François Houang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
François Houang
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Ordre religieux

François Houang (Houang Kia-tcheng), né le à Suzhou (Jiangsu) et mort le (à 78 ans) à Paris, est un prêtre oratorien, philosophe, théologien, traducteur, écrivain et professeur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Houang Kia-tcheng quitte la Chine en 1932 avec une bourse d'études. Accueilli au foyer de l'Institut franco-chinois de Lyon, une rencontre avec Jean Wahl, spécialiste de la philosophie hégélienne, l'amène à renoncer à ses études scientifiques pour la philosophie, à la recherche des fondements métaphysiques de l’existence personnelle. Il finit par se convertir au catholicisme en 1945[1] après un cheminement complexe où il rencontre notamment les jésuites Henri de Lubac et Jean Daniélou et l'abbé Édouard Duperray, aumônier du foyer franco-chinois[2]. Ordonné prêtre à Montsoult le 28 octobre 1952 dans la Congrégation de l'Oratoire, il est nommé plus tard vicaire de l'Église Saint-Eustache aux Halles[3].

Il enseigne la langue et la philosophie chinoises à l'Institut national des langues et civilisations orientales[4] et le bouddhisme à l'Institut catholique de Paris[2].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il est baptisé par le jeune jésuite sinologue Yves Raguin et prend le prénom de François-Xavier.
  2. a et b « Passeurs entre Chine et France : trois itinéraires singuliers » de Christine Kontler, dans Transversalités 2008/3 (N° 107)
  3. http://www.ina.fr/video/CPF86628008
  4. Il est d'abord maître-assistant, puis professeur de 1972 à sa retraite en 1980.
  5. Compte rendu de Maurice Nédoncelle dans la Revue des Sciences Religieuses (Année 1955, Volume 29, Numéro 29-2, pp. 185-187)