Ferme du Bec-Hellouin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La ferme dite du Bec-Hellouin est une exploitation agricole située sur la commune du Bec-Hellouin dans le département français l'Eure en région Normandie appliquant une méthode permacole depuis 2007[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Après l'achat de la ferme en 2004, Perrine et Charles Hervé-Gruyer, les nouveaux propriétaires, décident de produire quelques légumes pour commencer. La transition vers une ferme permacole débute en 2007 après la découverte de la permaculture par le couple. Devant les performances observées sur leur terrain, ils embauchent peu à peu quelques salariés pour assurer la production agricole et se consacrent en parallèle à l'élaboration d'un programme de recherche scientifique et d'un "éco-centre" de formation[1].

Le postulat de cette ferme est de produire une grande quantité de produits sur une surface réduite en privilégiant le travail manuel et la traction animale. La permaculture est appliquée à travers le design méthodique des espaces de production et l'étude des interactions entre les écosystèmes. L'approche revendiquée ici est bio-intensive[2].

Installations actuelles[modifier | modifier le code]

La ferme biologique du Bec-Hellouin comporte des espaces dédiés à la production agricole, une activité d'hébergement, un centre de formation, une boutique et un centre de recherche.

Centre de formation[modifier | modifier le code]

La ferme dispose de son propre centre de formation qui dispensait en 2017 trois formations professionnelles[3] ainsi que des formations plus courtes en partenariat avec l'Université Populaire de Permaculture[4].

Institut Sylva[modifier | modifier le code]

L'association "Institut Sylva", également présente sur le lieu depuis 2012, mène les programmes de recherche menés conjointement par des organismes extérieurs et la ferme[5].

Recherche scientifique[modifier | modifier le code]

Une étude conduite par l'INRA et AgroParisTech entre décembre 2011 et mars 2015 cherche à démontrer la viabilité économique d'une microferme permaculturelle. L'étude a ainsi montré qu'une surface productive de 1 000 m2 en micro-maraîchage biologique intensif avec travail manuel avait dégagé 55 000  de chiffre d'affaires en un an pour un équivalent temps-plein. Cette surface productive n'inclut pas les chemins et locaux, il ne s'agit que de la surface cultivée. Le rapport précise toutefois que l'étude a été menée sur la zone la plus intensive de la ferme et que 420 m2 étaient sous serre. Le revenu mensuel net pour un maraîcher sur la deuxième année de l'étude atteint 1 337  en hypothèse haute (investissements lourds) et 1 571  en hypothèse basse pour 42 h de travail hebdomadaire[6].

Cependant, cette étude n'avait pas vocation à être une étude de faisabilité à portée générale mais constitue bien une étude de la performance économique d'un lieu précis dans des conditions connues[7].

Le programme de recherche de l'Institut Sylva pour la période 2015-2018 s'intitule « La microferme permaculturelle et la forêt-jardin ».

Renommée du lieu[modifier | modifier le code]

La ferme du Bec-Hellouin connaît un engouement croissant du public depuis la sortie du film Demain qui y consacre un chapitre[8]. De nombreux articles de presse écrite ont également contribué à l'accroissement de la notoriété du site.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b L'Ecole de Permaculture du Bec Hellouin, « La ferme du Bec Hellouin », (consulté le 19 mars 2017).
  2. « Méthode de la ferme du Bec-Hellouin », sur ecoledepermaculture.org, (consulté le 19 mars 2017) : « L’intensification des cultures maraîchères permet de libérer de l’espace agricole pour d’autres usages », page 7
  3. « Formations 2017 », sur ecoledepermaculture.org (consulté le 19 mars 2017)
  4. AdminUPP, « Université populaire de permaculture - Accueil », sur www.permaculturefrance.org (consulté le 20 mars 2017)
  5. « Institut Sylva », sur fermedubec.com (consulté le 19 mars 2017)
  6. « Etude « Maraîchage biologique permaculturel et performance économique » », sur INRA,
  7. « Réponse de François Léger à l'analyse "Permaculture et maraichage biologique" », sur barricade.be (consulté le 19 mars 2017)
  8. Pascale Krémer, « « Demain », un phénomène de société », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 19 mars 2017)