Cuprite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ziguéline)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cuprite
Catégorie IV : oxydes et hydroxydes[1]
Image illustrative de l’article Cuprite
Cuprite - Mine de Dikuluwe, Kolwezi, Zaïre
- (Vue 6,2cm; XX 1,5cm)
Général
Classe de Strunz 4.AA.10
Formule chimique Cu2O   [Polymorphes]
Identification
Masse formulaire[2] 143,091 ± 0,006 uma
Cu 88,82 %, O 11,18 %,
Couleur rouge sombre, rouge brunâtre, rouge
Classe cristalline et groupe d'espace hexakisoctaédrique ; P n3m
Système cristallin cubique
Réseau de Bravais primitif P
Macle très communs par pénétration
Clivage imparfait sur {111}, rare sur {001}
Cassure irrégulière à conchoïdale
Habitus octaédriques, cubiques ou rhombododécaédriques, ou combinaisons. Parfois aciculaires
Échelle de Mohs de 3,5 à 4
Trait rouge brunâtre
Éclat adamantin, submétallique, mat
Propriétés optiques
Fluorescence ultraviolet fluorescent et luminescent
Transparence translucide à opaque
Propriétés chimiques
Densité de 5,8 à 6,1
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La cuprite est une espèce minérale composée d’oxyde cuivreux de formule Cu2O . Elle se transforme très fréquemment en malachite par pseudomorphose.

Historique de la description et appellations[modifier | modifier le code]

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

La cuprite a été pour la première fois décrite par le minéralogiste, géologue et physicien autrichien Wilhelm Karl Ritter von Haidinger en 1845 [3]. Son nom vient du latin cuprum, le cuivre.

Topotype[modifier | modifier le code]

Non connu.

Synonymes[modifier | modifier le code]

Caractéristiques physico-chimiques[modifier | modifier le code]

structure cristalline de la cuprite
structure cristalline de la cuprite

Cristallographie[modifier | modifier le code]

Les paramètres de la maille conventionnelle sont : a = 4.2696, Z = 2; V = 77.83

Le densité calculée de ce minéral est 6,11.

Variété[modifier | modifier le code]

  • chalcotrichite (Ernst Friedrich Glocker 1839[8],[9]) : variété capillaire de cuprite (croissance parallèle sur [001]), très recherchée par les collectionneurs.
Synonymes pour la chalcotrichite
mine de cuivre vitreuse en plumes rouges (Jean-Baptiste Romé de L'Isle 1783)
cuivre oxydulé capillaire (René Just Haüy)[10]

Gîtes et gisements[modifier | modifier le code]

Gîtologie et minéraux associés[modifier | modifier le code]

Minéral secondaire, supergène, en zone d'oxydation des gisements de cuivre. En néoformation sur les scories de minerais de cuivre.

Minéraux associés : atacamite, azurite, brochantite, calcite, chalcosine, cuivre natif, malachite, limonite, ténorite

Gisements producteurs de spécimens remarquables[modifier | modifier le code]

El Aouana (Cavallo), Province de Jijel
Mina El Valle-Boinás, Belmonte de Miranda, Asturies[11]
New Cornelia Mine (Ajo Mine), Ajo, Little Ajo Mts, Ajo District, comté de Pima, Arizona
Ray Mine, Scott Mountain area, Mineral Creek District (Ray District),Dripping Spring Mts, Comté de Pinal, Arizona (Variété Chalcotrichite)
Mine Le Moulinal, Saint-Jean-de-Jeannes, commune de Paulinet, Alban, Tarn[12]
Villanière, Salsigne, Mas-Cabardès, Aude (en néoformation sur scories)[13]
Chessy-les-Mines, Rhône[14]
Mine de Dikuluwe, Kolwezi, Katanga[15]
Mine de Mashamba, Kolwezi, Katanga

Exploitation des gisements[modifier | modifier le code]

Utilisation[modifier | modifier le code]

La cuprite peut être utilisée comme minerai de cuivre.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. Wilhelm Karl Ritter von Haidinger, Handbuch der bestimmenden Mineralogie, Braumüller & Seidel, Vienne, 1845, p. 548
  4. René Just Haüy, Traité de minéralogie, tome 3, p. 462
  5. James Dwight Dana, George Jarvis Brush, A System of Mineralogy: Descriptive Mineralogy, John Wiley & Sons, New York (NY), 1868, 5e éd.
  6. Edward John Chapman, A brief description of the characters of minerals: forming a familiar ..., 1888
  7. François Sulpice Beudant, Traité élémentaire de minéralogie, tome 2, 1832
  8. Ernst Friedrich Glocker, Grundriss der Mineralogie mit Einschluss der Geognosie und Petrefactenkunde, Nürnberg, 1839, p. 369
  9. Henry William Bristow, A Glossary of Mineralogy, 1861
  10. René Just Haüy, Traité de minéralogie, tome 3, p. 465
  11. Manuel Mesa, Miguel Calvo, Juan Viñals, El Valle-Boinás, un proyecto moderno con minerales de excepción, Bocamina, 9, 2002, p. 40-85
  12. Roland Pierrot, Paul Picot, Jean-Pol Fortuné, Francis Tollon, Inventaire minéralogique de la France n°6 - Tarn, Éditions du BRGM, 1976
  13. Pierre G. Pélisson, Didier Descouens, « Présence de minéraux de néoformation dans les scories de l’ancienne usine de Villagnère [sic] (Aude) », Le Cahier des Micromonteurs, (2), 1987, p. 6
  14. Roger De Ascenção Guedes, « Les Minéraux et les minéralogistes de Chessy-les-Mines », Le Règne Minéral, Hors Série(9), 2003, p. 46-85
  15. Lapis 17(3), 1992, p. 13-40