Gabriela Cabezón Cámara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gabriela Cabezón Cámara
Description de cette image, également commentée ci-après
Gabriela Cabezón Cámara en 2016.
Naissance (53 ans)
Buenos Aires, Argentine
Nationalité Argentine
Pays de résidence Argentine
Profession
Autres activités
Militante féministe
Formation
Auteur
Langue d’écriture Espagnol
Genres

Œuvres principales

Pleines de grâce (2009), Les Aventures de China Iron (2017)

Gabriela Cabezón Cámara, née le 4 novembre 1968 à Buenos Aires, est une écrivaine, journaliste et militante féministe, originaire d’Argentine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de San Isidro, Gabriela Cabezón Cámara est diplômée en lettres de l'Université de Buenos Aires. En qualité de journaliste, elle collabore à différents titres de presse, dont le supplément SOY du journal Página/12 qui traite des questions LGBT[1].

Carrière littéraire[modifier | modifier le code]

À travers ses écrits, Gabriela Cabezón Cámara mêle culture savante et culture populaire, afin d'interroger l’histoire et l’identité de son pays[2]. En 2009, Gabriela Cabezón Cámara publie son premier roman Pleines de grâce (La Virgen Cabeza), traduit en français et édité aux Éditions de L’Ogre en 2020[3].

Son second ouvrage Les Aventures de China Iron publié dans sa version espagnole en 2017, est finaliste du International Booker Prize 2020[4],[5],[6]. Le récit se concentre sur une femme qui se libère des traditions pour explorer la pampa, en quête d'une nouvelle façon de vivre ensemble. L'ouvrage est parfois qualifié de western queer[7],[8].

Militantisme[modifier | modifier le code]

Gabriela Cabezón Cámara est l’une des cofondatrices du mouvement Ni una menos, pour protester contre la récurrence des féminicides en Amérique latine. La militante participe activement aux luttes féministes argentines de ces dernières années[1],[4],[9].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • La virgen cabeza (2009)
    Pleines de grâce, traduit par Guillaume Contré, Éditions de L’Ogre, 201 p., 2020 (ISBN 9782377560639) ; réédition, Paris, 10/18, coll. « Littérature étrangère » no 5686, 2021 (ISBN 978-2-264-07901-5)
  • Romance de la Negra Rubia, Eterna Cadencia, 80 p., 2014 (ISBN 978-9-877-12022-6)
    Tu as vu le visage de Dieu suivi de Romance de la Noire blonde, traduit par Guillaume Contré, Éditions de L’Ogre, 200 p., 2022 (ISBN 9782377561346)
  • Las aventuras de China Iron (2017)
    Les Aventures de China Iron, traduit par Guillaume Contré, Éditions de L’Ogre, 236 p., 2021 (ISBN 9782377560936) ; réédition, Paris, 10/18, coll. « Littérature étrangère », 2022

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Le viste la cara a Dios (2011)
  • Sacrificios (2015)

Romans graphiques[modifier | modifier le code]

  • Beya, illustrations de Iñaki Echeverría, Eterna Cadencia, 128 p., 2013 (ISBN 978-9-871-67391-9)
  • Y su despojo fue una muchedumbre, illustrations de Iñaki Echeverría, 2015

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Gabriela Cabezón Cámara », sur Babelio (consulté le )
  2. Melina Balcazar (En attendant Nadeau), « La femme du gaucho », sur Mediapart (consulté le )
  3. Jean-Philippe Cazier, « Gabriela Cabezón Cámara : Pleines de grâce », sur DIACRITIK, (consulté le )
  4. a et b « Cabezón Cámara », sur Les Editions de l'Ogre (consulté le )
  5. (en) « The Adventures of China Iron | The Booker Prizes », sur thebookerprizes.com (consulté le )
  6. « Les Aventures de China Iron de Gabriela Cabezon Camara (Roman) : la critique Télérama », sur Télérama (consulté le )
  7. « Les aventures de China Iron - Gabriela Cabezón Cámara », sur Babelio (consulté le )
  8. « Echecs, natation, surréalisme… Nos lectures de la semaine », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. (es) Daniel Gigena, « Ecoliteratura: a la manera de #NiUnaMenos, las mujeres toman la iniciativa en la defensa del ambiente - LA NACION », La Nación,‎ (ISSN 0325-0946, lire en ligne, consulté le )