Flashback (jeu vidéo, 1992)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flashback (homonymie).
Flashback
Image illustrative de l'article Flashback (jeu vidéo, 1992)

Éditeur U.S. Gold
Strategic Simulations[1]
Développeur Delphine Software
Concepteur Paul Cuisset
Musique Jean Baudlot
Fabrice Visserot
Raphaël Gesqua (version Amiga)

Date de sortie 1992
Genre Plates-formes
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme Amiga, Acorn Archimedes, DOS, Mac OS, Mega Drive, Mega CD, SNES, 3DO, CD-I, Jaguar, FM Towns, PC-98, Nintendo Switch
Média 2 disquettes / 1 cd-rom / 1 cartouche
Langue Anglais, Français
Contrôle Clavier, Manette de jeu

Flashback (réalisé en France et connu aux États-Unis sous le nom Flashback: The Quest for Identity, littéralement Flashback : La Quête de l'identité) est un jeu vidéo d'action/aventure réalisé par Delphine Software en 1992, sorti sur Amiga la même année et sur les autres supports par la suite. À l'époque, ce jeu était une référence des jeux d'action et il est cité dans le Guiness Book (livre des records) comme le jeu vidéo français le plus vendu dans le monde.

Un remake également nommé Flashback a été développé par VectorCell et est sorti en 2013 sur PC, PlayStation 3 et Xbox 360.

Scénario[modifier | modifier le code]

2142. Éminent scientifique, Conrad B. Hart, frappé d'amnésie, se trouve au cœur de la jungle lorsqu'il reprend connaissance. Non loin de lui se trouve un curieux boîtier générant une image holographique le représentant. Cette dernière lui demande de se rendre à New Washington, où l'attend un certain Ian. Faisant route vers la ville, Conrad ignore que des extra-terrestres sont infiltrés parmi la population et qu'il devra déjouer un incroyable complot interplanétaire tout en tentant de retrouver des holocubes contenant des fragments de sa mémoire...

Un scénario qui n'est pas sans rappeler la nouvelle de Philip K. Dick Souvenirs à vendre (We Can Remember it for You Wholesale) publiée en 1966 et adaptée au cinéma en 1990 par Paul Verhoeven sous le titre Total Recall, soit deux ans seulement avant la sortie de Flashback.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Le joueur dirige un personnage dans une vue 2D de profil. Contrairement à des jeux de plate-forme comme Super Mario Bros. les animations se veulent réalistes (à la manière de Prince of Persia) et la jouabilité s'en trouve marquée : il y a par exemple un temps de latence entre le moment où le bouton est pressé et où le saut est effectué. Le joueur peut sauter sur place et en avant, s'accroupir, faire une roulade en avant, utiliser des objets de son inventaire, sortir un pistolet (l'animation du personnage change alors, il se déplace prudemment), armer et se préparer à tirer, et tirer.

Il est possible d'aborder certaines situations de différentes manières. Ainsi, si le joueur est sur une plate-forme au-dessus d'un garde, il peut sortir son pistolet, descendre et le tuer immédiatement, profitant de l'effet de surprise ; il peut aussi lancer un caillou trouvé plus tôt et placé dans l'inventaire, dont le bruit attirera le garde et le fera se découvrir, et le tuer à ce moment ou passer sans qu'il ne s'en rende compte.

Le joueur ne peut pas sauvegarder quand il le veut, ce qui rend sa progression parfois longue et compliquée. Cependant, à peu près à la moitié d'un niveau ou bien juste avant un passage ardu, il peut avoir accès à des Bornes de Sauvegarde, qui lui permettent de marquer sa position. Cette sauvegarde n'est pas gardée en mémoire après l'extinction de la console. En revanche, le joueur obtient un code au début de chaque niveau qui lui permet de recommencer là sa partie. Ces codes varient selon la difficulté choisie par le joueur.

Développement[modifier | modifier le code]

Ce jeu de plates-formes s'inspire de la conception de Prince of Persia mais dans un monde futuriste. Il se rapproche toutefois plus de Another World développé un an plus tôt par Éric Chahi, également chez Delphine Software, pour sa scénarisation de l'action et la présence de scènes cinématiques.

Bien que la version Amiga soit la première à avoir été publiée, Paul Cuisset a récemment révélé dans Retro Pro Gamer que le jeu était à l'origine pensé pour la Sega Mega Drive[2].

Musique[modifier | modifier le code]

Un CD-Audio contenant deux musiques inspirés par Flashback est sorti par la suite.

Versions[modifier | modifier le code]

Les versions Mega-CD, 3DO, CD-i et une nouvelle version du jeu sur PC-DOS, sorties plus tard, contiennent en plus du jeu original des scènes cinématiques en 3D, rares à l'époque. La version Mega-CD est sans doute la plus avancée car elle contient des voix durant le gameplay et de nouvelles musiques.

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse papier
Média Note
EGM (US) 8.25/10 (SNES)[3]
7.5 / 10 (SCD)[4]
Next Generation (US) 3/5 (SCD)[5]
4/5 (MAC)[6]
MegaTech 94%[7]
Mega 94%[8]

Postérité[modifier | modifier le code]

Série[modifier | modifier le code]

Delphine Software réalisera une suite du jeu en 1995, Fade to Black sur PC puis PlayStation. Le jeu, bien que reprenant des éléments du jeu principal (scénarisation cinématographique, références à des techniques du cinéma dans leur titre, rendu vectoriel, gameplay mélangeant énigmes et action...), est foncièrement différent de la part l'utilisation de la 3D en lieu et place de la 2D utilisée dans Flashback (où la 3D n'était utilisée que pour les cinématiques).

Un troisième jeu, Flashback Legend, était prévu pour la Game Boy Advance en 2003 en reprenant le gameplay 2D du jeu original. Il devait être co-développé par Delphine Software et Adeline Software (Delphine et Adeline sont les prénoms des deux filles du fondateur du groupe, Paul de Senneville). Le jeu fut annulé à la suite du dépôt de bilan de Delphine Software fin 2002.

Remasterisation et remake[modifier | modifier le code]

Un remake, appelé comme le jeu original Flashback (mais souvent appelé par la presse Flashback HD pour le différencier du jeu de 1993) fut également réalisé en 2013 par VectorCell, société créée par Paul Cuisset et édité par Ubisoft. Le jeu est sorti en téléchargement sur Xbox 360, PS3 et PC, via le Xbox Live Arcade, le PlayStation Network et les plate-formes de téléchargement PC comme Steam. Cette nouvelle version contient aussi le jeu d'origine avec les graphismes de l'époque, sans les musiques par faute de droits.

La sortie d'une version remasterisée est prévue sur Nintendo Switch pour le 7 juin 2018[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dave Pyron, « Flash Forward to Flashback », Computer Gaming World, no 111,‎ , p. 60-62.
  2. Retro Pro Gamer, no 104
  3. « Review Crew: Flashback », Electronic Gaming Monthly, no 56,‎ , p. 34
  4. « Review Crew: Flashback », Electronic Gaming Monthly, no 65,‎ , p. 44
  5. « Natural », Next Generation,‎ , p. 93
  6. « Flashback », Next Generation, no 6,‎ , p. 109
  7. MegaTech rating, issue 22, page 99, October 1993
  8. Mega review, issue 9, page 53, June 1993
  9. http://www.jeuxvideo.com/news/815898/flashback-c-est-pour-le-7-juin-sur-switch.htm