Ferdinand de La Batut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Batut.
Ferdinand de La Batut
La Batut, Ferdinand de Laborie de.jpg
Fonctions
Sénateur
Dordogne
-
Député
Dordogne
-
Maire de Monbazillac (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Anne Charles Ferdinand de La Borie de la Batut, connu sous le nom de Ferdinand de la Batut, né le à Bergerac, mort le à Paris, est un magistrat et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ferdinand de La Batut est issu d'une famille noble originaire du Périgord[1]. Il est l'ainé de trois frères du vicomte Henri Armand Mathieu de Laborie de La Batut (né en 1821), receveur de l'Enregistrement dans le département de la Haute-Loire et de Sophie Eyma (1830-1879)[2]. Il épouse le , à Paris (1°), Zoé Hélène Alloën-Bessand (fille de Charles Alloën-Bessand (1829-1915), directeur des Magasins À la Belle Jardinière, président du Tribunal de commerce de Paris), qui lui donne trois enfants.

Docteur en droit, il est juge suppléant au tribunal de la Seine à Paris. Dans le même temps, il est maire de Montbazillac et conseiller général du canton de Sigoulès. Il est député de la Dordogne de 1885 à 1912 et siège au groupe de l'Union des Gauches. Il est secrétaire de la Chambre de 1892 à 1902. Il intervient sur les questions agricoles et sur la législation fiscale. Il est élu sénateur de la Dordogne du au , où il décide de ne pas se représenter[3]. En 1913, il est secrétaire du Sénat. Il soutient la politique scolaire et coloniale du gouvernement et vote pour les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes et le général Boulanger[4].

Il meurt à son domicile parisien, le [4] à l’âge de 78 ans et est enterré au cimetière protestant du Pont Saint-Jean sur la commune de Bergerac[5].

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, Robert Laffont, 2007, p.109: LA BORIE de LA BATUT (de), de gueules à 3 fers à cheval d'argent 2 et 1 accompagnés en chef d'un croissant d'argent, Périgord; parlement de Bordeaux 1505
  2. Dictionnaire des parlementaires d'Aquitaine sous la IIIe République, p. 85.
  3. Ancien sénateur de la Dordogne : de La Batut Ferdinand, publié sur le site senat.fr (consulté le 25 avril 2018)
  4. a et b Le cimetière protestant (dit du Pont Saint-Jean) de Bergerac (24), publié le 20 octobre 2010 sur le site des Amis et Passionnées du Père-Lachaise (consulté le 25 avril 2018)
  5. Bergerac (24) : Cimetière protestant (dit du Pont Saint-Jean), publié le par Philippe Landru, sur le site des Cimetières de France et d'ailleurs (consulté le 25 avril 2018)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Familles subsistantes de la noblesse française