Fibrose pulmonaire idiopathique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fibrose pulmonaire idiopathique
Classification et ressources externes
CIM-10 J84.1
CIM-9 516.3
OMIM 178500
DiseasesDB 4815
MedlinePlus 000069
eMedicine radio/873 
MeSH D011658
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La fibrose pulmonaire idiopathique est une maladie chronique, dévastatrice et mortelle, caractérisée par la dégradation progressive des fonctions pulmonaires[1],[2]. Le terme « fibrose pulmonaire » fait référence à une cicatrisation des tissus pulmonaires provoquant une dyspnée (difficulté à respirer) qui s’aggrave avec le temps. La fibrose est souvent associée à un mauvais pronostic[1],[2],[3]. Le terme « idiopathique » fait référence au fait que la cause de la fibrose pulmonaire est encore inconnue[1].

La fibrose pulmonaire idiopathique concerne principalement les adultes âgés entre 50 et 70 ans, plus particulièrement ceux ayant des antécédents de tabagisme, et touche plus les hommes que les femmes[1],[4].

La fibrose pulmonaire idiopathique appartient à la famille des pneumopathies interstitielles, qui se compose de plus de 200 maladies qui touchent l’interstitium[2]. Ce tissu, situé entre les alvéoles pulmonaires, est le principal site des lésions provoquant les pneumopathies interstitielles. Cependant, ces lésions touchent également souvent les espaces alvéolaires, les voies aériennes périphériques et les vaisseaux sanguins[2]. Le tissu pulmonaire des personnes atteintes de fibrose pulmonaire idiopathique présente un schéma histopathologique caractéristique connu comme pneumopathie interstitielle usuelle. La pneumopathie interstitielle usuellese caractérise donc par les mêmes manifestations pathologiques que la fibrose pulmonaire idiopathique[1],[4].

Le diagnostic de fibrose pulmonaire idiopathique doit être envisagé chez tous les patients de plus de 50 ans présentant une dyspnée importante à l’effort, une toux sèche à l’effort et des râles crépitants inspiratoires précoces à l’auscultation[1].

En 2011, de nouvelles recommandations pour le diagnostic et la prise en charge de la fibrose pulmonaire idiopathique ont été publiées[1]. Le diagnostic de la fibrose pulmonaire idiopathique ne peut être posé qu’après avoir écarté toutes les causes connues de pneumopathie interstitielle, et avoir vérifié la présence d’un modèle radiologique spécifique grâce à une tomodensitométrie haute résolution. Dans un contexte clinique adapté, une fibrose pulmonaire idiopathique peut être diagnostiquée par tomodensitométrie uniquement, sans avoir à recourir à une biopsie du poumon par voie chirurgicale[1],[2].

Classification[modifier | modifier le code]

La fibrose pulmonaire idiopathique appartient à la famille des maladies pulmonaires connues comme pneumopathies interstitielles, qui se compose de plus de 200 maladies qui touchent l’interstitium[2], le tissu situé entre les alvéoles pulmonaires. La fibrose pulmonaire idiopathique est une pneumopathie interstitielle idiopathique, qui est à son tour une pneumopathie interstitielle, aussi connue comme pneumopathie parenchymateuse diffuse.

Dans la famille des pneumopathies interstitielles idiopathiques on distingue la fibrose pulmonaire idiopathique des autres formes[2]. Les pneumopathies interstitielles idiopathiques sont un ensemble de troubles dont les causes sont inconnues. On trouve par exemple la pneumopathie interstitielle non spécifique, la pneumonie interstitielle desquamative et la pneumopathie interstitielle aiguë[2].

Parmi les pneumopathies interstitielles dont les causes sont connues on peut citer la pneumopathie d'hypersensibilité, l’histiocytose Langerhansienne, l’asbestose et la maladie du collagène vasculaire. Cependant souvent les lésions ne touchent pas seulement l’interstitium, mais aussi les voies supérieures, périphériques et les vaisseaux sanguins[2].

Une nouvelle classification des pneumopathies interstitielles sera bientôt publiée.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Même si elle est rare, la fibrose pulmonaire idiopathique est la pneumopathie interstitielle idiopathique la plus courante[2]. Selon les estimations, au États-Unis on dénombre actuellement entre 132 000 et 500 000 cas. La prévalence de la fibrose pulmonaire idiopathique est estimée entre 14,0 et 42,7 pour 100 000, selon une analyse des données du système de santé, avec des variations liées à la définition du cas utilisée dans l’analyse[4],[5]. La fibrose pulmonaire idiopathique est plus répandue chez les hommes que chez les femmes et elle est généralement diagnostiquée chez les plus de 50 ans[1].

L’incidence de la fibrose pulmonaire idiopathique, estimée à environ 50 000 nouveaux cas chaque année[5], reste difficile à déterminer car tous les praticiens n’utilisent pas les mêmes critères de diagnostic[1]. Dans les 28 pays de l’Union Européenne, une série de sources estime que l’incidence est comprise entre 4,6 et 7,4 pour 100 000[6],[7], ce qui implique qu’entre 30 000 et 35 000 nouveaux cas environ sont diagnostiqués chaque année[4],[8].

Étiologie et physiopathologie[modifier | modifier le code]

Malgré des recherches approfondies, la cause de la fibrose pulmonaire idiopathique reste inconnue[1]. La fibrose a été tour à tour associée au tabagisme, à des facteurs environnementaux (ex. : exposition à des gaz, de la fumée, des produits chimiques ou poussières dans un contexte professionnel), à d’autres pathologies, notamment reflux gastro-œsophagien, ou à des prédispositions génétiques (antécédents familiaux de fibrose pulmonaire idiopathique). Cependant, tous les patients ne présentent pas ces caractéristiques, ce qui signifie qu’elles ne suffisent pas à expliquer de façon exhaustive et satisfaisante la présence de la maladie[1],[9].

On pense que la fibrose pulmonaire idiopathique est provoquée par un processus anormal de cicatrisation qui inclus ou provoque un dépôt excessif de collagène (fibrose) dans l’interstitium pulmonaire, avec une inflammation minime associée[10].

