Freisa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Freisa N
Freisa
Caractéristiques phénologiques
Débourrement À compléter
Floraison À compléter
Véraison À compléter
Maturité À compléter
Caractéristiques culturales
Port À compléter
Vigueur À compléter
Fertilité À compléter
Taille et mode
de conduite
À compléter
Productivité À compléter
Exigences culturales
Climatique À compléter
Pédologique À compléter
Potentiel œnologique
Alcoolique À compléter
Aromatique À compléter

La[1] freisa est un cépage de cuve à baies noires. C'est un des plus anciens et des plus importants cépages du Piémont.

Il est également appelé fresia[2] par Pierre Viala et fresa[3] par Victor Pulliat.

Il développe généralement des vins aux arômes de framboise et légèrement pétillants. Le cépage peut donner aussi des vins secs avec une acidité assez élevée.

Origine et répartition géographique[modifier | modifier le code]

Les sources attribuent la première mention de ce cépage à un document datant de 1517 et faisant référence à des droits de douanes à Pancalieri[4], commune située à une trentaine de kilomètres au sud de Turin, et à la zone de production historique sur les collines voisines de Turin, sur la commune de Chieri[5].

Des études ADN effectuées par Anna Schneider et José Vouillamoz[6] au CNR à Turin ainsi qu'à l'université de Californie à Davis ont montré que le Nebbiolo est directement apparenté à la Freisa alors que la Freisa, pour sa part, est un descendant du Viognier[7]

Il est classé cépage d'appoint en DOC Freisa d'Asti, Freisa di Chieri, Colli Tortonesi, Gabiano, Breganze, Barbera del Monferrato, Grignolino del Monferrato Casalese et Pinerolese.

Il est classé recommandé dans les régions du Piémont et de la Vallée d'Aoste ainsi que dans les provinces de Milan et Vicence et autorisé en province de Varèse et province de Pavie. En 1998, il couvrait 2 018 ha. On en trouve aussi quelques petites plantations en Argentine.

Caractères ampélographiques[modifier | modifier le code]

  • Extrémité du jeune rameau duveteux blanc.
  • Jeunes feuilles aranéeuses, vert clair à bords rougâtres.
  • Feuilles adultes, à 5 lobes avec des sinus latéraux supérieurs très profonds, un sinus pétiolaire largement ouvert en U, des dents ogivales étroites, un limbe glabre avec souvent les nervures pubescentes.

Aptitudes culturales[modifier | modifier le code]

La maturité est de troisième époque tardive : 35 jours après le chasselas.

Potentiel technologique[modifier | modifier le code]

Les grappes et les baies sont de taille moyenne. La grappe est cylindrique, allongée et peu ailée. Le cépage est de bonne vigueur et d'une bonne production régulière. Il est sensible à l'oïdium mais peu attaqué par le mildiou.

Il donne des vins secs, un peu âpres et parfois acides et tanniques.

Synonymes[modifier | modifier le code]

Le freisa est connu sous les noms de fessietta, freisa di chieri, fresa, frescia, frezia, monfra, monferrina, monfreisa, spanna monferrina, spannina.

Localement, on distingue les sous-variétés freisa piccola et freisa grossa.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre GALET, Dictionnaire Encyclopédique des cépages, Hachette, , 936 p. (ISBN 9782012363311), Freisa, nom féminim, page 309
  2. Pierre VIALLAT, Victor VERMOREL, Ampélographie. Tome 7, publiée sous la direction de P. Viala, V. Vermorel, Paris, MASSON ET Cie, ÉDITEURS, , 408 p. (lire en ligne), Fresia, page 128
  3. Victor PULLIAT, Mille variétés de vignes, description et synonymies, 3e édition, Paris, Montpellier, Bibliothèque du Progrès Agricole et Viticole, , 414 p. (lire en ligne), Fresa, page 124
  4. (en) Jancis ROBINSON, Julia HARDING, José VOUILLAMOZ, Wine Grapes, Allen Lane, Penguin Books, , 1280 p. (ISBN 9781846144462), Freisa, page 506
  5. (en+it) « Freisa: general information », sur Italian Vitis Database, release: 13/06/2015 (consulté le 20 juin 2017)
  6. « Portrait José Vouillamoz », sur agroscope.admin.ch, Agroscope (consulté le 20 novembre 2013).
  7. (en) Schneider A., Boccacci P., Torello Marinoni D., Botta R., Akkak A., Vouillamoz J., « The genetic variability and unexpected parentage of ‘Nebbiolo’ », Proceedings of the First International Conference on Nebbiolo grapes,‎ ([http:www.nebbiolograpes.org lire en ligne])

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :