Filippo Caracciolo di Castagneto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caracciolo.

Filippo Caracciolo di Castagneto (né le à Naples et mort le à Naples), 8e prince de Castagneto (1938) et 3e duc de Melito (1912), est un homme politique italien, engagé contre le fascisme et pour la construction européenne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Filippo Caracciolo est diplômé en sciences politiques et, dès 1934, assume des missions diplomatiques en Turquie et en Suisse. Lors du congrès de Bari, réuni par le Comité de libération nationale en 1944, il est nommé secrétaire du Conseil exécutif italien, puis sous-secrétaire d'État à l'Intérieur dans le 2e gouvernement de Pietro Badoglio (22 avril 1944 - 8 juin 1944). Enzo Santarelli, dans son livre « Mezzogiorno 1943-1944: Uno sbandato nel Regno del Sud », raconte comment Caracciolo a travaillé à l'entrée des communistes dans le gouvernement Badoglio (qui y était initialement opposé).

Après la Seconde Guerre mondiale, Filippo Caracciolo di Castagneto participe au processus de renforcement démocratique européen en devenant, en 1950, Secrétaire Général adjoint de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, jusqu'en 1954.

Il se consacrera ensuite à la défense du patrimoine culturel italien en présidant l'organisation Italia Nostra. Il présidera, de 1963 à 1965, la Fédération internationale de l'automobile (FIA).

Il est le père du « prince-éditeur » Carlo Caracciolo et de Marella Caracciolo di Castagneto, épouse de Giovanni Agnelli (1921-2003), et le grand-père de la journaliste Elisabetta Rosboch von Wolkenstein, épouse de S.A.R. le prince Amedeo de Belgique.

Liens externes[modifier | modifier le code]