Fabien Arcelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arcelin.
Fabien Arcelin
Fabien Arcelin.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père

Fabien Arcelin est un médecin français né le à Chalon-sur-Saône et mort le à Lyon. Il est inhumé à La Roche-Vineuse.

Médecin, radiologue, radiothérapeute, il fut l’un des pionniers de la radiologie française.

Archéologue, paléontologue et préhistorien, il a exploré le site de Solutré.

Biographie[modifier | modifier le code]

Etudes[modifier | modifier le code]

Collégien à Mâcon, il s’intéresse à l’histoire naturelle. Fabien accompagne son père, Adrien Arcelin, sur les fouilles archéologiques qu’il conduit sur le site de la roche de Solutré. Le jeune homme saura continuer les recherches de son père, inventeur du site préhistorique de Solutré, et fera plusieurs publications de ses découvertes.

Après une licence de sciences naturelles, obtenue le 11 juillet 1896, il vient étudier la médecine à Lyon. Sous la direction du professeur Étienne Destot, il s’intéresse aux recherches sur les rayons X.

Fabien Arcelin soutient un doctorat à l’Université de Lyon en février 1906, sa thèse porte sur les rayons X et l’intitulé est plus précisément Les Formes de l'aire de projection du cœur pathologique, étude de radioscopie orthogonale[1].

Il est aussitôt nommé chef du Laboratoire de Radiologie de l’Hôpital Saint-Joseph qu’il organise.

Il participe au Congrès de l’AFAS, l'Association française pour l'avancement des sciences,  qui se tient à Lyon en août 1906.

En 1911, il réalise auprès de ses collègues le premier sondage sur les effets secondaires de l'irradiation.

En janvier 1914, Arcelin collabore au premier numéro du Journal de Radiologie et d’Électroradiologie.

Un radiologue pendant la Grande Guerre en 1914-1918[modifier | modifier le code]

Du 27 au 30 juillet 1914, pendant l’Exposition Internationale urbaine de 1914 organisée à Lyon, il est rapporteur du 7e Congrès International d’Électrologie et de Radiologie Médicales[2]. Dans le grand amphithéâtre de la faculté de médecine, il donne une communication intitulée :  Phénomènes cutanés tardifs dus à la radiothérapie

Quelques jours plus tard la guerre est déclarée, les collègues allemands, avec lesquels il travaillait, rentrent chez eux dans un pays qui devient ennemi. Le 2 août 1914, Fabien Arcelin reçoit sa mobilisation pour la Grande Guerre, il est affecté au service de radiographie et centre vaccinogène de l’Hôpital Desgenettes à Lyon.

Son activité de radiologue consiste à rechercher les corps étrangers métalliques, l’examen radioscopique étant indispensable pour guider le chirurgien qui doit extraire les éclats d’obus. Le jeune radiologue met au point les techniques d’examen et les appareils radioscopiques qu’il faut fabriquer.

La radiologie et ses pionniers[3], ont joué un rôle important dans le secours et le soin apportés aux blessés de la guerre de 1914-1918.

20 mai 1920 Fabien Arcelin est chevalier de la Légion d'honneur[4].

Docteur Arcelin, radiologue et radiothérapeute[modifier | modifier le code]

Après la guerre, le docteur Arcelin poursuit son métier de radiologue et radiothérapeute comme chef du service de radiologie de l’hôpital St-Luc à Lyon.

Il a donné son nom à la technique nommée Incidence d’Arcelin[5] qu’il préconise pour réaliser des clichés du bassin. Le profil chirurgical d’Arcelin[6] est encore utilisé de nos jours pour l’examen de la hanche lors de l’étude du col du fémur.

Il laisse aussi un ouvrage de référence sur l’utilisation des rayons X dans la détection des calculs rénaux : La Radiographie instantanée appliquée à l'examen des voies urinaires[7]

Ses loisirs le ramènent dans sa maison de La Roche-Vineuse en Bourgogne ; grâce à sa connaissance de la région, il poursuit ses recherches archéologiques sur le site de Solutré[8]. Il présente ses découvertes par des publications et des conférences aux sociétés savantes.

Membre de sociétés savantes[modifier | modifier le code]

Académie des sciences, arts et belles-lettres de Mâcon : membre 1905. Président 1928. Vice-Président 1929. Fauteuil n°1, 1908-1942[9].

Association lyonnaise pour le développement des recherches de paléontologie humaine et de préhistoire : Membre et président en 1926[10].

Société d'anthropologie de Lyon : Membre. Secrétaire 1910-1912[11].

Société linnéenne de Lyon : Membre 1895-1941. Président en 1927[12].

Société d’Histoire et d’Archéologie de Chalon-sur-Saône

Famille[modifier | modifier le code]

Fabien Arcelin a épousé le 20/11/1909 à Lyon, Thérèse Chartron, nièce par alliance du professeur Jean Pierre Morat.

Fabien Arcelin et son épouse ont sept enfants. Thérèse et ses enfants ont eu un rôle actif dans la résistance durant la seconde guerre mondiale[13]. Thérèse, Suzanne, Madeleine et Paulette ont été incarcérées dans la prison Montluc à Lyon[13]. Thérèse a été libérée par erreur. Monique, Suzanne, Paulette puis Madeleine ont été déportées séparément à Ravensbrück après être passées par le fort de Romainville. Elles en sont revenues toutes les quatre vivantes [13].

En septembre 2018, le conseil municipal de la ville de Lyon décide la création d'une rue "Famille-Arcelin" dans le 2e arrondissement, en mémoire de l'action de cette famille dans la résistance[14],[15].

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1906, Les Formes de l'aire de projection du cœur pathologique,[16] étude de radioscopie orthogonale. Lyon, Rey, 115 p.
  • 1907, Bibliographie des travaux d'Adrien Arcelin. Protat frères, 32 p.
  • 1910, Les dernières fouilles de Solutré. Discussion. Bull. Soc. Anthrop. Lyon, 28 : 41-42.
  • 1911, Calculs du rein et de l’uretère[17], notes cliniques et radiologiques, avec M. Rafin, Maloine, Lyon, 542 p.
  • 1917, L'Exploration radiologique des voies urinaires [18]; lithiases et projectiles de guerre. Masson et cie, 175 p
  • 1923, Sur la découverte d'hommes fossiles d'âge aurignacien, à Solutré. Paris, avec Déperet C. et Mayet L.
  • 1924, Stratigraphie du gisement du Crot-du-Charnier. Bull. bi-mens. Soc. linn. Lyon, 3 : 4.
  • 1924, Le Cheval de Solutré au Muséum d'Histoire Naturelle de Lyon. Bull. mens. Soc. linn. Lyon, 3 : 37.
  • 1924, Paléontologie humaine. Nouvelles découvertes dans le gisement, préhistorique de Solutré (Saône et Loire). avec Ch. Depéret, Fabien Arcelin et Lucien Mayet. C. R. Acad. des Sc. Paris, t. 177, p. 618.
  • 1926, Solutré. Résumé historique, stratigraphique, archéologique, anthropologique. Lyon, Impr. des Missions africaines, 64 p.
  • 1927, Fouilles à Solutré en 1925. Lyon, Bosc et Riou.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • N. Foray, « Fabien Arcelin (1876–1942), ou comment on devient radiothérapeute quand on naît archéologue », Cancer/Radiothérapie, vol. 21, no 3,‎ , p. 228-238
  • Michel Amiel, Sergueï Piotrovitch d' Orlik, Rayons X, une autre image de la Grande Guerre, Lyon, Libel, , 160 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fabien Arcelin, Les Formes de l'aire de projection du cœur pathologique, Lyon, A. Rey & Cie, Imprimeurs-Éditeurs de l'Université, , 132 p. (lire en ligne)
  2. Anne Marie Delattre, « EVENEMENT/Un congrès pour la radiologie en 1914 », Histoires lyonnaises,‎ (lire en ligne)
  3. Rayons X, une autre image de la Grande Guerre.
  4. AD071_1R_1896_4779_D
  5. Incidence d'Arcelin dans le dictionnaire médical Médicopédia dictionnaire-medical.net
  6. Chevrot A, Arrive L, Vilgrain V et al., « Mesure directe de l’antéversion cotyloïdienne d’une prothèse totale de hanche. Intérêt du cliché de profil chirurgical d’Arcelin. », Journal de radiologie , 67,‎ , p. 881-884
  7. Fabien Arcelin, La Radiographie instantanée appliquée à l'examen des voies urinaires, Lyon, (lire en ligne)
  8. « À propos des squelettes de Solutré. », In: Bulletin de la Société préhistorique de France, tome 20, n°11, 1923.,‎ , p. 319-320. (lire en ligne)
  9. « Académie de Mâcon », sur cths
  10. « Association lyonnaise pour le développement des recherches de paléontologie humaine et de préhistoire - Lyon », sur cths.fr
  11. « Société d'anthropologie de Lyon », sur cths.fr
  12. « Société linnéenne de Lyon », sur cths
  13. a b et c MEMOIRE DE LA DEPORTATION A.F.M.D du Rhône Bulletin n°8 MARS 2014 ; lire en ligne : MEMOIRE DE LA DEPORTATION A.F.M.D du Rhône Bul no 8, contenant des Extraits de l’article de M G Rivière Le Progrès nov. 1969
  14. Lyoncapitale, 24/09/2018, Lyon : création d'une rue Famille Arcelin et d'un passage France Péjot
  15. Le Progrés, Lyon 2e - Urbanisme Une voie Famille-Arcelin, du nom de cinq sœurs et frère Résistants
  16. Fabien Arcelin, Les Formes de l'aire de projection du cœur pathologique, Université Lyon, (lire en ligne)
  17. Dr Arcelin, Dr Rafin, Calculs du rein et de l’uretère, Maloine, (lire en ligne)
  18. Dr Arcelin, L'Exploration radiologique des voies urinaires, Paris, Masson & Cie, (lire en ligne)