Dar-Salama Mbadjini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dar-Salama Mbadjini
Dar-Salama Mbadjini
Place Publique Dar-Salama badjini.
Administration
Pays Drapeau des Comores Comores
Province Drapeau de Grande Comore Grande Comore
Préfecture Mbadjini Est
Commune Pimba
Indicatif téléphonique +269
Démographie
Gentilé Les Dar-Salamaéns
Les Dar-Salamaéns 1 200 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 11° 52′ 22,506″ sud, 43° 28′ 27,879″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Afrique

Voir sur la carte administrative d'Afrique
Dar-Salama Mbadjini

Géolocalisation sur la carte : Comores

Voir la carte administrative des Comores
Dar-Salama Mbadjini

Géolocalisation sur la carte : Comores

Voir la carte topographique des Comores
Dar-Salama Mbadjini

Dar-Salama est un village situé[1] au sud de la Grande Comore. Ce village se trouve entre Mlalouankoudjou et Kové, tous de la région ou la préfecture de Mbadjini Est. Il est bâti aux années 1940, et il compte en 2013 1200 habitants. Ses deux principaux fondateurs sont: Zakaria CHEIKH ALI KARIZOMBO un grand notable de la Grande Comores et Chanfi M'MADI qui est lui aussi un grand notable de la région de Badjini. Le nom Dar Salama est d'origine Arabe (دَارِ السَّلاَم ) qui signifie la maison de la paix.

On peut le trouver écrire sous différentes façons à savoir, Dar Salam, Dar-Salama, Dar-es-salam, Darissalama, Dar-es-salam Dar-Salama Mbadjini Est, etc., mais ça revient au même: la maison de la paix.

En voiture, Dar-Salama est environ 15 minutes de Foumbouni chef-lieu de Badjini, et environ 1 heure de Moroni capitale de l'Union des Comores.

Engagement éducatif, sportif, culturel et associatif[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

La diaspora dar-salamaéenne est  en France, à la Réunion et à Mayotte. Plus ou moins  solidaire, elle apporte une aide financière très importante à  la population restée au bled. les dar-salamaéens, comme toute la population de la Grande île de l’Union des Comores parlent le shingazidja en général, mais aussi pour certains d’entre eux, la langue arabe et/ou le français.

La société dar-salamaéenne, comme toute la société comorienne notamment celle de l’île de  NGAZIDJA a hérité des cultures bantoues. Elle fait de ce fait, l’objet d’une hiérarchisation  sociale de type initiatique. Il engendre trois principaux groupes :

  1. Les Grands mariés (Shingazidja : Wandru Wadzima, les hommes accomplis) qui sont les grands notables, les hommes qui pèsent sur la vie sociale etparfois politique par le prestige lié au mariage. Ils sont autorisés à porter des vêtements spécifiques. Le poids des notables est extrêmement important, presque rien ne peut se faire sans leur assentiment.
  2. Les Wanamdjis: ceux qui n’ont pas encore fait  le grand mariage mais qui sont à quelques degrés  près de le faire car ils ont déjà fait un peu le chemin (Mheleyo, Pandou voire mbé za Karamou). Ce groupe est donc en dessous de Wandru Wadzima . Il joue aussi un rôle très indispensables dans la constitution du village.
  3. Les Wazougouwa : catégorie qui se situe en dessous de Wanamdji. Les wazougouwa sont en quelque sorte les « enfants » de wanamdji.
  4. Les Watrotro Wamdji : ceux qui n’ont rien fait en matière du Anda, mais qui font qu’en même partie de la hiérarchie du village.

L’une des composantes du Grand mariage à Dar-Salama comme dans les autres localités de NGAZIDJA, est la célébration des fêtes. En effet, à partir du mercredi de la semaine qui débute, le fameux grand mariage marque le début des fêtes. Les principales fêtes sont :

  • Le Madjliss célébré le mercredi ou le jeudi
  • Djaliko la wanawaché plus Sambé, le jeudi
  • Djaliko La Wandrwawmé plus Sambé le vendrédi
  • Le samedi est beaucoup trop chargé, mais en général il y a 4 incontournables activités festives notamment,
  1. Ngoma za kitamadouni,
  2. Lelemama ya meza, par Le groupe Wanantiliba de Dar-Salama et éventuellement d’autres invitées,
  3. Twarab Ya meza (Femme), par le groupe Jeunes fidèles' de Dar-Salama et éventuellement d’autres invitées,
  4. Twarab de la nuit (Hommes), par l’Orchestre Les Amistyles de Dar-Salama et éventuellement d’autres invités.
  • Le dimanche, Zifafa et Mtromwana Dahoni, mbé za Karamou, sans oublié le Woukoumbi le soir, par le groupe Wanantiliba.

Associations[modifier | modifier le code]

À ce jour, on compte 2 associations au sein du village de Dar-Salama

  1. Association Culturelle et Éducative de Dar-Salama (ACED): Cette dernière est créée par les élevés et étudiants qui sont à Dar-Salama. Elle a pour objectif principal encourager et inciter l'évolution, et le progrès de l'éducation au sein du village. Les adhérents organisent des cours d'entre-aide, des fêtes culturelles, des fêtes de célébration pour les élèves qui réussissent les examens nationaux (BAC, BEPC et Concours d'entrée en 6e).
  2. Association Des Jeunes des Dar-es-salam en France (AJDF)[2]: c'est une association créée par les jeunes originaires de Dar-Salama qui se trouvent en France. Elle a son siège social à Marseille et, a pour objectif, encourager les jeunes et développer des activités culturelles, et sportives en France et aux Comores ; renforcer la solidarité, promouvoir l'entraide et l'assistance entre les membres ; accueillir les personnes âgées désirant se soigner en France ; assurer des échanges éducatifs, culturels et sportifs avec les jeunes de Dar-Es-Salam aux Comores ; aider et accompagner l'évolution de l'éducation, de l'économie et de l'agriculture au sein du village de Dar-Es-Salam aux Comores.

Les quartiers[modifier | modifier le code]

Le village est divisé en 5 zones

  1. Mdrambwani
  2. Mdrawadjouow
  3. Chicago
  4. Dzahani la djouw
  5. Dzahani la mboini

Les villes/villages voisins[modifier | modifier le code]

Les principaux villages/villes voisins de Dar Salama sont[3]:

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]