Fitna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fitna (homonymie).

Fitna[1] est un mot arabe se référant au schisme politico-religieux, à la guerre civile subséquente, aux rivalités, désaccords et divisions parmi les musulmans, en particulier pour les périodes constituant des épreuves pour la foi. Le mot peut être également traduit par « trouble, révolte, agitation, sédition[2] ». Le pluriel fitan est aussi utilisé.

Définition[modifier | modifier le code]

Aïcha, la veuve de Mahomet, a rejoint la bataille du Chameau, la première grande guerre civile entre musulmans à la suite de l'assassinat du calife Othmân ibn Affân. Cette guerre intestine est également appelée la Première Fitna. Aïcha était la seule femme dans la guerre. Ali captura et pardonna à Aïcha, laquelle prit sa retraite[3].

Le terme fitna provient originairement du lexique métallurgique[4], mais il est devenu plus commun dans les écrits apocalyptiques. On le trouve surtout dans les recueils de hadiths.

Il est habituellement utilisé pour se référer au schisme politico-religieux et à la guerre civile subséquente ayant suivi l'assassinat du calife Uthman, en 656 et la bataille du Chameau appelée première fitna (en). La deuxième fitna désigne en général la guerre à l'intérieur du califat, lors du conflit entre les Omeyyades de 683 à 685. On parle aussi de fitna lors de la désintégration du califat de Cordoue en plusieurs fiefs indépendants, menant à l'époque des taifas.

Selon Gilles Kepel, « La fitna est traduite parfois par sédition, soit le fait que la communauté musulmane est fragmentée parce qu’elle a perdu le sens des proportions et de la réalité, de la maslaha, qu’elle est livrée aux démons de l’extrémisme et qu’elle va à sa perte. C’est le djihad qui revient comme un boomerang à l’intérieur et qui affaiblit la communauté. La fitna, c’est la hantise des oulémas depuis que l’islam existe[5]. »

La fitna dans le Coran[modifier | modifier le code]

« [Ce sera] un Jour où ils seront mis à l'épreuve (c'est-à-dire brûlés) dans le Feu ! » Sourate adh-Dhaariyat (51:13)[6]

Le sens du mot fitna, dans la définition normale ou islamique, est le même que la définition linguistique. C'est pourquoi le mot fitna utilisé dans le Coran veut dire « épreuve, être testé ». « Les gens pensent-ils qu'ils seront laissés seuls, à eux-mêmes, parce qu'ils disent : Nous croyons, et qu'ils ne seront pas éprouvés [youftanoun]? » sourate al-Ankabut (29:2)[6]

On peut lire dans la sourate an-Anibya : « Tous goûteront la mort, et Nous vous éprouverons les uns les autres avec le bien et avec le mal, et à Nous vous serez retournés. » (21:35)[6]

Le mot fitna veut aussi dire, en second lieu, le fait d'être brûlé et la punition dans l'enfer, comme le montre la sourate 51 : « Goûtez à votre épreuve (punition, le fait d'être brûlé) [fitnatakum] ! C'est ce que vous cherchiez à hâter ! » (51:14)[6]

Par ailleurs, le mot fitna a d'autres définition dans le Coran, comme l'association dans l'adoration[6]

Types de Fitna[modifier | modifier le code]

Il y a plusieurs types de fitna, mais les exégètes du Coran considèrent que les sens convergent vers deux principaux types[7]. Le premier type est la fitna ash-Shubuhaat (la fitnah des choses qui ne sont pas claires, des doutes, des idées fausses). Ces doutes sont en opposition avec la bonne 'aqidah qui emmène à une altération dans la pensée et les conceptions religieuses[pas clair]. L'affliction du doute est le plus grand et le plus redouté type de fitna. Elle peut mener vers l'incroyance et le shirk[8]

Le second type est la fitna ash-Shahawaat (la fitnah de la luxure et des désirs malsains). Ce type de fitna est en opposition avec la volonté de chaque individu et mène à une mauvaise conduite. Malgré les grands dangers associés à ce type de fitna, elle est moins dangereuse que la fitna ash-Shubuhaat[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fitna en arabe : فتنة dérive de la racine F.T.N., فتن qui évoque la mise à l'épreuve (du feu), l'envoûtement, la séduction et les errements qui en résultent.
  2. Dictionnaire arabe tchadien-français: suivi d'un index français-arabe et d'un index des racines arabes Dictionnaires et langues, de Patrice Jullien de Pommerol, KARTHALA Editions, 1999, ISBN 2-86537-953-1, 9782865379538, p. 462
  3. (en) William Muir, The Caliphate: Its Rise, Decline And Fall from Original Sources, Kessinger Publishing, (ISBN 978-1-4179-4889-5, lire en ligne)
  4. Arab-English Lexicon, Lane, : "un feu d'incendie, une fonte (des métaux) afin de distinguer le mauvais du bon, une communauté de moyens, la condition d'aman est manifestée à l'égard du bien ou du mal, peine, châtiment, conflit entre personnes, faction et sédition, discorde, dissension, différence d'opinions, une tromperie générant l'erreur, séduction, tentation.Texte anglais: "a burning of fire, a melting of (metals) in order to distinguish the bad from the good, a means wherby the condition of aman is evinced in respect of good or evil, punishment, chastisement, conflict among people, faction and sedition, discord, dissension, difference of opinions, a misleading, causing to err, seduction, temptation."
  5. Gilles Kepel, « Fitna. Guerre au cœur de l’islam », entretien du 7 septembre 2004 dans El Watan
  6. a, b, c, d et e (en) Abu Abdullaah al-Amreeki. -The meaning of Fitnah. -The Contemporary Fitan, p.2
  7. (en) The Contemporary Fitan, de Abu Abdullaah al-Amreeki, p.4
  8. a et b (en) Types of Fitan, The Contemporary Fitan, d'Abu Abdullaah al-Amreeki, p.5

Articles connexes[modifier | modifier le code]