Gare de Savigny-sur-Orge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gare de Savigny.
Savigny-sur-Orge
Image illustrative de l'article Gare de Savigny-sur-Orge
Bâtiment voyageurs et entrée principale.
Localisation
Pays France
Commune Savigny-sur-Orge
Quartier Centre-ville
Adresse Place de la Gare
91600 Savigny-sur-Orge
Coordonnées géographiques 48° 40′ 34″ nord, 2° 21′ 07″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services (RER)(C)
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Austerlitz à Bordeaux-Saint-Jean
Grande ceinture de Paris
Voies 4 (dont 2 centrales)
Quais 2 latéraux
Transit annuel 5 129 458 voyageurs (2016)
Zone 4 (tarification Île-de-France)
Altitude 46 m
Historique
Mise en service 5 mai 1844
Correspondances
Daniel Meyer (BUS) Daniel Meyer DM21A DM21B

DM21S DM22

RATP (BUS) RATP 292 385 492
Noctilien (N) N131

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Savigny-sur-Orge

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Savigny-sur-Orge

Géolocalisation sur la carte : Essonne

(Voir situation sur carte : Essonne)
Savigny-sur-Orge

La gare de Savigny-sur-Orge est une gare ferroviaire française des lignes de Paris-Austerlitz à Bordeaux-Saint-Jean et de la Grande Ceinture. Elle est située sur le territoire de la commune de Savigny-sur-Orge, dans le département de l'Essonne en région Île-de-France. Elle dispose de deux accès, par la place de la Gare à l'ouest des voies et par la place Davout à l'est.

Elle est mise en service en 1844 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO).

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par des trains de la ligne C du Réseau express régional d'Île-de-France (RER).

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 46 mètres d’altitude, la gare de Savigny-sur-Orge est située au point kilométrique (PK) 21,793[1] de la ligne de Paris-Austerlitz à Bordeaux-Saint-Jean, entre les gares de Juvisy et d'Épinay-sur-Orge, ainsi qu'au PK 94,665[1] de la ligne de la grande ceinture de Paris, entre les gares de Juvisy et de Petit Vaux.

Dans la traversée de la gare, la ligne comportant quatre voies, les deux voies latérales disposent de quais pour la desserte et les deux voies centrales sont réservées aux trains sans arrêt.

Histoire[modifier | modifier le code]

Première gare[modifier | modifier le code]

Le 5 mai 1843, la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO), ouvre à l'exploitation les 102 kilomètres de Juvisy à Orléans de sa ligne de Paris à Orléans qui traversent le territoire de la commune[2]. Il n'y a alors pas de station à Savigny, la compagnie n'ayant pas jugée utile d'en établir une[3].

Premier bâtiment en dur de la gare de Savigny (vers 1900).

La municipalité, en conflit avec la compagnie sur de nombreux points concernant les nuisances apportés par les travaux de construction de la ligne, est soutenue par la propriétaire du château de la commune, la veuve du maréchal Davout[4], qui va user de ses relations et proposer la surface de terrain nécessaire pour obtenir la desserte de la commune. La demande est acceptée par la compagnie qui ouvre une station provisoire le 5 mai 1844[5]. Cela permet la desserte par deux trains, un le matin et un le soir[6].

En 1844, la station est suffisamment fréquentée pour que la municipalité demande le déplacement du bureau de poste et l'ouverture d'un service des dépêches par la compagnie, qui a augmenté sa desserte d'un arrêt supplémentaire. La fréquentation continuant de progresser la compagnie en fait une station définitive le 1er janvier 1847. Cette décision permet la construction d'un bâtiment voyageurs en dur[6].

En 1858, la station dessert un village de 939 habitants[7]. Dix ans plus tard, en 1868, le village desservi par la « station de Savigny » compte 1 260 habitants[8].

En 1877, Savigny devient également une gare de la ligne de la grande ceinture de Paris lors de l'ouverture de son premier tronçon qui permet déjà des circulations de trains de voyageurs. La mise en service de la totalité de cette ligne en 1883 augmente le trafic et les demandes de dessertes. En 1888, Savigny devient également une gare marchandises avec de nouvelles installations. La ligne à deux voies étant saturée, son doublement à quatre voies est mis à l'étude en 1900[9].

