Fernand Loriot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fernand Loriot
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Homme politique, syndicalisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Partis politiques

Fernand Loriot, né le à Ceton dans l'Orne et mort le à Paris (10e), est un instituteur, syndicaliste, socialiste et communiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Syndicaliste et pacifiste[modifier | modifier le code]

Militant de la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO) en 1905, après avoir adhéré au Parti socialiste français dès 1901, il est aussi militant syndical au sein de la fédération des instituteurs CGT, dès sa création en 1906 et en devient le trésorier national en [1],[2]. Fernand Loriot s'oppose en 1915 à la participation de son parti au gouvernement de guerre et devient un des porte-paroles des "zimmerwaldiens" lors du congrès qui se tient en décembre. Il participe à la fondation du Comité pour la reprise des relations internationales (CRRI), organisation pacifiste, et succède à Alphonse Merrheim au poste de secrétaire de ce comité en .

Le basculement de la majorité du conseil national socialiste lui permet d'entrer à la commission administrative permanente de la SFIO en 1918. Il est brièvement trésorier du parti, mais ses mauvaises relations avec les parlementaires le conduisent à abandonner cette fonction.

Fondateur du Parti communiste[modifier | modifier le code]

Fernand Loriot est arrêté comme Boris Souvarine et Pierre Monatte en pour son militantisme révolutionnaire, notamment leur engagement au sein du Comité de la Troisième Internationale, nouveau nom du CRRI, qui défend l'adhésion de la SFIO à l'Internationale communiste. Bien qu'interné à la prison de la santé, il participe à la création en de la Section française de l'Internationale communiste (SFIC), futur Parti communiste français, lors du congrès de Tours[3]. En sa qualité de « secrétaire emprisonné » du Comité de la Troisième Internationale, au côté de Souvarine, il est le premier signataire de la motion d'adhésion à celle-ci, dite « Cachin-Frossard »[4], présentée au congrès[5]. Loriot est membre du premier comité directeur du nouveau Parti, où il a le poste de secrétaire international (soit l'informel numéro 2 du parti)[6]. Il ne prend ses fonctions qu'après son acquittement, en . Mais quelques mois plus tard, il démissionne pour protester contre la non-réélection de Souvarine au comité directeur.

Au début de l'année 1922, il critique l'évolution du parti dans une brochure : Un an après Tours. Il cesse alors le militantisme actif, mais, à partir de décembre 1924, rejoint l'opposition interne. Il critique violemment la « bolchévisation organisatoire » et la bureaucratie dans le parti, qu'il quitte définitivement en 1926. Il participe alors à l'opposition communiste, et à la rédaction du journal La Révolution prolétarienne. Jugé proche des trotskistes, il est cependant exclu du groupe « Contre le courant » en 1928. En , il sympathise avec le « Comité des 22 », qui regroupant des militants de la CGT, de la CGTU et d'organisations autonomes, lance un appel à l'unité syndicale. C'est son dernier acte politique.

En congé de son poste d'enseignant à partir d'octobre 1919, il n'est plus « permanent » politique à partir de 1922. Il achète alors une fonds de librairie pour subsister et demande sa réintégration[7] dès 1924, mais les instances académiques, qui avaient entamées une procédure de révocation à son encontre en 1921, ne le réintègrent, après plusieurs campagnes syndicales en sa faveur, qu'en janvier 1926. Il termine sa carrière d'instituteur dans un école primaire du 19e arrondissement de Paris. Atteint d'une leucémie, il meurt à l'Hôpital Saint-Louis le [8]. Il est inhumé au cimetière parisien de Pantin le [9]. Sa mort n'est signalée que par un bref entrefilet diffamatoire en page intérieure dans L'Humanité[10] du même jour.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Julien Chuzeville, Fernand Loriot : le fondateur oublié du Parti communiste, Paris, l'Harmattan, coll. « Historiques. Série Travaux », 2012, p. 11.
  2. Voir aussi, du même auteur, la notice « LORIOT Fernand », Le Maitron en ligne.
  3. Julien Chuzeville, Fernand Loriot : le fondateur oublié du Parti communiste, op.cit., p. 122-123.
  4. L'Humanité, .
  5. Les listes présentées ultérieurement par les historiens adoptent l'ordre alphabétique des signataires, reléguant Loriot et Souvarine au tréfonds des signataires et, ainsi, les « invisibilisant »: cf Le Congrès de Tours, édition critique réalisée par Jean Charles, Jacques Girault, Jean-Louis Robert, Danielle Tartakowsky, Claude Willard, éditions sociales, Paris, 1980, p. 129-151, (ISBN 2-209-05391-9).
  6. Julien Chuzeville, Fernand Loriot : le fondateur oublié du Parti communiste, op. cit., p. 124.
  7. Julien Chuzeville, Fernand Loriot, le fondateur oublié, op. cit. p. 151, 169
  8. Amédée Dunois, « Mort d'un militant : Fernand Loriot (1870-1932) », Monde, , p. 13.
  9. J. Chuzevile, op. cit. p. 185
  10. L'Humanité, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]