Fomboni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Foumbouni, autre ville des Comores
Fomboni
Administration
Pays Drapeau des Comores Comores
Province Drapeau de Mohéli Mohéli
Maire
Mandat
Mouhaïminou Abdoul
2015-2020
Indicatif téléphonique +269
Démographie
Gentilé Fombonien
Population 18 277 hab. (2012)
Géographie
Coordonnées 12° 16′ 34″ sud, 43° 44′ 19″ est
Altitude 8 ~ 90 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Afrique

Voir sur la carte administrative d'Afrique
City locator 11.svg
Fomboni

Géolocalisation sur la carte : Comores

Comores
City locator 11.svg
Fomboni

Fomboni (en arabe : فومبوني) est la capitale de l'île de Mohéli aux Comores. Elle compte environ 20 000 habitants, soit plus d'un tiers de la population insulaire, et elle forme la troisième plus grande ville de l'Union des Comores. Situé sur la côte Nord de l'île, son front de mer est protégé par un récif corallien ; par temps clair, l'on peut ainsi apercevoir depuis Fomboni les îles adjacentes de Grande Comore et d'Anjouan.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Le paysage urbain de Fomboni est majoritairement composé de bâtisses à un seul étage se succédant le long de la rue principale, qui n'a jamais été officiellement baptisée, comme la plupart des chemins de terre battue qui parcourent la ville. C'est à Fomboni que l'on trouve le seul tarmac de l'île, l'aéroport Bandar Es Salam. La commune dispose également d'un petit port débouchant sur une jetée, et accueille un chantier naval rudimentaire, une poste, une banque, un marché couvert (refait à neuf en 2014[1] et inauguré non sans heurts en 2015[2], à côté du vieux marché dont l'architecture rappelle le style islamique), une école primaire publique, un hôtel, une pharmacie, un centre hospitalier, une station-service, une antenne permanente de l'Alliance française, un terrain de football et son club, deux mosquées ainsi que quelques modestes boutiques et auberges.

Économie et politique[modifier | modifier le code]

Dans cet environnement aux équipements publics souvent vétustes[3], la population mohélienne connaît une précarisation grandissante depuis plusieurs dizaines d'années[4] ; ce constat s'impose particulièrement pour Fomboni, qui demeure en marge des destinations les plus touristiques pour l'Union des Comores que sont Moroni — sur Grande Comore — ou Mutsamudu et Domoni — sur Anjouan. À l'image du reste de l'archipel, dont l'IDH ne dépasse pas 0,5[5] (hors Mayotte), les conditions de vie à Fomboni sont globalement difficiles : les habitants subsistent principalement grâce à l'agriculture vivrière et la pêche, et plus de la moitié d'entre eux vit en dessous du seuil de pauvreté[6]. Toutefois, malgré les fréquentes tensions sociales entre élus et citoyens à Fomboni[7] qui résultent des incessantes guerres d'influence tribales de l'administration en place[8], la localité conserve une réputation de ville calme. Les pouvoirs publics aspirent en effet à y développer le tourisme, mettant en valeur le patrimoine naturel de l'île et s'efforçant de proposer un cadre d'accueil sûr et paisible pour les visiteurs étrangers.

À noter que c'est à Fomboni que furent signés les accords du même nom, débouchant après référendum sur la création, le 23 décembre 2001, de l'État des Comores sous sa forme actuelle : l'Union des Comores, dont la constitution fut élaborée sous l'égide de l'OUA.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat à Fomboni est de type tropical océanique. Il comprend une saison chaude et humide de novembre à avril, qui s'accompagne d'une mousson venue du Nord-Ouest, et une saison plus froide et sèche les mois restants. En raison du positionnement de Fomboni sur l'hémisphère sud, février y est le mois le plus chaud et août le plus froid, mais les écarts de température restent modérés à l'année, oscillant entre 19°C minimum et 32°C maximum pour une température moyenne annuelle de 25,2°C[9]. Comme toute ville côtière des Comores, Fomboni connaît une à deux fois par décennie le passage d'un cyclone lors de la saison chaude, et les précipitations y sont plutôt importantes en avoisinant les 2000 mm par an[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

  • 1980 : 5 400 habitants[11]
  • 1991 : 8 615 habitants
  • 2003 : 13 300 habitants[12]
  • 2005 : 14 966 habitants
  • 2008 : 16 041 habitants
  • 2010 : 17 130 habitants
  • 2012 : 18 277 habitants

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pose de la première pierre du marché couvert de Fomboni », sur La France en Union des Comores (consulté le 10 mai 2017)
  2. « Le marché de Fomboni a été inauguré sous une très forte tension | Comores Actualites - Habari za Comores et Za massiwa », sur comores-infos.com (consulté le 10 mai 2017)
  3. « La faillite de l'État comorien », Club de Mediapart,‎ (lire en ligne)
  4. « La pauvreté et la faim augmentent aux Comores », Centerblog,‎ (lire en ligne)
  5. « Comores(Les) - Indice de développement humain (IDH) | Statistiques », sur perspective.usherbrooke.ca (consulté le 10 mai 2017)
  6. « Présentation de l'Union des Comores », sur France Diplomatie : : Ministère des Affaires étrangères et du Développement international (consulté le 11 mai 2017)
  7. « Comores : Vive tension à Mohéli », lexpress.mu,‎ (lire en ligne)
  8. « Détestation cordiale et haine «tribale» sur l’île de Mohéli | Comores Actualites - Habari za Comores et Za massiwa », sur comores-infos.com (consulté le 11 mai 2017)
  9. « Climat Fomboni: Diagramme climatique, Courbe de température, Table climatique pour Fomboni - Climate-Data.org », sur fr.climate-data.org (consulté le 11 mai 2017)
  10. « Climat Comores: température, précipitations, quand partir, que mettre dans la valise », sur www.climatsetvoyages.com (consulté le 11 mai 2017)
  11. (en) John Wright: The New York Times Almanac 2002, S. 549.
  12. (en) Stefan Helders, World Gazetteer, zit. n. Taylor & Francis Group: Europa World Year, Buch 1, S. 1253.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Jean-Louis Guébourg, Petites îles et archipels de l'océan Indien, Karthala, Paris, 2006 (nouvelle éd. révisée et augm.), 526 p. (ISBN 2-8458-6823-5) (avec notamment un plan de Fomboni, p. 323)