Langsdorff participa comme naturaliste et médecin à la grande expédition scientifique russe autour du monde dirigée par Johann Adam von Krusenstern de 1803 à 1806.
Il quitta l'expédition au Kamtchatka pour explorer les Aléoutiennes, Kodiak et Sitka. Il repartit de San Francisco par bateau vers la Sibérie puis de là, gagna Saint-Pétersbourg par voie terrestre où il arriva en 1808.

En 1813 Langsdorff fut nommé consul général de Russie à Rio de Janeiro au Brésil. Il y acquit une ferme (nommée "Mandioca" c'est-à-dire manioc) dans le nord de Rio, où il collectionna plantes, animaux et végétaux. Il y accueillit des scientifiques et naturalistes étrangers comme Johann Baptist von Spix (1781-1826) ou Carl Friedrich Philipp von Martius (1794-1868).
Il explora la flore, la faune et la géographie de la province du Minas Gerais avec le naturaliste français Auguste Saint-Hilaire de 1813 à 1820.

Langsdorff revint en Europe peu de temps après, en 1830, et il mourut à Fribourg en Allemagne du typhus, en 1852.

L'expédition Langsdorff[modifier | modifier le code]

Carte des différents itinéraires suivis par les membres de l'expédition Langsdorff.

En 1821, il proposa au tsar Alexandre Ier et à l'Académie impériale de mener une expédition ambitieuse d'exploration scientifique de São Paulo vers Pará, dans la forêt amazonienne, par les fleuves.
En mars 1822, il retourna à Rio en compagnie de plusieurs scientifiques : l'entomologiste français Édouard Ménétries (1802-1861), le botaniste allemand Ludwig Riedel (1761-1861) le naturaliste Christian Hasse, l'astronome Nester Roubtsov (1799-1874). À ceux-ci s'ajoutent plusieurs artistes : les allemands Johann Moritz Rugendas (1802-1858) et Johann Moritz Rugendas (1802-1858), les français Adrien Taunay (1803-1828) et Hercule Florence (1804-1879).

Cette équipe est chargée des observations zoologiques, botaniques, astronomiques et cartographiques durant l'expédition.

Après de coûteux préparatifs ; l'expédition Langsdorff avec quarante personnes et sept bateaux quitta Porto Feliz, par le Rio Tietê, le 22 juin 1826 et atteint Cuiabá dans le Mato Grosso le 30 janvier 1827.
L'expédition se divisa alors en deux groupes : le premier, avec Langsdorff et Florence, réussit à atteindre Santarém sur l'Amazone le 1er juillet 1828, avec beaucoup de difficultés et de souffrances. La plupart des membres de l'expédition furent malades, atteints par les fièvres tropicales (probablement la fièvre jaune), dont le baron de Langsdorff. Conséquences d'attaques de fièvre, il devint aliéné sur le Rio Juruena en mai 1828. Adrien Taunay mourut par noyade au à rio Guaporé et Rugendas abandonna l'expédition avant sa phase fluviale. Seul Florence resta tout le long. Les deux groupes se rejoignirent à Belém et retournèrent par bateau à Rio de Janeiro, y arrivant le 13 mars 1829, soit près de 3 ans après leur départ et 6 000 km parcourus.

Les riches informations scientifiques collectées pendant cette expédition, dont beaucoup de descriptions et découvertes en zoologie, botanique, minéralogie, médecine, linguistique et ethnographie furent oubliées pendant un siècle dans les institutions de Moscou et de Saint-Pétersbourg]. Elles furent retrouvées en 1930. À cause des conditions difficiles de ce voyage, l'équipe de Langsdorff ne put collecter beaucoup de spécimens ni les étudier en détail ; aussi le plus gros de leur contribution est-elle géographique et ethnologique, particulièrement intéressante sur les peuples indigènes du Brésil dont certains sont aujourd'hui disparus.
Une grande partie de ce qu'a rapporté l'expédition est aujourd'hui exposée au musée ethnographique, au musée zoologique et à l'Académie des sciences de Saint-Pétersbourg.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]


Source[modifier | modifier le code]

Orientation bibliographique[modifier | modifier le code]

  • Russell H. Bartley (1976). The Inception of Russo-Brazilian Relations (1808-1828), Hispanic American Historical Review, 56 (2) : 217-240. (ISSN 0018-2168)
Langsd. est l’abréviation botanique officielle de Georg Heinrich von Langsdorff.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI