Galler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Galler
logo de Galler

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Dates clés 2006 : Ouverture d'un tiers du capital[1]

2011 : Jean Galler cède 12% de ses parts
2018 : Jean Galler cède ses dernières parts et se
retire de l'entreprise
2019 : Salvatore Iannello devient CEO de l'entreprise
2020 : 25% du capital est cédé à des investisseurs belges

Fondateurs Jean Galler
Personnages clés Jean Galler, Hamad ben Jassem Al Thani, Salvatore Iannello
Forme juridique Société anonyme (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Slogan Chocolaterie indépendante[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Vaux-sous-Chèvremont (siège social)
Herstal (exploitation)
Drapeau de la Belgique Belgique
Direction Salvatore Iannello
Actionnaires Investisseur qatari à 75 %[3]
Investisseur belge à 25 %
Activité Conception, fabrication et vente de chocolat
Produits Chocolat
Sociétés sœurs Galler Holding, Galler Franchising, Galler Boutiques, Galler UK Limited
Effectif 170 (2020)
Site web www.galler.comVoir et modifier les données sur Wikidata
Chiffre d'affaires 26 331 620 euros ()[4]Voir et modifier les données sur Wikidata

Galler est une entreprise belge de chocolaterie et confiserie dont le siège social est à Vaux-sous-Chèvremont près de Liège.

La société Galler commercialise différents produits tels que les bâtons fourrés, les tablettes de chocolat, les pralines, les macarons, les crèmes glacées, les pâtes à tartiner… Elle possède également une série de boutiques franchisées à son enseigne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Né à Liège le , Jean Galler commence sa scolarité à l'École d’Hôtellerie de Liège[5] et travaille comme apprenti dans la pâtisserie familiale fondée par son grand-père en 1930. Il est distingué comme Meilleur Apprenti de Belgique à l'âge de 19 ans[6]. Il part alors à Bâle pour suivre les cours de perfectionnement à l'école pour pâtissier-confiseur - la COBA - avant d'effectuer en 1975 un stage chez Gaston Lenôtre à Paris[6].

La chocolaterie Galler, au bord de la Vesdre, à Vaux-sous-Chèvremont.

Passionné par le chocolat, il a l'occasion à 21 ans de reprendre les installations de l'ancienne chocolaterie Régal des Fées de Clermont-sur-Berwinne, ayant appartenu auparavant aux chocolateries Aiglon (Verviers) puis Clovis (Pepinster), et d'ainsi créer à Vaux-sous-Chèvremont en 1976 avec son père[5] la Chocolaterie Galler[6].

En 1994, il devint Fournisseur breveté de la Cour de Belgique et l'année suivante, est élu manager de l'année par Trends-Tendances[6]. La même année, Jean Galler collabore avec le dessinateur Philippe Geluck à la création des « Langues de Chat » illustrant le personnage du Chat[6]. Presque vingt ans plus tard, Geluck et Galler modifient leur gamme et la nomment Les Chocolats du Chat pour éviter la confusion avec les biscuits du même nom.

Galler et Galler International[modifier | modifier le code]

En 2000, Salvatore Iannello, conseiller stratégique, devient propriétaire de Galler International[7], filiale de Galler, dont l'objectif est de développer la marque dans les pays européens, au Japon et au Moyen-Orient.

Parallèlement, Galler ouvre son capital à deux institutionnels belges régionaux : MeusInvest et Sogepa.

En 2006, deux membres de la famille royale qatarie Al Thani (Cheikh Sultan et Cheikh Mohamed) entrent dans le capital de l'entreprise belge à hauteur de 33 %, la famille Galler détenant 52 % et les cadres de Galler 15 %[1]. En 2007, une augmentation de capital de 2,7 millions d'euros porte la participation qatarie à 39 % du capital de la société, la famille Galler abandonnant sa majorité absolue des droits de vote au sein du conseil d'administration, tout en restant, avec 41 % l'actionnaire de référence[8], grâce aux 10,3% détenus par Salvatore Iannello.

En 2011, Salvatore Iannello quitte l'entreprise pour entamer un tour du monde en voilier et revend ses parts[7]. Jean Galler cède également 12% de ses parts pour financer son projet de viticulture. L'actionnaire qatari détient alors 71% de Galler[9].

En 2012, plusieurs cadres de la société vendent leurs parts à la famille Al Thani qui devient alors majoritaire sans que la répartition exacte des actions puisse être connue à cause d'un accord de confidentialité[10],[11].

En 2016, des problèmes financiers contraignent l'actionnaire qatari à injecter de nouveaux moyens dans la chocolaterie. Sa participation monte à 75%.

