Didier Motchane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Motchane.
Didier Motchane
Didier Motchane.jpg
Didier Motchane{{quand}}.
Fonction
Député européen
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
MontreuilVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Didier MotschanVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Jean Dragon
Jacques MandrinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Fratrie
Jean-Loup Motchane (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
Partis politiques
Œuvres principales
L'Énarchie ou les Mandarins de la société bourgeoise (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Didier Motchane est un haut fonctionnaire et un homme politique français né le à Paris et mort le à Montreuil.

Il est en 1965 un des fondateurs du Centre d'études, de recherches et d'éducation socialiste (CERES), aile gauche du Parti socialiste pendant de nombreuses années.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de l'industriel et mathématicien Léon Motchane, Didier Motchane, né Motschan[1], est le frère de Jean-Loup Motchane[2]. Il est licencié ès lettres, diplômé d'études supérieures en histoire[3], diplômé de l'Institut d'études politiques (promotion 1952)[4] et ancien élève de l'ENA (1954-1956).

Il est sympathisant, dans sa jeunesse d'un groupuscule gaulliste de gauche et pro-Algérie française dénommé Patrie et Progrès ; il rencontre ensuite Jean-Pierre Chevènement. Avec lui et quelques camarades (Pierre Guidoni, Alain Gomez), il fonde fin 1965 le CERES qui sera, pendant plus de 20 ans, l'aile gauche de la social-démocratie française.

Les militants du CERES adhèrent quelques mois plus tard à la vieillissante SFIO (dans la 14e section de Paris) et sont rejoints par d'autres militants dont Georges Sarre.

Didier Motchane a été successivement secrétaire international (pour le tiers-monde), à la formation puis à l'action culturelle du Parti socialiste dont il est un des fondateurs en juin 1971 (au congrès d'Épinay). Il est aussi à l'origine du logotype du PS, la rose au poing[5].

Il a utilisé pour signer ses articles le pseudonyme Jean Dragon[6].

Il siège au Parlement européen de 1979 à 1989. En 1993, il quitte le PS et participe à la création du Mouvement des citoyens, devenu en 2003 le Mouvement républicain et citoyen.

Il a créé et animé successivement Les Cahiers du CERES, puis les revues Frontière, Repères, NON et Enjeu.

Lors de l'élection présidentielle française de 2012, il apporte son soutien au candidat du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon[7].

Il meurt le 29 octobre 2017 des suites d'un cancer[5] à Montreuil[8].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Didier Motchane épouse la cinéaste Dominique Cabrera en 2006[9]. Son film Demain et encore demain retrace le début de leur histoire d'amour[10].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « MOTCHANE Didier [né MOTSCHAN Didier] - Maitron », sur maitron-en-ligne.univ-paris1.fr (consulté le 30 octobre 2017)
  2. « Didier Motchane, l'homme du divorce Pour l'idéologue de Socialisme et République, les choix de M. Mitterrand dans la guerre du Golfe mettent en cause l'indépendance nationale », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  3. « LesBiographies.com », sur www.lesbiographies.com (consulté le 30 octobre 2017)
  4. Alumni Sciences Po, « l'Association des Sciences-Po - Fiche profil », sur www.sciences-po.asso.fr (consulté le 30 octobre 2017)
  5. a et b « Didier Motchane, figure du Parti socialiste et inventeur du logo « Le poing et la rose », est mort », sur lemonde.fr, (consulté le 29 octobre 2017)
  6. Fabrice d'Almeida, Peter Berkowitz et Frédéric Cépède, « Discours chrétiens et discours socialistes : un double parcours », Mots, vol. 38, no 1,‎ , p. 43–58 (DOI 10.3406/mots.1994.1866, lire en ligne)
  7. « Didier Motchane apporte son soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon », lepartidegauche.fr, 13 mars 2012.
  8. avis-de-deces.com, « Avis de décès Didier MOTCHANE publié dans Le Figaro », sur www.avis-de-deces.com (consulté le 3 novembre 2017)
  9. Philippe Corcuff, « Didier Motchane vivant », Club de Mediapart,‎ (lire en ligne)
  10. Sophie Bonnet, « Demain et encore demain », Les Inrocks,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]