Gendarmerie nationale (Côte d'Ivoire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres articles nationaux ou selon les autres juridictions, voir Gendarmerie.
Gendarmerie Nationale
insigne Gendarmerie Ivoirienne

Devise : « Pro Patria,Pro Légé »

Création 27 juillet 1962
Type Gendarmerie
Commandement Supéreiur Drapeau : Côte d'Ivoire Le Plateau, Abidjan
Langue Français
Effectifs 15 000 employés (2006)
Ministre Alain-Richard Donwahi
Commandant Supérieur Général de Brigade Nicolas Kouakou Kouadio
Organisations affiliées Ministère de la Défense

En Côte d'Ivoire, la gendarmerie nationale est une force armée chargée des missions de police et placée sous la tutelle du ministère de l'Intérieur et du ministère de la Défense.

Les gendarmes sont habituellement chargés de la sécurité dans les zones rurales et dans les zones périurbaines, tandis que la police nationale est chargée des zones urbaines. Les deux forces ont ainsi chacune une zone de responsabilité propre.

La gendarmerie assure des missions diverses qui font sa spécificité :

Organisation[modifier | modifier le code]

En Côte d'Ivoire, la gendarmerie nationale est chargée du maintien de l'ordre, spécialement en milieu rural.

Elle est dirigée par le général de brigade Gervais Kouassi Kouakou et comprend 15 000 gendarmes. Elle est répartie en plusieurs régions Mobile et Départemental sur l'ensemble du territoire national ivoirien, qui correspondent aux quatre régions militaires permanentes. Elle peut être appelée en renfort de l'armée en cas de crise nationale.

Elle effectue des missions militaires.

Elle se compose de formations d'active et de formations de réserve.

Elle est comprend  :

  1. le Commandement Supérieur de la Gendarmerie Nationale (CSGN)  ;
  2. l'inspection générale de la gendarmerie nationale ;
  3. des formations territoriales constituant la gendarmerie départementale ;
  4. des formations constituant la gendarmerie mobile ;
  5. des formations spécialisées ;
  6. des organismes d'administration et de soutien ;
  7. des organismes de formation du personnel ;
  8. l'unité d'intervention de la gendarmerie nationale (UIGN).

À chaque région correspond une région de Gendarmerie dont le commandant est directement subordonné au Commandant Supérieur de la Gendarmerie nationale (CSGN). Cet officier commande toutes les unités de gendarmerie départementale implantées dans sa région.

Le Commandement Supérieur de la Gendarmerie Nationale et L'inspection générale[modifier | modifier le code]

Le Commandement Supérieur de la gendarmerie Nationale assure la direction des formations et unités. Elle élabore la doctrine d’emploi, oriente et coordonne leur action. Elle constitue également un organe d'aide à la décision politique pour tout ce qui concerne la gendarmerie en administration centrale (budget, emploi...). Ce corps de la défense ivoirien fait partie du ministère de l'Intérieur.

L'inspection générale de la gendarmerie nationale, créée en 2005, comprend plusieurs services, dont l'inspection technique de la gendarmerie nationale chargée notamment de veiller à la déontologie et d'enquêter sur les éventuelles infractions commises par les membres de la gendarmerie.

La Formation du personnel[modifier | modifier le code]

En Côte d'Ivoire, la Gendarmerie dispose de deux écoles pour la formations de son personnel :

  • l'École de gendarmerie d'Abidjan (EGA) située à Cocody qui en plus de former les sous-officiers de gendarmerie intègre en son sein l'E.N.V.R (École Nationale à Vocation Régionale) outre les officiers élèves ivoiriens. L'E.N.V.R reçoit en formation les officiers des pays frères de la sous région, le Burkina Faso, le Cameroun, le Bénin, etc.
  • l'École de gendarmerie de Toroguhé (EGT) située à Daloa à environ 400km d'Abidjan. Née en 1998 de la volonté des autorités de décongestionner celle d'Abidjan devenue contiguë, pour le nombre sans cesse croissant d'élèves qu'elle reçoit. Cette école assure la formation des sous officiers de première et deuxième année de gendarmerie[1].

La Gendarmerie départementale[modifier | modifier le code]

Surnommé la ''Départementale'' elle est au contact régulier de la population. Elle assure principalement des missions de prévention,la répression, la police judiciaire ou police administrative.