On suppose que les lésions initiales ou répétées touchent les cellules pulmonaires portant le nom de cellules épithéliales alvéolaires, qui couvrent la plus grande partie de la surface alvéolaire[11]. Lorsque les cellules épithéliales alvéolaires de type I seraient endommagées ou détruites, les cellules épithéliales alvéolaires de type II prolifèreraient afin de couvrir la membrane basale exposée. Dans un cas normal, les cellules de type II hyperplasiques meurent et les cellules restantes se répandent et subissent un processus de différentiation afin de se transformer en cellules de type I. Dans un cas pathologique, et en présence de TGFβ (transforming growth factor beta), les fibroblastes s’accumulent là où les cellules ont été endommagées et se différencient en myofibroblastes qui secrètent du collagène et d’autres protéines[11] Autrefois, on pensait que l’inflammation était la cause de la cicatrisation des tissus. Cependant, selon les découvertes récentes, le développement des foyers fibroblastiques précède l’accumulation des cellules inflammatoires et le dépôt de collagène qui s’en suit[12].

Etiology and pathobiology of Idiopathic Pulmonary Fibrosis

Ce modèle pathogénétique est indirectement soutenu par les caractéristiques cliniques de la fibrose pulmonaire idiopathique, notamment une déclaration insidieuse, une progression sur plusieurs années, une aggravation soudaine assez rare, et une absence de réponse à un traitement immunosuppresseur[10],[13]. Actuellement, plusieurs traitements ciblant l’activation du fibroblaste ou la synthèse de la matrice extracellulaire sont en cours d’essais ou de développement.

Les patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique ayant des antécédents familiaux représentent moins de 5 % de l’ensemble des patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique ; sur le plan clinique et histologique, il est impossible de déterminer si leur maladie est liée aux antécédents ou non[1]. Les associations génétiques incluent des mutations des protéines A1, A2, C (SFTPA1, SFTPA2B) du surfactant pulmonaire et des mucines (MUC5B)[14] Les mutations des gènes par les telomérases sont aussi associées aux antécédents de fibrose pulmonaire et à la fibrose pulmonaire idiopathique isolée chez certains patients (TERT, TERC)[14].

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Un diagnostic précoce de la fibrose pulmonaire idiopathique est indispensable pour envisager le traitement et éventuellement l’amélioration clinique à long terme de cette maladie progressive et mortelle[1]. En cas de suspicion de fibrose pulmonaire idiopathique, le diagnostic peut être délicat mais grâce à une approche multidisciplinaire, impliquant pneumologue, radiologue et spécialiste des pneumopathies interstitielles, la fibrose pulmonaire idiopathique peut être bien diagnostiquée[1],[15],[16].

En l'an 2000, une classification de consensus international multidisciplinaire de l’American Thoracic Society (ATS) et de l’European Respiratory Society (ERS) a proposé des critères, classés en principaux et secondaires, afin de diagnostiquer la fibrose pulmonaire idiopathique[2]. Cependant, en 2011, de nouveaux critères pour le diagnostic et la prise en charge de la fibrose pulmonaire idiopathique, simplifiés et mis à jour, ont été publiés par l’ATS et l’ERS, avec l’aide de la Japanese Respiratory Society (JRS) et de la Latin American Thoracic Association (ALAT)[1]. Actuellement, pour diagnostiquer une fibrose pulmonaire idiopathique, il faut :

  • exclure toute autre cause connue de pneumopathie idiopathique, comme une exposition à des facteurs environnementaux lors d’activités professionnelles ou privées, des troubles des tissus conjonctifs, ou une exposition/toxicité médicamenteuse ;
  • avoir un aspect de pneumopathie interstitielle usuelle à la tomodensitométrie.

Dans un contexte clinique adapté, une fibrose pulmonaire idiopathique peut être diagnostiquée par tomodensitométrie seule, sans avoir à recourir à une biopsie du poumon[1],[2].

Il peut être difficile de reconnaître une fibrose pulmonaire idiopathique dans la pratique clinique car les symptômes ressemblent souvent à ceux de pathologies plus courantes comme l’asthme, la broncho-pneumopathie chronique obstructive ou l’insuffisance cardiaque congestive. Il est capital que les cliniciens se demandent si les antécédents, symptômes (ou signes cliniques), examens radiologiques et explorations fonctionnelles respiratoires convergent tous vers un diagnostic de fibrose pulmonaire idiopathique ou si les résultats doivent conduire à un autre diagnostic. On a longtemps estimé qu’il était difficile de distinguer les patients atteints de pneumopathie interstitielle liée à une exposition à l’amiante ou à des médicaments (agents chimiothérapeutiques ou nitrofurantoïne), atteints de polyarthrite rhumatoïde et atteints de sclérodermie/sclérose systémique, de ceux atteints de fibrose pulmonaire idiopathique. La fibrose pulmonaire idiopathique peut aussi être confondue avec les pneumopathies interstitielles liées à des troubles des tissus conjonctifs, une sarcoïdose avancée, une pneumopathie d’hypersensibilité, une histiocytose Langerhansienne, ou une fibrose radio-induite[1],[2].

Caractéristiques cliniques[modifier | modifier le code]

Doigts en "baguettes de tambour" (hippocratisme digital)
Fichier audio
Râles crépitants (info)
Râles crépitants de type Velcro à l’auscultation d’un patient atteint de fibrose pulmonaire idiopathique

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

Chez de nombreux patients, les symptômes se manifestent bien avant le diagnostic[3]. Les signes cliniques les plus courants de la fibrose pulmonaire idiopathique incluent [1],[2],[17]:

  • âge (plus de 50 ans) ;
  • toux sèche, non productive à l’effort ;
  • aggravation de la dyspnée à l’effort (difficulté à respirer lors d’un exercice physique) ;
  • à l’auscultation, râles crépitants inspiratoires secs bilatéraux des bases, de type « Velcro » (râles crépitants dans les poumons à l’inhalation, qui s’entendent au stéthoscope, comme si on arrachait lentement un Velcro)[1],[5],[18] ;
  • déformation des doigts, ou des orteils (hippocratisme digital).

