Fanfare for the Common Man

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fanfare for the Common Man est une œuvre de musique classique pour cuivres et percussions composée par Aaron Copland en 1942. Cette fanfare s'inspire du jazz et du folklore américain.

Henry A. Wallace dont le discours proclamant l'arrivée du "siècle du Commun des mortels" inspira Copland pour la fanfare.

À la suite de l'attaque de Pearl Harbor le 7 décembre 1941, Eugène Goossens, commande une œuvre de genre patriotique pour l'entrée en guerre des États-Unis. Dans son autobiographie, Copland écrit à propos de la requête : « Eugene Goossens, chef de l'Orchestre symphonique de Cincinnati, m'avait écrit fin août à propos d'une idée qu'il voulait concrétiser pour la saison de concerts 1942-43. Durant la Première Guerre mondiale, il avait demandé aux compositeurs britanniques de composer une fanfare qui devait être jouée au début de chaque concert orchestral. Ce fut une tel succès qu'il pensa reproduire l'expérience lors de la Deuxième Guerre mondiale avec les compositeurs américains ». Un total de 18 fanfares[1] furent écrites à la commande de Goossens; seule celle de Copland fait encore partie du répertoire.

Goossens avait suggéré des titres comme Fanfare pour les soldats, ou marins ou aviateurs, et il écrivit « mon idée est de faire de ces fanfares une contribution vibrante et significative à l'effort de guerre ». Copland considéra plusieurs titres comme Fanfare pour une cérémonie solennelle et Fanfare pour les Quatre libertés; cependant, à la surprise de Goossens, Copland intitula la pièce Fanfare for the Common Man (Fanfare pour le commun des mortels). Sa première représentation a eu lieu le 12 mars 1943.

Copland utilisa plus tard la fanfare comme thème principal de sa Troisième symphonie (composée entre 1944 et 1946).

Elle a aussi été reprise par le groupe de rock progressif britannique Emerson, Lake and Palmer.

Instrumentation: 4 cors, 3 trompettes, 3 trombones, un tuba, 3 timbales, une grosse caisse, et un gong.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Goossens Fanfares », Cincinnatisymphony.org (consulté en 2011-09-15)

Liens externes[modifier | modifier le code]