Pharmacolite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pharmacolite[1]
Catégorie VIII : phosphates, arséniates, vanadates[2]
Image illustrative de l’article Pharmacolite
Pharmacolite sur scorie Villagnère Aude France
Général
Classe de Strunz 08.CJ.50
Formule chimique H5AsCaO6 CaH(AsO4),H2O
Identification
Masse formulaire[3] 216,036 ± 0,006 uma
H 2,33 %, As 34,68 %, Ca 18,55 %, O 44,44 %,
Couleur incolore, blanc, grisâtre
Classe cristalline et groupe d'espace domatique ; la
Système cristallin monoclinique
Réseau de Bravais centré I
Clivage parfait à {010}
Cassure irrégulière
Habitus aciculaire, aplati, botryoïdal, stalactitique, fibreux, agrégats, pulvérulent, lamellaire, en rosettes, en croûtes, sphérolitique
Échelle de Mohs 2-2,5
Trait blanc
Éclat vitreux, nacré, soyeux
Propriétés optiques
Indice de réfraction a=1.583, b=1.589, g=1.594
Biréfringence biaxial(-); 0.0110
Dispersion 2 vz ~ 79,4
Fluorescence ultraviolet aucune
Transparence transparent à opaque
Propriétés chimiques
Densité 2,6-2,73
Solubilité soluble dans les acides, et légèrement dans l'eau
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La pharmacolite est une espèce minérale du groupe des arséniates de formule CaH(AsO4),H2O.

Historique de la description et appellations[modifier | modifier le code]

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

La pharmacolite a été décrite par Dietrich Ludwig Gustav Karsten en 1800[4] ; Son nom provient du grec φαρμακον-pharmakon qui signifie "poison" et de λιθοσ-lithos qui signifie "pierre", en allusion à la présence d'arsenic dans ce minéral.

Topotype[modifier | modifier le code]

  • Wittichen, Forêt-Noire, Allemagne

Synonymie[modifier | modifier le code]

Caractéristiques physico-chimiques[modifier | modifier le code]

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

La pharmacolite fait partie du groupe isostructurel du gypse.

Groupe du Gypse[modifier | modifier le code]

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a=5,959 Å, b=15,313 Å, c=6,357 Å, bêta=114,67 °, Z=4, V=527,13 Å3
  • Densité calculée = 2,72

Propriétés physiques[modifier | modifier le code]

Habitus 
La pharmacolite se trouve le plus souvent sous forme d'agrégats de petits cristaux aciculaires, mais aussi sous forme d'agrégats botryoïdaux et de stalactites.

Gîtes et gisements[modifier | modifier le code]

Gîtologie et minéraux associés[modifier | modifier le code]

Gîtologie 
La pharmacolite est un produit d'oxydation récent de minéraux arsénifères.
Minéraux associés 
Érythrite, haidingerite (en), annabergite, gersdorffite, nickéline, et d'autres minéraux d'oxydation secondaire.

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

Pharmacolite en longues aiguilles de Sainte-Marie-aux-Mines (Musée de minéralogie de Strasbourg)
  • Allemagne
Simson Mine, Böckelsbach valley, Wittichen, Schenkenzell, Forêt Noire[6]
Samson Mine, St Andreasberg, St Andreasberg District, Monts Harz, Basse-Saxe[7]
  • États-Unis
O.K. Mine, San Gabriel Canyon, Morris reservoir area, Azuza, San Gabriel Mts, Comté de Los Angeles[8]
  • France
Glückauf Mine (Glückauf-St Pierre Mine), Sainte Marie-aux-Mines, Haut-Rhin, Alsace[9]
Fanny Mine, Vallée de la Thur, Sainte Marie-aux-Mines, Haut-Rhin, Alsace[10]
Villagnère, Aude, Languedoc-Roussillon[11]
Lucéram, Alpes-Maritimes, Provence-Alpes-Côte d'Azur[12]
  • République Tchèque
Jáchymov (St Joachimsthal), Jáchymov (St Joachimsthal) District, Krušné Hory Mts (Erzgebirge), Karlovy Vary Region, Bohême[13]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. American Mineralogist, volume 064, pp. 1248(1979)
  2. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  3. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  4. Dietrich Ludwig Gustav Karsten, Mineralogische Tabellen, Berlin, 1800, 1re édition : 75
  5. Beudant, F.S. (1832), Trailé élémentaire de Minéralogie, second edition, 2 volumes: 2: 593
  6. S. Weiss: "Mineralfundstellen, Deutschland West", Weise (Munich), 1990
  7. (en) Charles Palache, Harry Berman et Clifford Frondel, The System of Mineralogy of James Dwight Dana and Edward Salisbury Dana, Yale University 1837–1892, vol. II : Halides, Nitrates, Borates, Carbonates, Sulfates, Phosphates, Arsenates, Tungstates, Molybdates, etc., New York (NY), John Wiley and Sons, Inc., , 7e éd., 1124 p., p. 707
  8. (en) Charles Palache, Harry Berman et Clifford Frondel, The System of Mineralogy of James Dwight Dana and Edward Salisbury Dana, Yale University 1837–1892, vol. II : Halides, Nitrates, Borates, Carbonates, Sulfates, Phosphates, Arsenates, Tungstates, Molybdates, etc., New York (NY), John Wiley and Sons, Inc., , 7e éd., 1124 p., p. 707; William Irelan, Jr. (1890a), Ninth annual report of the State Mineralogist, California Mining Bureau Report 9, p. 47; Joseph Murdoch & Robert W. Webb (1966), Minerals of California, Centennial Volume (1866-1966), California Division Mines & Geology Bulletin 189, p. 287
  9. Wittern, Journée: "Mineralien finden in den Vogesen", 1997
  10. Wittern, Journée: "Mineralien finden in den Vogesen", von Loga (Cologne), 1997; U. Kolitsch (1997): Neufunde von Mineralien aus einigen Vorkommen der Vogesen, Frankreich: Giromagny, Auxelles-Haut und Kruth 1. Aufschluss 48 (4), 243-256.
  11. Pierre G. Pélisson, Didier Descouens, « Présence de minéraux de néoformation dans les scories de l’ancienne usine de Villagnère [sic] (Aude) », Le Cahier des micromonteurs, no. 2, 1987, p. 6
  12. Cuchet S. (2000), Mystérieuse irhtémite à Lucéram, Alpes-Maritimes, Le Règne Minéral, no 36, pp: 38-42
  13. Beran, P.: Mineralogie ložiska Cu (Ag, Au, Co) rud Tisová u Kraslic. Bulletin mineralogicko-petrografického oddělení Národního muzea v Praze, 1997, roč. 4-5, s. 65-77.

Revues[modifier | modifier le code]

  • La Grande Encyclopédie des Minéraux, Éditions Gründ, 1986, p. 136
  • Minéraux et Pierres précieuses, Éditions Atlas, 1979, p. 269
  • Henri-Jean Schubnel, Jean-François Poullen, Jacques Skrok et Gérard Germain, Larousse des minéraux, Paris, Larousse, , 363 p. (ISBN 978-2-035-18201-2, OCLC 8629543), p. 260
  • Klaproth, M.H. (1802): Untersuchung des Pharmakoliths, Beiträge zur chemischen Kenntniss der Mineralkörper, Dritter Band, Rottmann Berlin, 277-281
  • Des Cloizeaux (1888) Bulletin de la Société française de Minéralogie: 11: 192.
  • Dufet (1888) Bulletin de la Société française de Minéralogie: 11: 192.
  • Jannettaz (1888) Bulletin de la Société française de Minéralogie: 11: 212.