Chaque brigade est chargée de la surveillance jour et nuit d’une ou de plusieurs communes ainsi que de l’accueil du public. Les gendarmes y reçoivent les plaintes, effectuent les enquêtes administratives et judiciaires.La Gendarmerie, depuis le ministère de l'Intérieur, garde des liens avec l'Armée et le ministère de la Défense. Elle travaille en collaboration avec la Police nationale, la police municipale , la douane ivoirienne et les forces de police étrangères grâce à Interpol.

Elle est dirigée par le général en second chargé de la gendarmerie départementale : le général de Brigade Vako Bamba.

La Gendarmerie Mobile[modifier | modifier le code]

La "Mobile" est composée de 6 Légions Mobiles Sur l’ensemble du territoire. Elle est chargée de mission spécifique en matière de sécurité, d'intervention, de protection, de recherche, et de surveillance.

Elle intervient également au profit de la gendarmerie départementale et des formations spécialisées en fournissant des renforts :

  • ponctuels lors d'événements demandant des effectifs nombreux (services d'ordre, recherches et battues, etc.)
  • ou spécialisés (Démineurs, escadrons Para-Commando, Escadrons Blindés, Escadrons Aéro-Portuaire, Brigade Cynophile, etc.)
  • permanents (par roulement de ses unités) dans certaines régions ou dans certaines zones sensibles.

La féminisation est en cours d'expérimentation avec une première phase limitée à quatre femmes qui ont intégré les écoles de Gendarmerie qui a débuté au milieu de l'année 2014. L'unité de base de la gendarmerie mobile est l'escadron commandé par un capitaine ou un chef d'escadron. Enfin, un très fort pourcentage de jeunes gendarmes sont affectés en gendarmerie mobile à l'issue de leur formation initiale pour parfaire celle-ci et acquérir une première expérience avant un transfert en gendarmerie départementale.

Les Unités spécialisées de la Gendarmerie[modifier | modifier le code]

écussons de l'UIGN
  • L'Unité d'intervention de la Gendarmerie Nationale (UIGN) est composée d'environ 420 personnes (52 officiers de carrière et un peu plus de 300 sous-officiers de gendarmerie spécialement entraînés et équipés pour faire face à des missions anti-terroristes. Calqué sur le modèle du GIGN français, il sert uniquement de force anti-terroriste contrairement au GIGN français.
  • La Brigade de Sécurité de la Gendarmerie Nationale quant à elle est plus active et a pour mission :
    • le maintien de l'ordre et de la sécurité
    • la lutte contre les coupeurs de route
    • l'organisation de patrouilles mixte en collaboration avec la police, le CCDO, l'armée de terre, etc...
    • la Sécurisation des fêtes de fin d'année (opération Téré, Opération Mirador, Opération Aube Bonne Nouvelle, etc)
    • la lutte contre les barrages illégaux et le racket
Écusson de la Brigade de Sécurité

Le numéro d'appel d'urgence de la Brigade de sécurité est le 145.

  • L'Escadron de Protection des Hautes Personnalités (EPHP)
    Logo du CCDO
  • Les Escadrons Para-Commando
  • Les Groupements Aéro-Portuaires sont chargés de la protection des sites stratégique (Port d'abidjan et de San Pédro, Aérodrome et Aéroport International, etc..)
  • Les Brigades Cynophiles
  • Le Groupement d'Escadrons Blindés (GEB) est doté de véhicules blindés à roues
  • Les Unités de Déminage
  • Le Centre de coordination des décisions opérationnelles (CCDO)[2] avec la mobilisation de plus de 750 policiers, gendarmes et militaires sous l’autorité des officiers de la police, de la gendarmerie et des FRCI.

Ses six missions principales sont :

    • sécuriser les sites stratégiques
    • participer activement à la lutte contre le grand banditisme
    • participer à la lutte contre toutes les formes de terrorisme
    • freiner et prévenir les atteintes à la sureté de l’État
    • contribuer à la gestion des grands évènements à travers le renseignement notamment
    • collaborer à la gestion des secours en cas de catastrophe naturelle ou industrielle dans les grandes villes

Le numéro d'appel d'urgence du CCDO est le 111.

Outre le CCDO, les Unités Spécialisées de la Gendarmerie et les Escadrons Mobiles sont sous les ordres du général en second chargé des Unités Spécialisées de la Gendarmerie : le général de brigade Nicolas Kouakou.

Grades[modifier | modifier le code]

Grades Gendarmeries Ivoirienne

Images[modifier | modifier le code]

Groupement d'Escadron Blindé
UIGN exercice
UIGN en exercice
Un Gendarme du CCDO
Une Patrouille de la Brigade de Sécurité
Démineur de la Gendarmerie Ivoirienne en exercice

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]