Proustite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la minéralogie
Cet article est une ébauche concernant la minéralogie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations du projet minéraux et roches.

Proustite
Catégorie II : sulfures et sulfosels[1]
Région de Freiberg, monts Métallifères, Saxe

Région de Freiberg, monts Métallifères, Saxe
Général
Numéro CAS 15122-58-4
Classe de Strunz 2.GA.05
Formule chimique Ag3AsS3  [Polymorphes]
Identification
Masse formulaire[2] 494,721 ± 0,016 uma
Ag 65,41 %, As 15,14 %, S 19,44 %,
Couleur rouge, noircit avec le temps
Classe cristalline et groupe d'espace dihexagonale-scalénoédrale
Système cristallin trigonal
Réseau de Bravais rhomboédrique
Clivage pas de clivage
Cassure inégale ou conchoïdale
Échelle de Mohs 2 - 2,5
Trait rouge brique
Éclat adamantin à submétallique
Propriétés optiques
Indice de réfraction no=3,088 ne=2,792
Pléochroïsme fort : dans les tons rouge, magenta
Biréfringence Δ = -0,296 ; uniaxe négatif
Transparence aucune
Propriétés chimiques
Densité 5,5 - 5,6 ; moyenne 5,55
Fusibilité fond au chalumeau en dégageant une odeur alliacée
Solubilité soluble dans HNO3
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La proustite est un minéral de couleur rouge dont le nom a été donné en hommage à Joseph Louis Proust (1754-1826), chimiste français.

Il faut la conserver à l'abri de l'air et de la lumière afin d'éviter qu'elle noircisse.

Historique de la description et appellations[modifier | modifier le code]

Caractéristiques physico-chimiques[modifier | modifier le code]

Gîtes et gisements[modifier | modifier le code]

Exploitation des gisements[modifier | modifier le code]

Ce minéral est utilisé comme minerai d'argent ; il est de fait surnommé argent rouge.

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.