Ces caractéristiques sont dues à un déficit en oxygène dans le sang (hypoxémie) ; elles peuvent être associées à différents troubles pulmonaires et ne sont pas spécifiques à la fibrose pulmonaire idiopathique. Cependant la fibrose pulmonaire idiopathique doit être envisagée chez tous les patients ayant une dyspnée chronique inexpliquée à l’effort, ceux présentant une toux avec râles crépitants bilatéraux des bases à l’inspiration ou des doigts en forme de « baguettes de tambour »[1].

L’évaluation du râle crépitant de type « velcro » à l’auscultation permet facilement d’améliorer le diagnostic précoce de la fibrose pulmonaire idiopathique : un râle crépitant léger est facilement reconnaissable et constitue un signe clinique de la fibrose pulmonaire idiopathique[19].

Si de légers râles crépitants bilatéraux se font entendre tout le long de l’inspiration et persistent après plusieurs inspirations profondes, et s’ils persistent plusieurs semaines chez un sujet ≥ 60 ans, il y a suspicion de fibrose pulmonaire idiopathique et il faut envisager une tomodensitométrie haute résolution, plus précise qu’une simple radiographie du thorax[18]. Dans la mesure où le râle crépitant n’est pas spécifique à la fibrose pulmonaire idiopathique, il doit déclencher un processus de recherche de diagnostic[1].

Si ces symptômes sont identifiés chez un patient, les recherches doivent être approfondies avant d’établir avec certitude le diagnostic de fibrose pulmonaire idiopathique.

Radiologie[modifier | modifier le code]

Radiographie du poumon d’un patient atteint de fibrose pulmonaire idiopathique. On observe la petite taille des poumons et l’opacification réticulo-nodulaire périphérique.

La radiographie du thorax est utile pour le suivi courant des patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique. Une radiographie classique ne permet malheureusement pas d’établir le diagnostic mais peut faire état d’un volume pulmonaire diminué, avec des atteintes interstitielles réticulaires typiques importantes près de la base des poumons[2].

L’évaluation radiologique par tomodensitométrie haute résolution est capitale dans le diagnostic de la fibrose pulmonaire idiopathique. La tomographie axiale calculée par ordinateur est réalisée à l’aide d’un scanner, sans injection d’agents de contraste. Les coupes sont très fines (1–2 mm).

La tomodensitométrie haute résolution typique en cas de fibrose pulmonaire idiopathique fait apparaître des altérations fibrotiques des deux poumons, en particulier à la base et en périphérie. Selon les recommandations conjointes de l’ATS, l’ERS, la JRS et l’ALAT de 2001, la tomodensitométrie haute résolution est une composante essentielle du diagnostic de fibrose pulmonaire idiopathique, qui permet d’identifier la pneumopathie interstitielle usuelle grâce à la présence de signes suivants à répartition typiquement basale et périphérique bien que souvent inégale [1]:

  • opacités réticulaires, souvent associées à une bronchiectasie par traction ;
  • images en nids d’abeilles se manifestant sous forme de cavités kystiques, en général de diamètres comparables (3–10 mm) mais souvent assez grandes, sous-pleurales et caractérisées par des parois bien définies et disposées en au moins deux rangées (La présence d’une seule rangée de kystes ne suffit pas à évoquer des nids d’abeille) ;
  • opacités en verre dépoli, courantes mais moins répandues que la réticulation.
Tomodensitométrie haute résolution des poumons d’un patient atteint de fibrose pulmonaire idiopathique. La principale caractéristique est la réticulation basale et principalement périphérique avec nids d’abeille

Histologie[modifier | modifier le code]

Selon les recommandations de 2011, en l’absence d’un schéma de pneumopathie interstitielle usuelle à la tomodensitométrie haute résolution, il faut réaliser une biopsie du poumon par voie chirurgicale pour confirmer le diagnostic[1].

Les spécimens histologiques pour le diagnostic de la fibrose pulmonaire idiopathique doivent être prélevés à au moins trois endroits différents et être assez importants pour que le pathologiste puisse observer la structure sous-jacente du poumon. Les petites biopsies, comme celles obtenues par biopsie pulmonaire par voie transbronchique (réalisée durant une bronchoscopie) ne sont généralement pas suffisantes. Par conséquent, il faut généralement des biopsies plus importantes, réalisées par thoracotomie ou thoracoscopie[2].

Le tissu pulmonaire chez les patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique se caractérise généralement par un modèle histopathologique de pneumopathie interstitielle usuelle et se caractérise donc par les mêmes manifestations pathologiques que la fibrose pulmonaire idiopathique[1],[4].

Même si un diagnostic pathologique de pneumopathie interstitielle usuelle correspond souvent à un diagnostic clinique de fibrose pulmonaire idiopathique, on peut observer un schéma histologique de pneumopathie interstitielle usuelle pour d’autres pathologies, notamment la fibrose d’origine connue (pathologies rhumatologiques par exemple)[1],[2]. Il existe quatre caractéristiques principales de la pneumopathie interstitielle usuelle : fibrose interstitielle sur un modèle « patchwork », cicatrices interstitielles, nids d’abeilles et foyers fibroblastiques.

Photomicrographie de l’apparence histopathologique d’une pneumonie interstitielle usuelle. Le zoom avant (droite) montre une prolifération fibroblastique, près d’une fibrose dans laquelle on peut voir une cellule inflammatoire chronique, non spécifique infiltrée. On reconnaît un aspect nids d’abeille caractéristique en sous-pleural.

Lavage broncho-alvéolaire[modifier | modifier le code]

Le lavage broncho-alvéolaire est une procédure de diagnostic de la pneumopathie interstitielle qui est bien tolérée[20]. L’examen cytologique du lavage broncho-alvéolaire (comptage des différentes cellules) doit être envisagé pour l’évaluation de patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique à discrétion du médecin traitant, selon la disponibilité et l’expérience de la structure de prise en charge. Le lavage broncho-alvéolaire peut mener à des diagnostics spécifiques différents : pathologies cancéreuses, infections, pneumonie à éosinophile, histiocytose langerhansienne, ou protéinose alvéolaire[1].

