Fondation du 2-Mars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fondation du 2-Mars
Histoire
Création 1998
Budget
Caractéristiques
Personnes-clés Élisabeth Lévy, Philippe Cohen
Siège Paris, France
Site web amisafmb.htm

La Fondation du 2-Mars est un think tank (réservoir d'idées) français œuvrant pour la défense et la promotion des valeurs républicaines. Il est présidé par la journaliste Élisabeth Lévy.

Création[modifier | modifier le code]

Créée le 2 mars 1998 sous le nom de Fondation Marc-Bloch, l'organisation se veut le pendant républicain de la Fondation Saint-Simon (considérée comme représentant la pensée unique sociale-libérale qui a cessé ses activités le 31 décembre 1999)[1]. La fondation a été contrainte de changer de nom le 11 avril 2000 à la suite d'une décision de justice. En effet, Étienne Bloch, le fils de l'historien Marc Bloch, avait entamé des démarches judiciaires afin d'interdire à la fondation de se référer au nom de son père, même s'il s'agissait de se revendiquer de l'héritage d'un résistant :

« Nous avons choisi le nom de Marc Bloch en référence au résistant. Comme lui en son temps, nous sentons bien, même si les situations sont très différentes, que la volonté politique subit depuis une vingtaine d'années une “étrange défaite” qu'il convient d'analyser avant de la circonscrire[2]. »

L'assemblée générale du 11 mars 2000 avait voté pour le nom de Bastille Nation, Fondation pour la République[1].

Objectifs[modifier | modifier le code]

Les objectifs sont de promouvoir les valeurs et la culture républicaines de même que les principes socio-économiques qui s'y rattachent : laïcité, démocratie, égalité des chances, intervention sociale de l'État, égalité devant la loi, indivisibilité du territoire, etc.

La fondation entend lutter contre la pensée unique et valoriser la pensée critique sur des enjeux actuels tels la mondialisation et les questions économiques et nationales qu'elle pose. La lutte contre les inégalités, le chômage, la pauvreté et l'insécurité sociale doit passer, selon l'« appel fondateur » de l'organisation, par une critique de l'orthodoxie économique et financière représentée par plusieurs dirigeants français.

Les membres ne sont pas tous des républicains de stricte obédience ou des nationaux-républicains, c'est-à-dire souverainistes (gaullistes, gauche républicaine, chevènementistes). Certains membres proviennent du PS, du PCF, du RPF et de la CGT. En général, les membres sont recrutés surtout dans le milieu intellectuel (journalistes, professeurs, éditeurs, avocats, philosophes, historiens).

Comité directeur[1][modifier | modifier le code]

Conseil d'administration élu le 25 septembre 1999[1][modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d http://www.france-republicaine.fr/associations-republicaines.php site France Républicaine
  2. Communiqué de la Fondation du 2-Mars, « L'Étrange victoire d'Étienne Bloch », Le Monde, 10 octobre 1999.