Reprise par les Qatari puis retour à un groupe belge[modifier | modifier le code]

En , la chocolaterie est au bord de la faillite. Jean Galler n'a pas les fonds nécessaires pour racheter l'entreprise et vend ses dernières parts[12]. L'actionnaire qatari, désormais actionnaire unique, propose alors à Salvatore Iannello de revenir gérer l'entreprise. Jean Galler quitte l'entreprise, retournant au métier familial de boulanger avec la création en 2018 de l'atelier et des magasins « Chez Blanche ». C’est à Vaux-sous-Chèvremont, où travaillent quelque 90 personnes, que sont produits les chocolats Galler ; une septantaine d'autres personnes sont employées sur les deux sites de Herstal : le centre logistique de Milmort et le magasin Outlet de Liers[13],[14].

En , 25 % du capital sont cédés à un groupe d'investisseurs belges[15] désireux de poursuivre le développement de l'entreprise tout en la rendant éthique et responsable. Parmi ces engagements, l'entreprise depuis 2020 travaille avec 100% de fèves de cacao certifiées fair trade[16],[3]. Le logo est alors changé en « Chocolaterie indépendante »[17].

« Pure cocoa »[modifier | modifier le code]

Bâton de chocolat Galler de 2005 à juillet 2020.
Bâton de chocolat Galler à partir de .

En 2005, Galler modifie les emballages de différents produits pour les moderniser et ajouter 2005 l'indication « Pure cocoa » (« cacao pur ») à ses produits[18]. Ceci afin d'affirmer clairement que seul le beurre de cacao est utilisé comme matière grasse dans son chocolat. En référence à une directive européenne de 2000[19] qui autorise l'adjonction de matière grasse végétale autre que le beurre de cacao au chocolat. En 2006, Galler modifie la composition de ses fameux bâtons de chocolat « fourré ». La crème de fourrage de ceux-ci comporte alors des graisses végétales hydrogénées, contenant des acides gras trans. Galler joue alors sur la différenciation entre crème de fourrage et chocolat de couverture pour justifier l'utilisation de l'indication « Pure cocoa ».

De plus, comme cette crème de fourrage n'est pas considérée comme du chocolat, elle n'est pas concernée par le maximum de 5 % imposé par la directive.

Ce changement de composition coïncide avec l'entrée des nouveaux investisseurs dans le capital à raison d'un tiers des actions[1].

Fin 2008, Galler modifie à nouveau la composition de ses bâtons de chocolat « fourré » : les graisses végétales ne sont plus hydrogénées. Le beurre reste utilisé entre autres dans les bouchées pralinées en tube. Seuls les œufs pralinés, vendus uniquement en période de Pâques, bénéficient encore d'un fourrage au beurre de cacao.

Courant 2014, avant l'entrée en vigueur d'une directive européenne imposant de nommer explicitement les matières grasses végétales[20], Galler change encore une fois la composition de ses bâtons de chocolat « fourré » pour cette fois-ci supprimer complètement les graisses végétales autres que le beurre de cacao, celles-ci étant remplacées par de la matière grasse de lait anhydre[21], aussi appelée « huile de beurre »[22]. L'indication « Pure cocoa » est remplacée par « Chocolatier ».

Début 2017, c'est au tour des œufs pralinés de voir une partie de leur beurre de cacao de fourrage remplacée par des graisses végétales (désodorisées)[23].

Inondations de juillet 2021[modifier | modifier le code]

L'usine de Vaux-sous-Chèvremont est ravagée par la crue de la Vesdre lors des inondations des 14 et 15 juillet 2021 et la production est à l'arrêt[24],[25].

Développement[modifier | modifier le code]

En 2013, la chocolaterie Galler est présente dans plus de trente pays et possède son propre réseau de boutiques franchisées en Belgique et à l’étranger[26]. La première boutique s’est ouverte en 1995 sur la Grand-Place de Bruxelles et, en 2002, l'entreprise reçoit le Prix de l'Innovation au Salon de la Franchise de Bruxelles[6], pour le développement de son concept « Chocolat-Thé », des salons de dégustation du chocolat sous toutes ses formes et de thés de différentes origines.

Les produits Galler, particulièrement les Chocolats du Chat, s'exportent ainsi en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, au Japon, aux États-Unis, en Australie, aux Émirats arabes unis[6]

Production[modifier | modifier le code]

Galler propose des chocolats avec un haut standard de qualité, finement broyés et peu sucrés, utilisant en 2006 des matières premières naturelles[6] et des produits de chez Barry Callebaut[27]. L'entreprise propose une variété de plusieurs dizaines de bâtons de chocolats de 65 grammes ou 70 grammes (selon la densité naturelle du fourrage) noir, au lait ou blanc dont les parfums sont souvent des créations originales (Noir Café liégeois, Lait Piémontais, Lait Mandarine Napoléon, etc.), mais aussi des mini bâtons de 12 grammes, des tablettes de 80 grammes et des pralines qui dénotent de la tradition par leur petite taille et l'originalité de leurs fourrages[5]. L'entreprise propose également des macarons, des crèmes glacées, des pâtes à tartiner.

L'entreprise Galler fait appel à Barry Callebaut pour la torréfaction, le broyage et le conchage de ses fèves de chocolat. En effet, il s'agit là d'un métier spécifique, celui de torréfacteur. Afin de fournir le meilleur des fèves de cacao et une qualité organoleptique constante, la chocolaterie s'entoure de professionnels du secteur. Cette partie de l'élaboration du chocolat Galler est donc réalisée par Barry Callebaut mais sur base de recettes uniques Galler[réf. nécessaire]. La partie assemblage et élaboration des fourrages qui fait la force de Galler est elle réalisée à la chocolaterie de Vaux-sous-Chèvremont.

Philanthropie[modifier | modifier le code]

La chocolaterie soutient depuis des années plusieurs œuvres caritatives, comme la Ligue belge contre la sclérose en plaques[28] ou encore l'asbl Les Coccinelles, un centre pour infirmes moteurs cérébraux adultes[29]. L'entreprise participe également depuis 2012 au Quality Partner Program lancé par Barry Callebaut pour soutenir les travailleurs du cacao[27].

Sociétés apparentées[modifier | modifier le code]

  • Galler Holding
  • Galler Franchising
  • Galler Boutiques
  • Galler UK Limited

Logos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Christophe Lamfalussy, « Percée arabe du chocolat Galler », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne).
  2. « http://walloniedesign.be/recits-dentreprises/gallerbrandingdesign/ »
  3. a et b Belga, « Les chocolats Galler redeviennent un peu belges », Le Soir,‎ (lire en ligne).
  4. « https://cri.nbb.be/bc9/web/catalog »
  5. a b et c Dominique Auzias, Petit Futé : Guide du chocolat et des confiseries, Petit Futé, , p. 61,62.
  6. a b c d e f g et h Jacques Mercier, Belges en France, Lannoo Uitgeverij, , p. 81.
  7. a et b « Salvatore Iannello, nouveau boss des chocolats Galler », sur L'Echo, (consulté le )
  8. Ph. Law., « Galler : la famille royale du Qatar monte à 39 % », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne).
  9. « L'histoire de la Chocolaterie Galler », sur Galler (consulté le )
  10. « L'actionnaire majoritaire du chocolatier Galler est qatari », sur RTL.be, (consulté le ).
  11. Ph. Law., « Galler : les Qataris ont pris le pouvoir », La Meuse,‎ (lire en ligne[archive du ]).
  12. « Jean Galler cède sa chocolaterie à un Qatari », sur Le Soir, (consulté le )
  13. Gaspard Grosjean, « Vaux-sous-chèvremont : le chocolat Galler à la conquête du Japon », Le Soir,‎ (lesoir.be/114926/article/2017-09-19/vaux-sous-chevremont-le-chocolat-galler-la-conquete-du-japon, consulté le ).
  14. Martial Giot, « Les Qataris ont acquis la totalité des chocolats Galler, mais le management reste belge », sur RTBF, (consulté le ).
  15. « L'actionnaire qatari de Galler cède 25% du capital à des investisseurs belges (PRESS) », sur Le Soir, (consulté le )
  16. « Les chocolats Galler redeviennent un peu liégeois », sur rtbf.be, (consulté le ).
  17. « La chocolaterie Galler s’entoure de designers pour se réinventer », sur Wallonie Design, (consulté le )
  18. « Cure de jouvence pour les chocolats Galler », sur Le Soir (consulté le )
  19. Chocolat noir#Réglementation.
  20. Information nutritionnelle#Nouvelle réglementation européenne applicable à partir de et  : Règlement 1169/2011.
  21. « Galler Chocolat | Noir | Praliné | Barre | delhaize.be », archive.is,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. « Huile de beurre », archive.is, Commission canadienne du lait,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. « Œufs de Pâques | Blanc Praliné | delhaize.be », archive.is,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. Amaury Detroz, « L'usine Galler a été DÉVASTÉE par les eaux à Vaux-sous-Chèvremont: "Il n'en reste plus rien" », sur rtl.be, (consulté le ).
  25. « Une usine du chocolatier Galler à l'arrêt près de Liège », sur ln24.be, AFP, (consulté le ).
  26. « Distinction du Mérite Wallon : Jean Galler », sur Connaitre la Wallonie, .
  27. a et b La Libre.be, « Il faut agir, dit le chocolatier Jean Galler », sur LaLibre.be, (consulté le )
  28. L.D., « Du chocolat au profit de la sclérose en plaques », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne).
  29. Paul Vaute, « Pour une bonne causes », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Pirard, Images de marques : 100 ans d'histoire du chocolat verviétois, Pierre de Lune, coll. « Patrimoine », , 128 p. (présentation en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]