Tests de la fonction pulmonaire[modifier | modifier le code]

Une spirométrie révèle habituellement une réduction de la capacité vitale soit avec réduction proportionnelle des volumes d’air, soit avec des volumes augmentés pour la capacité vitale observée. Cette dernière découverte reflète un manque de souplesse du poumon (compliance pulmonaire réduite) associé à une fibrose pulmonaire, ce qui provoque une diminution de l’élasticité du poumon[21].

La mesure des volumes pulmonaires statiques par pléthysmographie ou d’autres techniques révèle généralement des volumes pulmonaires réduits (restriction), ce qui reflète la difficulté à gonfler les poumons fibrotiques.

Les résultats du test de diffusion de l'oxyde de carbone (DLCO) sont toujours inférieurs en cas de fibrose pulmonaire idiopathique et peuvent représenter la seule anomalie en cas de fibrose pulmonaire idiopathique débutante ou légère. Cela montre la propension des patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique à une désaturation en oxygène à l’effort, ce qui peut aussi être évalué par le test de marche de 6 minutes (6MWT)[1].

Les termes « légère », « modérée » et « sévère » sont parfois utilisés pour parler du stade de la maladie et dépendent souvent des résultats des tests de la fonction pulmonaire[1]. Cependant il n’existe pas de consensus clair quant à la classification des stades de la maladie ou aux critères et valeurs de référence à utiliser. Une fibrose pulmonaire idiopathique légère à modérée a été décrite selon les critères fonctionnels suivants [22],[23]:

  • capacité vitale forcée (CVF) : ≥ 50 % ;
  • DLCO : ≥ 35 % ;
  • distance 6MWT : ≥ 150 mètres.

Exacerbation aigüe[modifier | modifier le code]

L’exacerbation aigüe consiste en une aggravation inexpliquée ou une progression de la dyspnée sur 30 jours, avec de nouvelles anomalies apparaissant à la tomodensitométrie, qui viennent s’ajouter à des images de pneumopathie interstitielle usuelle préexistante.

L’incidence annuelle de l’exacerbation aigüe représente entre 10 et 15 % de la totalité des patients. Le pronostic est mauvais, avec une mortalité entre 78 et 96 %[24]. D’autres causes d’exacerbation comme l’embolie pulmonaire, l’insuffisance cardiaque congestive, le pneumothorax ou l’infection doivent être exclues. L’infection pulmonaire doit être exclue par aspiration endotrachéale ou lavage broncho-alvéolaire.

Pronostic[modifier | modifier le code]

Comparaison du taux de survie à 5 ans en cas de fibrose pulmonaire idiopathique et des pathologies cancéreuses courantes. Adapté de Bjoraker et al 1998[25].

L’évolution clinique de la fibrose pulmonaire idiopathique est imprévisible[1],[26] La progression de la fibrose pulmonaire idiopathique est associée à une durée médiane de survie de 2 à 5 ans après diagnostic[1],[2].

La survie à 5 ans pour la fibrose pulmonaire idiopathique représente entre 20 et 40 %[26], soit un taux de mortalité supérieur à celui de nombreuses pathologies cancéreuses, notamment celle du cancer du côlon, du myélome multiple et du cancer de la vessie[26],[25].

La majorité des patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique subissent un déclin progressif du statut fonctionnel après diagnostic. Une minorité de patients ne subit la maladie que pendant une courte durée avec une évolution clinique plus rapide. D’autres semblent avoir des épisodes de détérioration clinique aigüe (exacerbations aigües) qui précèdent et peuvent signifier le début de la phase terminale de leur maladie[26].

Récemment, un indice multidimensionnel et un système d’évaluation des stades de la pathologie a été proposé pour prévoir la mortalité en cas de fibrose pulmonaire idiopathique[27]. Cet indice s’appelle GAP et est basé sur le genre [G], l’âge [A], et deux variables pulmonaires physiologiques [P] [CVF et DLCO] généralement évaluées dans la pratique clinique pour évaluer la mortalité en cas de fibrose pulmonaire idiopathique. On a découvert que le dernier stade du GAP (stade III) est associé à un risque de mortalité de 39 % à 1 an[27].

Prise en charge[modifier | modifier le code]

L’objectif du traitement de la fibrose pulmonaire idiopathique consiste essentiellement à faire diminuer les symptômes, enrayer la progression de la maladie, éviter les exacerbations aigues, et prolonger la survie. Les soins préventifs (ex : vaccination) et le traitement en fonction des symptômes doivent être mis en œuvre chez tous les patients[28].

Interventions pharmacologiques[modifier | modifier le code]

N-acétylcystéine et trithérapie[modifier | modifier le code]

La N-acétylcystéine est un précurseur du glutathion, un antioxydant. On a supposé que le traitement par doses élevées de N-acétylcystéine pourrait rétablir un déséquilibre oxydant/antioxydant existant dans les tissus pulmonaires du patient atteint de fibrose pulmonaire idiopathique. Lors du premier essai clinique sur 180 patients (IFIGENIA), la N-acétylcystéine a enrayé la chûte de capacité vitale et de DLCO sur 12 mois de suivi lorsqu’il était utilisé avec la prednisone et l'azathioprine (trithérapie)[29].

Plus récemment, une grande étude randomisée contrôlée (PANTHER-FPI) a été entreprise par le National Institutes of Health (NIH) aux États-Unis, afin d’évaluer la trithérapie et la monothérapie par N-acétylcystéine sur les patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique. Cette étude a démontré que l’association de prednisone, azathioprine, et N-acétylcystéine, augmentait le risque de décès et d’hospitalisations et le NIH a annoncé en 2012 que la partie de l’étude PANTHER-FPI portant sur la trithérapie avait été interrompue de façon précoce[30]. Cette étude porte aussi sur la N-acétylcystéine utilisée seule ; les résultats devraient être publiés en 2013 (voir ci-dessous).

Etant donné les limites démontrées, ni la trithérapie, ni la monothérapie par N-acétylcystéine ne sont recommandées pour la majorité des patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique dans les recommandations les plus récentes[1],[31].

