Yves Raguin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raguin.

Yves Raguin (1912-1998) est un sinologue français, membre de la Compagnie de Jésus.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yves Raguin est né en novembre 1912 à Sainte-Catherine-de-Fierbois, près de Chinon (Indre-et-Loire), dans une famille de propriétaires terriens. Il était le troisième de six garçons.

Il effectue sa scolarité au collège Saint-Joseph de Poitiers, est ordonné prêtre à Fourvière en 1942 et achève sa formation en théologie à l'Institut catholique de Paris. Là il rencontre de jeunes Chinois comme Vincent Ou, François Houang, Vincent Tsu qui deviendra son compagnon jésuite. Il suit les cours de René Grousset, de Paul Pelliot, de Paul Demiéville à l'École des langues orientales et a l'idée d'écrire un grand dictionnaire.

Il part ensuite pour les États-Unis. Il séjourne à Harvard, où il est accueilli par Serge Elisseeff ; il commence la préparation d'un doctorat, sans abandonner son idée de dictionnaire. Il ressemble la documentation de dix-sept dictionnaires chinois. Il abandonne alors son doctorat et s'embarque pour Shanghai. Arrivé le 30 avril 1949, un mois avant les troupes maoïstes, à l'université l'Aurore. Pendant quatre ans, dans le secteur de Zikawei, au sud de Shanghai, une dizaine de jésuites français vont travailler : Claude Larre, Jean Lefeuvre, Paul Beauchamp notamment. Yves Raguin participe également à la traduction de Jésus en son temps et L'Histoire de l'Église du Christ de Daniel-Rops et du Petit Larousse français.

Il quitte Shanghai en 1953 et s'installe à Taïwan, à la résidence Loyola de Taichung où travaillent 25 prêtres et 5 frères attachés à la rédaction de lexiques en chinois à partir de 5 langues européennes. Un dictionnaire latin (alors langue internationale de l'Église catholique) - chinois était rédigé. Avec le père Joseph Motte, le père Raguin reprend le projet ambitieux initié par le père Eugène Zsamar (Zsámár Jenő), un Hongrois : éditer un dictionnaire culturel. Ce sera le Grand Ricci (paru en six volumes après sa mort) qui présentera la littérature, l'histoire, les religions de la Chine mises à la portée des étudiants étrangers apprenant le chinois, précédé en 1976 de la parution du Petit Ricci.

Il effectue des séjours d'enseignement au Viêt Nam à Saïgon et à Dalat, donnant des cours sur des religions d'Asie : l'hindouisme, le bouddhisme, qu'il reprend à partir de 1980 à l'université catholique Fu-Jen, à Nouveau Taipei. Son cours à Fu-Jen s'échelonnait sur trois années : I. Le Bouddhisme, II. Le Taoïsme, III. Les Aspects séculiers et religieux de la pensée chinoise.

Il est l'initiateur des colloques internationaux de sinologie de Chantilly.

Il est mort à Taipei le (à 86 ans).

Source[modifier | modifier le code]

  • Claude Larre, Yves Camus, Benoît Vermander, « La Vie du père Yves Raguin sj », Chine - Maduré - Madagascar - Jésuites en Mission, no 273,‎ (lire en ligne)

Références[modifier | modifier le code]