Tétradymite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tétradymite
Catégorie II : sulfures et sulfosels[1]
image illustrative de l’article Tétradymite
Tetradymite Glacier Gulch Colombie britannique, Canada (45x26mm)
Général
Numéro CAS 1304-78-5
Classe de Strunz 2.DC.05
Formule chimique Bi2STe2 Bi2 Te2 S
Identification
Masse formulaire[2] 705,23 ± 0,07 uma
Bi 59,27 %, S 4,55 %, Te 36,19 %,
Couleur gris acier, irisé
Classe cristalline et groupe d'espace Ditrigonale-scalénoédrique -
Système cristallin Trigonal
Réseau de Bravais Rhomboédrique
Macle possible
Clivage Parfait sur [0001]
Cassure sub-conchoïdale
Habitus Massif, cristaux lamellaires, pseudohexagonaux
Échelle de Mohs de 1,50 à 2,00
Trait Gris acier pâle
Éclat Métallique
Propriétés optiques
Transparence Opaque
Propriétés chimiques
Densité 7,30
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La (ou le car le genre était initialement masculin au XIXe siècle) tétradymite est une espèce minérale composée de tellurure de bismuth avec des traces de Se;Au;Cu;Pb.

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Décrite par Wilhelm Karl Ritter von Haidinger en 1831. Le nom dérive du grec « TETRADUMOS » = quadruple, par allusion à ses macles fréquentes.

Topotype[modifier | modifier le code]

ZUPKOV (ZSUBKO), STREDOSLOVENSKY KRAJ en slovaquie.

Gîtologie[modifier | modifier le code]

Dans les veines hydrothermales de quartz-aurifère de température modérée à haute et au contact des dépôts métamorphiques. Il est associé à d'autres tellurure : hessite, altaïte, petzite, mais aussi au bismuth et à l'or natifs.

Synonymie[3][modifier | modifier le code]

  • bismuthotellurite
  • bornine (Beudant), Attention il existe bien une espèce minérale portant ce nom la bornite sulfure de cuivre et fer décrite par Haidinger.
  • csiklovaite qui désigne en fait un mélange de Tétradymite, Bismuthinite, et Galenobismutite, déclassée du rang d'espèce en 1991.
  • daphyllite
  • xaphyllite Chester (1896).

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

  • Autriche
    • Wurten glacier, Wurten, Innerfragant, Goldberg group, Mts Hohe Tauern, Carinthie[4],
  • Canada
    • Glacier Gulch, Smithers, Omenica Mining Division, Colombie britannique[5]
  • France
    • Mine d’Anglade, Salau, Seix, Cauflens, Ariège Midi Pyrénées [6]
  • Roumanie
    • Oravita (Oravicza) , Monts Banat
  • Slovaquie
    • Župkov, Pohronský Inovec (Topotype)

Utilisation[modifier | modifier le code]

La tétradymite peut être utilisée comme minerai de tellure et de bismuth.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. « Index alphabétique de nomenclature minéralogique » BRGM
  4. Lapis 17(3), 41-44 (1992)
  5. Anthony, Bideaux, Bladh, Nichols: "Handbook of Mineralogy", Vol. 1, 1990
  6. C. Derré, M. Fonteilles, L.Y. Nansot : "Le Gisement de Scheelite de Salau, Ariège- Pyrénées", Publications du 26e Congrès Géologique International, Paris, 7-17 July, 1980