Agents anti-fibrotiques[modifier | modifier le code]

Par le passé, un certain nombre de traitements contre la fibrose pulmonaire idiopathique ont fait l’objet d’études, notamment ceux à base d’interféron gamma-1β[32], bosentan[33], ambrisentan[34], et d’anticoagulants[35], mais ils ne sont plus considérés comme des traitements efficaces. La plupart de ces études était basée sur l’hypothèse selon laquelle la fibrose pulmonaire idiopathique serait une maladie inflammatoire.

Toutefois, la pirfenidone est une petite molécule qui associe des effets anti-inflammatoires, antioxydants, et anti-fibrotiques sur des modèles expérimentaux de fibrose[36]. La pirfenidone, commercialisée sous le nom commercial Esbriet, est légalement utilisée en Europe pour le traitements de patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique légère à modérée. Est elle aussi légale au Japon (nom commercial Pirespa), en Inde et en Chine.

La pirfenidone a reçu le feu vert de l’Union Européenne à la suite des résultats de trois études randomisées et contrôlées, en double aveugle et contre placebo, de Phase III ; l’une a été réalisée au Japon, les deux autres en Europe et aux États-Unis (essais CAPACITY)[22],[37].

Une revue de la Cochrane Library basée sur quatre essais réalisés sur 1155 patients, comparant la pirfenidone à un placebo, a démontré que le risque de progression de la maladie chez les patients traités par pirfenidone diminuait de 30 %[38]. La CVF et la capacité vitale sont aussi nettement améliorées par la pirfenidone, même si seul l’un des deux essais CAPACITY a démontré que la CVF diminue légèrement[11]. À partir de ces résultats mitigés, la Food and Drug Administration (FDA) a demandé à ce qu’un troisième essai clinique de phase III, ASCEND (NCT01366209), soit réalisé ; il est en cours aux États-Unis[39].

Futures solutions thérapeutiques[modifier | modifier le code]

Un certain nombre de traitements ciblés sont actuellement en début de phase d’essai ou font l’objet d’une étude afin d’être développés par la suite. Ces molécules traitent plusieurs facteurs de croissance et cytokines connus pour jouer un rôle dans la prolifération, l’activation, la différentiation ou la survie inappropriée des fibroblastes.

D’autres traitements existants sont en cours d’étude, dans le cadre d’essais cliniques avancés, notamment :

Interventions non pharmacologiques[modifier | modifier le code]

Greffe du poumon[modifier | modifier le code]

La greffe du poumon peut être adaptée aux patients assez résistants pour être soumis à une opération chirurgicale importante. Chez les patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique, il a été démontré que la greffe du poumon réduit le risque de mortalité de 75 %, par rapport aux patients cantonnés à la liste d’attente[44]. Depuis la création du Lung Allocation Score, qui détermine quels patients sont prioritaires pour recevoir une greffe en fonction de la survie estimée, la fibrose pulmonaire idiopathique est devenue la principale indication pour la greffe de poumon aux États-Unis[45].

Pour les patients symptomatiques atteints de fibrose pulmonaire idiopathique de moins de 65 ans et dont l’indice de masse corporelle est inférieur ou égal à 26 kg/m2 il faut envisager une greffe du poumon, mais il n’y a pas de données fiables quant à des délais précis. Même si cette opération est sujette à controverse, les données les plus récentes suggèrent que la greffe bilatérale donne de meilleurs résultats que la greffe unilatérale chez les patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique[46]. On estime que la survie à 5 ans, après greffe du poumon chez les patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique, atteint entre 50 et 56 %[1],[47],[48].

Oxygénothérapie continue[modifier | modifier le code]

L’oxygénothérapie, c’est-à-dire l’apport supplémentaire d’oxygène à domicile, est fortement conseillée dans les recommandations pour la fibrose pulmonaire idiopathique de 2011, pour les patients avec hypoxémie de repos cliniquement significative. Même s’il n’a pas été démontré que l’oxygénothérapie améliore la survie en cas de fibrose pulmonaire idiopathique, certaines données démontrent une amélioration de la capacité physique[1],[49].

Réhabilitation respiratoire[modifier | modifier le code]

La fatigue et la perte de masse musculaire sont courantes et handicapantes pour les patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique. La réhabilitation respiratoire peut alléger ou supprimer les symptômes de la fibrose pulmonaire idiopathique et améliorer le statut fonctionnel en stabilisant et/ou inversant les caractéristiques extra-pulmonaires de la maladie[45],[28]. Les programmes habituels de réhabilitation incluent des exercices physiques, de la modulation nutritionnelle, de la thérapie occupationnelle, de la formation et du conseil psychologique.

Au cours de la dernière phase de la maladie, les patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique ont tendance à négliger l’activité physique en raison de la progression de la dyspnée. Lorsque cela est possible, il faut au contraire les encourager à poursuivre leurs activités physiques.

Soins palliatifs[modifier | modifier le code]

L’objectif des soins palliatifs est de réduire les symptômes et d’améliorer le confort des patients plus que de traiter la maladie. Ils peuvent traiter les symptômes qui s’aggravent par l’utilisation d’opioïdes pour la dyspnée sévère et la toux. De plus, l’oxygénothérapie peut être utile pour pallier la dyspnée chez les patients hypoxémiques.

L’objectif des soins palliatifs est de soulager le patient sur le plan physique et émotionnel et d’apporter un soutien psychologique et psychosocial aux patients et à ceux qui leur prodiguent leurs soins[1]. Au fur et à mesure que la maladie progresse, les patients peuvent ressentir une angoisse, de la peur, et même une dépression ; le soutien psychologique doit donc être envisagé. Dans une étude récente sur des patients en hôpital de jour atteints de pneumopathies interstitielles, notamment des fibroses pulmonaires idiopathiques, la dépression, le statut fonctionnel (évalué par le test de la marche), ainsi que la dégradation de la fonction pulmonaire ont contribué à la gravité de la dyspnée[50].