Deuxième gare[modifier | modifier le code]

Les travaux pour le doublement des voies de la ligne débutent en 1903 sur le territoire de la commune. Cet élargissement de l'emprise ferroviaire nécessite d'importants chantiers : suppression du passage à niveau de la rue de la Gare remplacé par un tunnel sous les voies et démolition de l'ancien bâtiment[6].

Vers 1910, la nouvelle gare mise en service en 1904 et le doublement des voies ouvert en 1908.

Cette même année la compagnie mandate l'entreprise Louis-Cordier pour réaliser le gros œuvre en béton armé[10] d'un bâtiment dans le style des autres édifices de la ligne, avec un corps central, à trois ouvertures et un étage, encadré par deux petites ailes, dans son prolongement, avec uniquement un rez-de-chaussée et un toit-terrasse. Il comporte un élément type de ces édifices, une frise en mosaïque ; située sous les toitures, elle ceinture l'ensemble du bâtiment avec l'inscription « Chemin de fer d'Orléans » en façade. Il est ouvert en 1904[11] et le doublement des voies est mis en service en 1908 entre Juvisy et Brétigny, en prolongement de ce qui a été fait entre Paris et Juvisy en 1904[12].

Le 23 mai 1919, la gare est fréquentée par de nombreux voyageurs qui viennent de Paris pour assister à l'inauguration de l'aérodrome de Port-Aviation[13]. Jusqu'à sa fermeture, en 1919, les meetings vont régulièrement attirer une foule qui ne peut venir qu'en train par les gares de Savigny et de Juvisy[14],[6].

Détail façade et inscription en mosaïque.

La fréquentation de la gare ne va pas fléchir car à partir de 1930 de nombreux ouvriers parisiens vont venir habiter les petites maisons construites dans les lotissements qui remplacent les bois et les champs. Le village devient au fil du temps une ville de la banlieue parisienne qui voit chaque jour ses habitants, pour une part importante, prendre le train le matin pour rejoindre ses lieux de travail à Paris et revenir le soir à ses logements. La municipalité va très régulièrement être la porte-parole des usagers en intervenant auprès de la Compagnie du PO puis, après 1938, auprès de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) pour des questions d'horaires de trains, d'abonnements et de conditions de transport. En 1952, six trains quotidiens dans chaque sens permettent d'aller à Paris le matin et d'en revenir le soir[6].

Le parking de la gare est créé en 1963 ; le parking souterrain de 600 places, sur trois étages, est mis en service en 1976 par le Syndicat des transports parisiens. La place de la Gare est réaménagée en 1984[5].

Dans les années 2000, la desserte de la gare est d'environ un train toutes les 15 minutes avec près de 200 dessertes par jour[6]. En 2011, 12 410 voyageurs ont pris le train dans cette gare chaque jour ouvré de la semaine[15]. En 2012, environ 11 866 montants par jour ont été comptabilisés[16].

Enfin, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare est de 6 409 800 voyageurs en 2014 et 2015 et de 5 129 458 voyageurs en 2016[17].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare SNCF du réseau de trains de banlieue Transilien, elle comprend un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert tous les jours. Il n'y a pas de vente de billets grandes lignes au guichet le dimanche et les jours fériés. Elle est équipée d'automates pour les achats de titres de transport Transilien et grandes lignes, et d'un système d'information en temps réel sur les horaires des trains. C'est une gare avec quelques aménagements pour les personnes à mobilité réduite, notamment, des boucles magnétiques. Elle dispose également d'un kiosque de presse Relay[18].

Un souterrain permet la traversée des voies et le passage d'un quai à l'autre.

Desserte[modifier | modifier le code]

Savigny-sur-Orge est desservie par les trains de la ligne C du RER[18].

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parc pour les vélos et des parkings (gratuit et payant) pour les véhicules y sont aménagés[18].

