Fritz Hippler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fritz Hippler
Naissance
Berlin (Allemagne)
Décès (à 92 ans)
Berchtesgaden (Allemagne)
Origine Allemagne
Allégeance Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Arme Flag of the Schutzstaffel.svg Schutzstaffel (1933-1943)
Balkenkreuz.svg Wehrmacht, Heer (1943-1945)
Grade SS-Obersturmbannführer (jusqu'en 1943)
Commandement Direction du département cinématographique du ministère de la Propagande
Conflits Seconde Guerre mondiale

Fritz Hippler, né le à Berlin et mort le à Berchtesgaden, est un réalisateur allemand. Il réalise en 1939-1940 le documentaire de propagande antisémite Der ewige Jude (Le Juif éternel).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fritz Hippler rejoint la SA en 1926 puis adhère au parti nazi en 1927. Il étudie le droit à Heidelberg et à Berlin. Il dirige en 1933 la section berlinoise de la Nationalsozialistischer Deutscher Studentenbund (mouvement des étudiants allemands nationaux-socialistes). En 1934 docteur en sciences politiques il donne des conférences à l'université de sciences politiques à Berlin. À partir de 1936 il intègre le ministère du Reich à l'Éducation du peuple et à la Propagande et y apprend aux côtés de Hans Weidemann la création de documentaires et de bandes d'actualités. Il est promu SS-Hauptsturmführer[N 1] en 1938 et, en , il prend la tête du département cinématographique du ministère. Sur décision de Goebbels en , il tourne le à Łódź les premières prises de vue du Der ewige Jude. Le film est présenté en à Berlin. Hippler reçoit de Hitler une récompense de 60 000 Reichsmark pour services rendus au Reich.

En 1942 il publie un livre théorique sur le cinéma Betrachtungen zum filmschaffen préfacé par l'acteur Emil Jannings. En 1943, il reçoit le grade d'Obersturmbannführer[N 2]. Il entre en conflit avec Joseph Goebbels et, en , celui-ci le démet de ses fonctions de chef de service. Hippler est envoyé dans un bataillon d'infanterie de réserve puis il est caméraman de guerre pour les actualités. Il se maria en 1943 avec Charlotte Tiedeman-Klein artiste lyrique (qui deviendra plus tard duchesse de Ségovie, de par son remariage avec le fils du roi Alphone XIII, Jacques-Henri de Bourbon). Fait prisonnier de guerre en 1945 il est emprisonné dans un camp de rééducation pendant trois ans. En 1948 il est jugé par un tribunal allemand de dénazification, reconnu coupable de crimes de guerre et est condamné à deux ans de prison. Il entame dans les années 1950 une carrière de traducteur dans l'armée américaine[1].

Il apparaît en 1988 dans un documentaire anglais sur Goebbels Eye of the Dictator[2].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Grade équivalent à capitaine en français.
  2. Équivalent de lieutenant-colonel en français.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Tulard dictionnaire du cinéma: les réalisateurs Bouquins/Laffont 1995 p. 420
  2. IMDb

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]