Gendarmerie nationale burkinabè

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gendarmerie nationale du Burkina Faso
Fondation 1939
Commandement
Commandant en chef Roch Marc Christian Kaboré
Ministre de la défense Chérif Sy
Chef d'état-major Colonel Tapsoba Marie-Bruno Omer
Main-d'œuvre
Actifs 4 200

La gendarmerie nationale burkinabè est une force de sécurité publique militaire au Burkina Faso. Ses missions et son organisation sont calquées sur celles de la Gendarmerie nationale française. Mise sur pied au moment de l'indépendance, elle comprenait, en 2007, environ 4 000 gendarmes, sous-officiers et officiers. Sa devise est « La Patrie, La Loi et L’Honneur ».

Missions[modifier | modifier le code]

La Gendarmerie nationale est chargée de :

En cas d’état de siège ou de guerre, elle participe à la défense opérationnelle du territoire sous l’autorité du chef d'état-major Général des Armées[1].

Composition[modifier | modifier le code]

La Gendarmerie nationale comprend :

  • un état-major qui est l’organe central de commandement et d’administration. Il est dirigé par un chef d’état-major de la gendarmerie nationale (CEMGN). Différentes directions lui sont rattachées, ainsi que le centre opérationnel de la gendarmerie (COG) et l’unité spéciale d’intervention de la gendarmerie nationale[2].
  • 3 régions de Gendarmerie. Chaque région de gendarmerie a autorité sur les forces de gendarmerie départementales et mobiles situées sur son territoire :
    • 1re région de Gendarmerie avec comme poste de commandement Kaya et des groupements départementaux situés à Kaya, Ouahigouya et Dori;
    • 2e région de Gendarmerie, qui a son poste de commandement à Bobo-Dioulasso, ses groupements départementaux à Bobo-Dioulasso, Dédougou et Gaoua et dans laquelle sont basées les écoles de formation de la gendarmerie;
    • 3e région de Gendarmerie, poste de commandement Ouagadougou et groupements départementaux à Ouagadougou, Fada N'Gourma et Tenkodogoe[2].

Gendarmerie départementale[modifier | modifier le code]

À l'image de la gendarmerie départementale française, la gendarmerie départementale burkinabé assure des missions de police judiciaire, de police administrative et de surveillance des zones rurales. Chaque groupement départemental est divisé en compagnies, qui supervisent les brigades, en contact direct avec la populatione[2].

Gendarmerie mobile[modifier | modifier le code]

Des gendarmes de l'ESI à l'entrainement en 2013.

À la manière de la gendarmerie mobile française, la gendarmerie mobile est chargée du maintien de l'ordre et des opérations complexes. Elle est constituée en 2019 de huit escadrons de gendarmerie mobile (EGM) chargés du maintien de l'ordre, de l'escadron de sécurité et d'intervention (ESI) chargé de la sécurité des personnalités et des interventions et l'escadron d'escorte et d'honneurs (EEH), chargé des accueils cérémoniaux et disposant d'une fanfare. Les EGM sont répartis à Ouagadougou (2 EGM, les 31e et 33e EGM), à Bobo-Dioulasso (1 EGM), à Koudougou (1 EGM), à Ouahigouya (1 EGM), à Kaya (1 EGM), à Tenkodogo (1 EGM) et à Fada N'Gourma (1 EGM)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Missions - Gendarmerie nationale du Burkina Faso », sur gendarmerienationale.bf (consulté le 7 juin 2016).
  2. a b c et d « Présentation - Gendarmerie nationale du Burkina Faso », sur gendarmerienationale.bf.