Dans certains cas de dyspnée particulièrement sévère, la morphine peut être utilisée. Elle peut réduire la dyspnée, l’angoisse et la toux sans diminution significative de la saturation en oxygène[51].

Suivi[modifier | modifier le code]

La fibrose pulmonaire idiopathique est souvent mal diagnostiquée, du moins tant que les données physiologiques et émanant de l’imagerie suggèrent une pneumonie interstitielle, ce qui retarde le diagnostic et le traitement approprié[45]. Etant donné qu’en cas de fibrose pulmonaire idiopathique la survie médiane après diagnostic est de trois ans, le renvoi précoce du patient vers une structure spécialisée doit être envisagé pour tout patient atteint de pneumonie interstitielle reconnue ou suspectée. Etant donné la complexité du diagnostic différentiel, il est capital, pour parvenir au bon diagnostic, de passer par un débat multidisciplinaire entre pneumologues, radiologues, et pathologistes expérimenté dans le diagnostic de la pneumopathie interstitielle[1].

Une fois la fibrose pulmonaire idiopathique diagnostiquée et le traitement choisi en fonction des symptômes et du stade de la maladie, un suivi étroit doit être mis en place. En raison de l’évolution variable de la maladie, de l’incidence élevée de complications comme un cancer du poumon (qui représente jusqu’à 25 % des patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique) un suivi de routine tous les 3 à 6 mois est obligatoire, avec une spirométrie (pléthysmographie du corps entier), test de diffusion de l'oxyde de carbone, radio-thorax, 6MWT, évaluation de la dyspnée, de la qualité de vie, et du besoin en oxygène.

De plus, étant donné la prise de conscience des complications de la maladie et les pathologies fréquemment associées, une évaluation de routine des comorbidités est nécessaire (même si la plupart d’entre elles ne sont que le reflet du vieillissement) ainsi que du traitement, de ses interactions et effets indésirables.

Exacerbation aigüe[modifier | modifier le code]

De nombreux patients subissant des exacerbations aigües nécessitent un traitement intensif, en particulier lorsque l’insuffisance respiratoire est associée à une instabilité hémodynamique, à des comorbidités significatives ou à une hypoxémie sévère[52]. Cependant, durant l’hospitalisation, la mortalité reste élevée[52]. Une ventilation mécanique peut être mise en place après avoir longuement pondéré le pronostic à long terme et si possible le souhait du patient. Cependant les recommandations actuelles vont à l’encontre de l’utilisation de la ventilation mécanique chez les patients avec insuffisance respiratoire secondaire à une fibrose pulmonaire idiopathique[1].

Cas connus[modifier | modifier le code]

Chez d’autres espèces[modifier | modifier le code]