La gare est desservie par les lignes DM21A, DM21B, DM21S et DM22 de la société de transport Daniel Meyer, par les lignes 292, 385 et 492 du réseau de bus RATP et, la nuit, par la ligne N131 du réseau Noctilien.

Patrimoine ferroviaire[modifier | modifier le code]

Le bâtiment voyageurs en service est celui construit en 1903-1904, avec une frise en mosaïque typique des édifices édifiés par la compagnie du PO lors de la mise à quatre voies de la ligne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, volume 1, éditions La Vie du Rail, août 2011, (ISBN 978-2-918758-34-1), p. 195.
  2. François et Maguy Palau, « 3.3 Juvisy-Orléans », dans Le Rail en France : les 80 premières lignes 1828 - 1851, Palau, Paris, 2003 (ISBN 2-950-9421-0-5), pp. 97-98
  3. Pinard, « Savigny-sur-Orge », dans Histoire: archéologie, biographie du canton de Longjumeau, A. Durand, 1864, p. 267 (consulté le 10 avril 2014).
  4. Site savigny.org : Le Château (consulté le 10 avril 2014).
  5. a et b Site savigny.org : Le vieux Savigny : chronologie (consulté le 10 avril 2014).
  6. a, b, c, d, e et f Site savigny.org : Le chemin de fer, une ligne de vie pour Savigny (consulté le 10 avril 2014).
  7. Adolphe Joanne, « Savigny-sur-Orge », dans Itinéraire descriptif et historique des Pyrénées de l'Océan a la Méditerranée, Librairie de L. Hachette et Cie, 1858, p. 2 (consulté le 10 avril 2014).
  8. Adolphe Joanne, « 6e station - Savigny », dans Les environs de Paris illustrés, L. Hachette et cie, 1868, p. 571 (consulté le 10 avril 2014).
  9. Site savigny.org : Notre gare a 110 ans (consulté le 10 avril 2014).
  10. Site archiwebture.citechalliot.fr Objet BAH-11-1903-25399. Gare ferroviaire, Savigny-sur-Orge (Essonne) : bâtiment des voyageurs. 1903 (consulté le 10 avril 2014)
  11. Site fr.topic-topos.com : Gare, Savigny-sur-Orge (consulté le 10 avril 2014).
  12. Jean Bastié, La Croissance de la banlieue parisienne, Presses Universitaires de France, 1964, p. 126 (extrait)
  13. Site viry-chatillon.fr : Port-Aviation l'histoire(consulté le 10 avril 2014)
  14. Site osti.savigny : L'aviation à Savigny (suite) (consulté le 10 avril 2014).
  15. [PDF]« Délibération n° 2012/301, séance du 10 octobre 2012 », sur le site du STIF, (consulté le 24 août 2013) : « Déploiement de nouveaux afficheurs Infogare TFT/TLED ligne C, Volet information voyageurs : Identifiant PQI 181 », p. 15. Le STIF définit le nombre de montants pour une gare comme le nombre de voyageurs y prenant le train les jours ouvrés et hors période de vacances scolaires.
  16. [PDF] « Comité de ligne du 6 février 2013, présentation de RFF et SNCF », sur stif.org, (consulté le 4 avril 2013)
  17. « Fréquentation en gares - Savigny-sur-Orge », sur SNCF Open Data (consulté le 14 novembre 2017).
  18. a, b et c Site SNCF Transilien : Gare de Savigny-sur-Orge (consulté le 10 avril 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]



Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Versailles-Château (par Paris) Juvisy (RER) (C) Petit Vaux Versailles-Chantiers (par Massy)
Saint-Quentin-en-Yvelines (par Paris) Juvisy (RER) (C) Épinay-sur-Orge Saint-Martin-d'Étampes
Invalides
ou Montigny - Beauchamp
ou Saint-Quentin-en-Yvelines (par Paris)
Juvisy (RER) (C) Épinay-sur-Orge Dourdan
ou Dourdan - La Forêt
Montigny - Beauchamp
ou Pont du Garigliano
Juvisy (RER) (C) Épinay-sur-Orge Brétigny