Police nationale (Côte d'Ivoire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Police nationale
Logo de l'organisation
Situation
Création 1961 (intègre la Préfecture de Police en 1966)
Type Administration
Siège Drapeau de la Côte d'Ivoire Abidjan
Organisation
Membres Afripol
Effectifs 143 659 employés (1er février 2010)
Ministre General de corps d'armée Vagondo Diomandé
Personnes clés Directeur général de la Police nationale (Général de corps d'armée Youssouf Kouyaté)
Organisations affiliées Ministère de l'intérieur et de la sécurité

En Côte d'Ivoire, la Police nationale est un corps de police d'État qui est rattachée au Ministère de l'intérieur et de la sécurité. Les policiers sont des fonctionnaires publics ivoiriens.

Ses missions sont lutter contre la drogue, la criminalité et la grande délinquance économique et financière, la protection des personnes et des biens et le maintien de l'ordre public. Elle agit en collaboration avec d'autres forces de police ivoirienne, particulièrement les polices municipales, ainsi qu'avec la Gendarmerie nationale. Le numéro d'urgence de la Police nationale est le 170.

Fondement[modifier | modifier le code]

L'institution de la force publique est un élément fondamental de l'ossature de l'administration centrale du ministère de l'Intérieur.

La police nationale est placée sous l'autorité d'un directeur général de la police nationale nommé en Conseil des Ministres. Il est aidé de trois directeurs généraux adjoints, d’un chef de cabinet, d’un chargé de mission, de quatre chargés d’études et d’un porte-parole. Le chef de cabinet, le chargé de mission et le porte-parole ont le rang de sous-directeur.

En Côte d'Ivoire, la force publique est constituée de la police nationale, de la gendarmerie nationale et des polices municipales.

Missions[modifier | modifier le code]

Une femme agent de police à Abidjan.

Mission : « La police nationale concourt, sur l'ensemble du territoire, à la garantie des libertés et à la défense des Institutions de la République, au maintien de la paix et de l'ordre public et à la protection des personnes et des biens. »

La police est une force nécessaire permettant d’assurer le respect des lois et de :

  • Protéger les personnes et les biens
  • Lutter contre les violences urbaines, la délinquance et l'insécurité routière ;
  • Contrôler l’immigration irrégulière et lutter contre l'emploi des clandestins ;
  • Lutter contre la drogue, la criminalité et la grande délinquance économique et financière ;
  • Constater les infractions, rechercher, arrêter les auteurs et les mettre à la disposition de la justice ;
  • Protéger le pays contre le terrorisme et les atteintes aux intérêts fondamentaux de la Nation ;
  • Maintenir l’ordre public.

Organisation de la police nationale[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Les différentes directions[1] :

  • Police judiciaire,
  • Services de sécurité publique,
  • Police technique et scientifique,
  • Police des stupéfiants et des drogues,
  • Police criminelle,
  • Direction de la transmission et des systèmes d`information,
  • Direction des renseignements généraux
  • Direction de la Formation et de l`Ecole Nationale de Police.
  • Direction de la surveillance du territoire
  • Direction de l`Identification judiciaire.
  • Direction des unités d`intervention
  • Direction du laboratoire central de la police,
  • Direction du Personnel de la Police Nationale,
  • Direction de la Police Economique et Financière,
  • Direction des Services de Santé de la Police Nationale,

Direction des unités d'intervention (DUI)[modifier | modifier le code]

La police nationale ivoirienne se compose de plus d'une vingtaine d'unités dont : la BAE, la BAT, la BSP, les CRS 1 à 7, la FRAP et les différents GMI, la Police criminelle, la BRI... Toute ces unités dépendent de la DUI.

Police technique et scientifique[modifier | modifier le code]

La police technique et scientifique compte trois directions, dont la Direction de l’Informatique et des Traces Technologiques (DITT)[2] créée en 2007[3].

Les missions de la DITT[4] sont de :

  • mettre en place les systèmes d’information nécessaires aux activités de la Police nationale et du ministère de l’Intérieur et de la Sécurité ;
  • mener des enquêtes de cybercriminalité ; cette activité conduite par la Plateforme de lutte contre la cybercriminalité (PLCC) depuis 2011[3] ;
  • soutenir les services d’investigation notamment, les services de la police nationale, mais également la gendarmerie nationale, les douanes et le Centre national de traitement des informations financières (CENTIF), chaque fois qu’ils ont besoin d’extraire ou de comprendre les preuves numériques auxquelles ils sont confrontés ; cette activité est conduite par le Laboratoire de criminalistique numérique (LCN).

Son directeur en 2018 est le commandant Guelpetchin Ouattara[5].

Équipement[modifier | modifier le code]

Les fonctionnaires de la police nationale ont à leur disposition :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Directions de la police nationale : La liste complète des nominations », abidjan.net,‎ (lire en ligne)
  2. « Coopération – Remise de matériel DITT », sur Ambassade de France en Côte d’Ivoire, (consulté le 29 mai 2021)
  3. a et b « Cybercrime », UNODC,‎ (lire en ligne)
  4. Anselme Akeko, « Côte d’Ivoire – Guelpetchin Ouattara (DITT) : « La cybercriminalité en Afrique est très peu technologique » », sur cio-mag.com, (consulté le 29 mai 2021)
  5. Anselme Akeko, « Exploitation de données téléphoniques : l’expertise de la DITT de Côte d’Ivoire au service de la police béninoise | CIO MAG », sur cio-mag.com, (consulté le 29 mai 2021)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]