La fibrose pulmonaire idiopathique a été détectée chez plusieurs races de chiens et chats[53] ; c’est chez les Westie (West Highland white terriers) qu’elle a le mieux été caractérisée[54]. On retrouve chez les animaux la plupart des signes cliniques connus chez l’Homme, notamment une intolérance progressive à l’effort, un rythme respiratoire augmenté et une éventuelle détresse respiratoire[55]. Le pronostic est généralement mauvais.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj et ak Raghu G, Collard HR, Egan JJ, et al. (2011). “An official ATS/ERS/JRS/ALAT statement: Idiopathic pulmonary fibrosis: Evidence-based guidelines for diagnosis and management”. Am J Respir Crit Care Med. 183 (6): 788–824. doi: 10.1164/rccm.2009-040GL. PMID 21471066.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r American Thoracic Society/European Respiratory Society International Multidisciplinary Consensus Classification of the Idiopathic Interstitial Pneumonias. This joint statement of the American Thoracic Society (ATS), and the European Respiratory Society (ERS) was adopted by the ATS board of directors, June 2001 and by the ERS Executive Committee, June 2001. Am Respir Crit Care Med. 165 (2): 277–304. January 2002. PMID 11790668.
  3. a et b Meltzer EB, Noble PW (2008). "Idiopathic pulmonary fibrosis". Orphanet J Rare Dis.3 (1): 8. doi: 10.1186/1750–1172-3-8. PMID 18366757. PMC 2330030.
  4. a, b, c, d et e Pulmonary Fibrosis Foundation. “Prevalence and Incidence”[1]. Pulmonaryfibrosis.org. Retrieved 2013-04-11.
  5. a, b et c Raghu G, Weycker D, Edesberg J, Bradford WZ, Oster G (2006). “Incidence and prevalence of idiopathic pulmonary fibrosis”. Am J Respir Crit Care Med. 174 (7): 810–816.
  6. Gribbin J, Hubbard RB, Le Jeune I, Smith CJ, West J, Tata LJ (2006). “Incidence and mortality of idiopathic pulmonary fibrosis and sarcoidosis in the UK”. Thorax 61 (11): 980–985. PMID 16844727. PMC 2121155.
  7. Navaratnam V, Fleming KM, West J, Smith CJ, Jenkins RG, Fogarty A, Hubbard RB (2011). "The rising incidence of idiopathic pulmonary fibrosis in the U.K". Thorax 66 (6): 462–467. doi: 10.1136/thx.2010.148031. PMID 21525528.
  8. Eurostat News Release. European demography. 110/2010. 27 July 2010
  9. García-Sancho C, Buendía-Roldán I, Fernández-Plata MR, Navarro C, Pérez-Padilla R, Vargas MH, Loyd JE, Selman M. Buendía-Roldán I, Fernández-Plata MR, et al. (2011) “Familial pulmonary fibrosis is the strongest risk factor for idiopathic pulmonary fibrosis”. Respir Med. 105 (12): 1902–1990. PMID 21917441.
  10. a et b Harari S, Caminati A (2010). “IPF: new insight on pathogenesis and treatment”. Allergy 65 (5): 537–553. doi: 10.1111/j.1398-9995.2009.02305. PMID 20121758.
  11. a, b et c Loomis-King H, Flaherty KR, Moore BB (2013). “Pathogenesis, current treatments and future directions for idiopathic pulmonary fibrosis”. Curr Opin Pharmacol. 13 (3): 377–385. doi: 10.1016/j.coph.2013.03.015. Epub 2013 Apr 18.
  12. Pardo A, Selman M (2002). “Idiopathic pulmonary fibrosis: new insights in its pathogenesis”. Int J Biochem Cell Biol. 34 (12): 1534–1538.
  13. Selman M, King TE, Pardo A (2001). “Idiopathic pulmonary fibrosis: prevailing and evolving hypotheses about its pathogenesis and implications for therapy”. Ann Intern Med. 134 (2): 136–151. PMID 11177318.
  14. a et b Online 'Mendelian Inheritance in Man' (OMIM) 178500
  15. Flaherty KR, King TE, Raghu G, Lynch JP, Colby TV, Travis WD, Gross BH, Kazerooni EA, et al. (2004). "Idiopathic interstitial pneumonia: what is the effect of a multidisciplinary approach to diagnosis?". Am J Respir Crit Care Med. 170 (8): 904–910. doi: 10.1164/rccm.200402-147OC. PMID 15256390.
  16. Flaherty KR, Andrei AC, King TE Jr, Raghu G, Colby TV, Wells A, Bassily N, Brown K, et al. (2007). “Idiopathic interstitial pneumonia: do community and academic physicians agree on diagnosis?” Am J Respir Crit Care Med. 175 (10): 1054–1060. PMID 17255566. PMC 1899268.
  17. Flaherty KR, Mumford JA, Murray S, Kazerooni EA, Gross BH, Colby TV, Travis WD, Flint A, et al. (2003). “Prognostic implications of physiologic and radiographic changes in idiopathic interstitial pneumonia”. Am J Respir Crit Care Med. 168 (5): 543–548. PMID 12773329.
  18. a et b Cottin V, Cordier JF (2012). “Velcro crackles: the key for early diagnosis of idiopathic pulmonary fibrosis”. Eur Respir J. 40 (3): 519–521. doi: 10.1183/09031936.00001612 PMID 22941541.
  19. Baughman RP, Shipley RT, Loudon RG, Lower EE (1991). “Crackles in interstitial lung disease. Comparison of sarcoidosis and fibrosing alveolitis”. Chest 100 (1): 96–101. PMID 2060395.
  20. Ohshimo S, Bonella F, Cui A, Beume M, Kohno N, Guzman J, Costabel U (2009). “Significance of bronchoalveolar lavage for the diagnosis of idiopathic pulmonary fibrosis”. Am J Respir Crit Care Med. 179 (11): 1043–1047.
  21. Pellegrino R, Viegi G, Brusasco V, Crapo RO, Burgos F, Casaburi R, Coates A, van der Grinten CP, et al. (2005). "Interpretative strategies for lung function tests". Eur Respir J. 26 (5): 948–968. doi: 10.1183/09031936.05.00035205. PMID 16264058.
  22. a et b Noble PW, Albera C, Bradford WZ, Costabel U, Glassberg MK, Kardatzke D, King TE, Lancaster L, et al. (2011). "Pirfenidone in patients with idiopathic pulmonary fibrosis (CAPACITY): two randomised trials". Lancet 377 (9779): 1760–1769. doi: 10.1016/S0140-6736(11)60405-4. PMID 21571362.
  23. Martinez FJ, Safrin S, Weycker D, Starko KM, Bradford WZ, King TE Jr, Flaherty KR, Schwartz DA, et al. IPF study group (2005). “The clinical course of patients with idiopathic pulmonary fibrosis”. Ann Intern Med. 142 (12 Pt1): 963–967. PMID 15968010.
  24. Agarwal R, Jindal SK (2008). “Acute exacerbation of idiopathic pulmonary fibrosis: a systematic review”. Eur J Intern Med. 19 (4): 227–235.
  25. a et b Bjoraker JA, Ryu JH, Edwin MK, Myers JL, Tazelaar HD, Schroeder DR, Offord KP (1998). “Prognostic significance of histopathologic subsets in idiopathic pulmonary fibrosis”. Am J Respir Crit Care Med. 157 (1): 199–203. PMID 9445300.
  26. a, b, c et d Kim DS, Collard HR, King TE (2006). “Classification and natural history of the idiopathic interstitial pneumonias.” Proc Am Thorac Soc. 3 (4): 285–292. doi: 10.1513/pats.200601-005TK. PMID 1673819. PMC 2658683.
