Fragmentation urbaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la géographie image illustrant la sociologie image illustrant l’architecture ou l’urbanisme
Cet article est une ébauche concernant la géographie, la sociologie et l’architecture ou l’urbanisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La fragmentation urbaine est un phénomène urbain relativement récent[1].

L'identité sociale portée par la ville, objet spatial, éclaterait pour laisser place à des fragments urbains sans cohérence d'ensemble. Cette perte d'un sens global, du "tout organique" de la ville, apparaît liée à l'accroissement de la précarité et des écarts sociaux causé par le passage à une économie post-fordiste[2] et à la métropolisation.

Selon Françoise Navez-Bouchanine, la fragmentation - et l'absence de référence à la société globale qu'elle induit de la part de groupes éclatés - s'exprime à différents niveaux : social, économique, culturel, politique et administratif.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Françoise Navez-Bouchanine (dir.), 2002, La Fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale ?, Paris, L'Harmattan, coll. "Villes et Entreprises"
  2. E. Dorier-Apprill, P. Gervais-Lambony, 2007, Vies Citadines, Paris, Belin.