François Bonnardot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnardot.
François Bonnardot
Fonction
Grand Maître de la Grande Loge de France
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinction

François Bonnardot, né le à Demigny (Saône-et-Loire, France) et mort le à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines, France), est un archiviste paléographe , bibliothécaire et historien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Bonnardot étudie à l'École impériale des chartes et à l'École pratique des hautes études. Sa thèse d'archiviste paléographe, soutenue en 1868, a pour titre : « La langue française à Metz d’après les documents originaux du XIIIe siècle, monographie du dialecte lorrain »[1].

À sa sortie de l'École des chartes, il est nommé archiviste de la ville d'Orléans[2]. En 1872, il est attaché au Bureau des travaux historiques de la ville de Paris, puis en devient le sous-directeur[3]. Romaniste chevronné, reconnu pour sa connaissance des dialectes lorrains et en particulier de la langue française de Metz, il est chargé de « rechercher, dans les dépôts publics de Lorraine, les chartes et autres documents authentiques écrits en français pendant la première période du moyen âge »[4]. En 1898, il est nommé bibliothécaire de la ville de Verdun ; il finit sa carrière en tant que conservateur honoraire de cette institution.

En 1890, François Bonnardot est nommé président de la Société de linguistique de Paris, dont il devient par la suite le président. Il est également membre correspondant de l’Académie de Metz, membre de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Île de France, président de la Société des anciens textes français, membre honoraire de l’Institut Grand-Ducal.

Franc-maçon il est initié en 1881 au sein de loge maçonnique « Union et Bienfaisance » appartenant au Suprême Conseil de France, puis il appartient à diverses loges parisiennes et orléanaises, il est secrétaire des loges écossaises en 1898 avant de devenir grand maître de la Grande Loge de France de 1900 à 1903[5],[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « http://theses.enc.sorbonne.fr/titres?de=&a=&nom=bonnardot&prenom=&titre=&start=&start2=&end2=&end= », sur theses.enc.sorbonne.fr (consulté le 12 mai 2018)
  2. Brunel, Clovis, « François Bonnardot (1843-1926) », Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 87, no 1,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mai 2018)
  3. « Chronique », Romania, vol. 53, no 209,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mai 2018)
  4. « Rapport sur une mission littéraire en Lorraine par M. Bonnardot », in Archives des missions scientifiques et littéraires. Choix de rapports et instructions publié sous les auspices du ministère de l’Instruction Publique, des Cultes et des Beaux-Arts, troisième série, tome I, deuxième livraison, Paris, Imprimerie nationale, , p. 247-291
  5. Yves Hivert-Messeca et Gisèle Hivert-Messeca (préf. Cécile Révauger), Femmes et franc-maçonnerie : Trois siècles de franc-maçonnerie féminine et mixte en France, Éditions Dervy, coll. « L'univers maçonnique », , 2e éd., 476  p. (ISBN 978-1-02-420113-0, lire en ligne), p. 339Voir et modifier les données sur Wikidata .
  6. Daniel Ligou, Dictionnaire de la franc-maçonnerie, Paris, Presses universitaires de France, , 5e éd. (1re éd. 1986), 1 376  p. (ISBN 2-13-055094-0), « Bonnardot (François) », p. 156Voir et modifier les données sur Wikidata .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

.