Gendarmerie nationale béninoise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La gendarmerie nationale béninoise est une force de sécurité publique militaire au Bénin. Ses missions et son organisation sont calquées sur celles de la Gendarmerie nationale française. Mise sur pied au moment de l'indépendance, elle comprenait, en 2007, environ 2 800 gendarmes, sous-officiers et officiers.

La Police Républicaine du Bénin (référence : http://legibenin.net/index.php/blogs-k2/item/87-adoption-de-la-loi-portant-creation-de-la-police-republicaine-en-republique-du-benin)

Crée le 1er janvier 2018, la Police Républicaine du Bénin :

• à son siège à Cotonou ;

• résulte de la fusion de l’ex-Police Nationale et l’ex-Gendarmerie Nationale du Benin ;

• est du ressort du Ministère de l'Intérieur, de la Sécurité Publique et des Cultes (Bénin).

Elle assure le maintien de la loi au Bénin avec la Douane, les Eaux et Forêts, la Police Sanitaire, la Police Environnementale, la Police de la Pêche et l’Unité Mixte de Contrôle des Conteneurs (UMCC).

Elle a pour missions fondamentales d’assurer le respect :

• de l’ordre public, la sécurité et la protection des institutions de l’État ;

• des libertés publiques et la protection des personnes et des biens sur toute l’étendue du territoire national.

La Police Nationale du Bénin est membre d'Interpol depuis le 19 septembre 1962.

Missions[modifier | modifier le code]

  • Compétente sur 90 % du territoire et 81 % de la population, la gendarmerie béninoise exerce des missions de police administrative, de police judiciaire et de police militaire.
  • Elle participe aussi à la sécurité de nombreux sites et points sensibles.
  • La GNB fournit, dans le cadre des missions de maintien de la paix, un contingent d’environ 250 hommes (MONUC - MINUCI).

Organisation[modifier | modifier le code]

La gendarmerie est divisée en :

  • une direction générale (DGGN implantée à Porto-Novo),
  • 3 groupements régionaux,
  • un groupement de gendarmerie mobile,
  • un groupement pénitentiaire,
  • un groupement des services,
  • et une école nationale de la gendarmerie (ENG) dans laquelle est intégré le CPPJ (centre de perfectionnent de police judiciaire).

La DGGN, le CPPJ et l'ENG dispose de 3 conseillers issus de la Gendarmerie nationale française.