  27. a et b Ley B, Ryerson CJ, Vittinghoff E, Ryu JH, Tomassetti S, Lee JS, Poletti V, Buccioli M, Elicker BM, Jones KD, King TE Jr, Collard HR. “A multidimensional index and staging system for idiopathic pulmonary fibrosis”. Ann Intern Med. 156 (10): 684–691.
  28. a et b Lee JS, McLaughlin S, Collard HR (2011). “Comprehensive care of the patient with idiopathic pulmonary fibrosis”. Curr Opin Pulm Med. 17 (5): 348–354.
  29. Demedts M, Behr J, Buhl R, Costabel U, Dekhuijzen R, Jansen HM, MacNee W, Thomeer M, et al. (2005). "High-dose acetylcysteine in idiopathic pulmonary fibrosis". N Engl J Med. 353 (21): 2229–2242. doi: 10.1056/NEJMoa042976. PMID 16306520.
  30. Commonly used three-drug regimen for idiopathic pulmonary fibrosis found harmful [2] Nih.gov. Retrieved 2013-04-11.
  31. Behr J. (2012). “Prednisone, azathioprine an N-acetylcysteine for pulmonary fibrosis”. N Engl J Med. 367 (9): 869–871. doi:10.1056/NEJMc1207471. PMID 22931324.
  32. King TE Jr, Albera C, Bradford WZ, Costabel U, Hormel P, Lancaster L, Noble PW, Sahn SA, et al. INSPIRE Study Group.(2009). “Effect of interferon gamma-1b on survival in patients with idiopathic pulmonary fibrosis”. Lancet 374 (9685): 222–228. doi: 10.1016/S0140-6736(09)60551-1. PMID 19570573.
  33. King TE Jr, Brown KK, Raghu G, du Bois RM, Lynch DA, Martinez F, Valeyre D, Leconte I, et al. (2011). “BUILD-3: a randomized, controlled trial of bosentan in idiopathic pulmonary fibrosis”. Am J Respir Crit Care Med. 184 (1): 92–99. doi: 10.1164/rccm.201011-1874OC. PMID 21474646.
  34. Raghu G, Behr J, Brown KK, Egan JJ, Kawut SM, Flaherty KR, Martinez FJ, Nathan SD, et al. (2013). “Treatment of idiopathic pulmonary fibrosis with ambrisentan: a parallel, randomized trial”. Ann Intern Med. 158 (9): 641–649. doi: 10.7326/0003-4819-158-9-201305070-00003. PMID 23648946.
  35. Noth I, Anstrom KJ, Calvert SB, de Andrade J, Flaherty KR, Glazer C, Kaner RJ, Olman MA (2012). “Idiopathic Pulmonary Fibrosis Clinical Research Network (IPFnet) A placebo-controlled randomized trial of warfarin in idiopathic pulmonary fibrosis”. Am J Respir Crit Care Med. 186 (1): 88–95. doi: 10.1164/rccm.201202-0314OC. PMID 22561965.
  36. Schaefer CJ, Ruhrmund DW, Pan L, Seiwert SD, Kossen K (2011). “Antifibrotic activities of pirfenidone in animal models”. Eur Respir Rev. 20 (120): 85–97.
  37. Taniguchi H, Ebina M, Kondoh Y, Ogura T, Azuma A, Suga M, Taguchi Y, Takahashi H, et al. (2010). "Pirfenidone in idiopathic pulmonary fibrosis". Eur Respir J. 35 (4): 821–829. doi: 10.1183/09031936.00005209. PMID 19996196.
  38. Spagnolo P, Del Giovane C, Luppi F, Cerri S, Balduzzi S, Walters EH, D'Amico R, Richeldi L (2010). “Non-steroid agents for idiopathic pulmonary fibrosis”. Cochrane Database Syst Rev. (9):CD003134. doi: 10.1002/14651858.CD003134.pub2.
  39. Efficacy and safety of pirfenidone in patients with idiopathic pulmonary fibrosis (IPF)[3](ASCEND). ClinicalTrials.gov. Retrieved 2013-04-11.
  40. Richeldi L, du Bois RM, Raghu G et al. Efficacy and safety of nintedanib in idiopathic pulmonary fibrosis, N Engl J Med, 2014;370:2071-2082
  41. The Idiopathic Pulmonary Fibrosis Clinical Research Network, Randomized trial of acetylcysteine in idiopathic pulmonary fibrosis, N Engl J Med, 2014;370:2093-2101
  42. STX-100 in Patients With Idiopathic Pulmonary Fibrosis (IPF).[4]. ClinicalTrials.gov. Retrieved 2013-04-11.
  43. King TE Jr, Bradford WZ, Castro-Bernardini S et al. A phase 3 trial of pirfenidone in patients with idiopathic pulmonary fibrosis, N Engl J Med, 2014;370:2083-2092
  44. Russo MJ, Iribarne A, Hong KN, Davies RR, Xydas S, Takayama H, Ibrahimiye A, Gelijns AC, Bacchetta MD, D'Ovidio F, Arcasoy S, Sonett JR (2010). “High lung allocation score is associated with increased morbidity and mortality following transplantation”. Chest 137 (3): 651–657
  45. a, b et c Spagnolo P, Tonelli R, Cocconcelli E, Stefani A, Richeldi L (2012). “Idiopathic pulmonary fibrosis: diagnostic pitfalls and therapeutic challenges”. Multidiscip Respir Med. 7 (1): 42.
  46. George TJ, Arnaoutakis GJ, Shah AS (2011). “Lung transplant in idiopathic pulmonary fibrosis”. Arch Surg. 146 (10): 1204–1209.
  47. Mason DP, Brizzio ME, Alster JM, McNeill AM, Murthy SC, Budev MM, Mehta AC, Minai OA, et al. (2007). “Lung transplantation for idiopathic pulmonary fibrosis”. Ann Thorac Surg. 84 (4): 1121–1128. PMID 17888957.
  48. Keating D, Levvey B, Kotsimbos T, Whitford H, Westall G, Williams T, Snell G (2009). “Lung transplantation in pulmonary fibrosis challenging early outcomes counter balanced by surprisingly good outcomes beyond 15 years”. Transplant Proc. 41 (1): 289–291. doi: 10.1016/j.transproceed.2008.10.042. PMID 19249537.
  49. Morrison DA, Stovall JR. (1992). “Increased exercise capacity in hypoxemic patients after long-term oxygen therapy”. Chest 102 (2): 542–550. PMID 1643945.
  50. Ryerson CJ, Berkeley J, Carrieri-Kohlman VL, Pantilat SZ, Landefeld CS, Collard HR (2011). “Depression and functional status are strongly associated with dyspnea in interstitial lung disease”. Chest 139 (3): 609–616.
  51. Allen S, Raut S, Woollard J, Vassallo M (2005). “Low dose diamorphine reduces breathlessness without causing a fall in oxygen saturation in elderly patients with end-stage idiopathic pulmonary fibrosis”. Palliat Med. 19 (2): 128–130.
  52. a et b Stern JB, Mal H, Groussard O, Brugière O, Marceau A, Jebrak G, Fournier M (2001). “Prognosis of patients with advanced idiopathic pulmonary fibrosis requiring mechanical ventilation for acute respiratory failure”. Chest 120 (1): 213–219.
  53. Williams K, Malarkey D, Cohn L, Patrick D, Dye J, Toews G (2004). "Identification of spontaneous feline idiopathic pulmonary fibrosis: morphology and ultrastructural evidence for a type II pneumocyte defect". Chest 125 (6): 2278–2288. PMID 15189952.
  54. Webb JA, Armstrong J (2002). "Chronic idiopathic pulmonary fibrosis in a West Highland white terrier". Can Vet J. 43 (9): 703–705. PMID 12240528. PMC 339552.
  55. Canine Pulmonary Fibrosis.[5] Akcchf.org. Retrieved 2013-04-11.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :